N.u.l.l.e.

Nouvel Univers Lunatique et Lacunaire d'Erzébeth

mercredi 14 mars 2007

Il fait beau

Il ne vous aura pas échappé, à moins que vous ne soyez associaux (ce qui prouve votre présence dans ces lieux) et donc rétifs au monde extérieur, qu'il fait beau. Chouette ! diront les gens normaux. Voici revenu le temps des cafés en terrasse, des lunettes de soleil qui permettent de cacher le regard graveleux de l'homme à l'affût de la moindre mini-jupe. Finis les gants en laine, les pieds froids la nuit, les trois épaisseurs de tee-shirts qui vous faisaient passer pour le bonhomme Michelin. Oui, il fait beau.
Et je déprime.
Dans les codes, ce n'est pas accepté de déprimer lors du retour des beaux jours. On se doit d'être béat, de sourire en regardant les oiseaux batifoler, de marcher un peu plus lentement, parce qu'il fait beau, alors autant en profiter. Mais c'est plus fort que moi, je refuse, et je me retrouve à dormir avec mon écharpe dans les bras parce que je ne veux pas encore la quitter.
Il fait beau, et je suis partie pour six mois de déprime. Six mois où, chaque jour, je ne vais pas pouvoir m'empêcher de regarder chaque fille dans la rue, pour me comparer, et ensuite déprimer. Logique. Les filles ont déjà sorti les jupes courtes, les décolletés et les coiffures qui ressemblent à quelque chose. Les filles sont belles, et ça me donne l'impression de ne pas en être une, de fille. Un intrus parmi les poupées (parfois en plastique), une mauvaise herbe parmi les fleurs (parfois artificielles). Je devrais positiver, me dire que je vais avoir la chance de ne pas me faire accoster par des individus louches ! Las, il en reste toujours avec des goûts douteux, ce qui me donne une image encore plus négative de ma tendre personne. Je déteste cette période où ressortent les complexes, où je cache mon maillot de bain en faisant croire que je l'ai perdu. Même pour un million de dollars, je ne me mettrais pas en maillot (quoique, je veux bien réfléchir un peu). Je me retrouve là, au milieu de filles à ventre plat et yeux brillants (comme les chiens : c'est un signe de bonne santé) et je me demande comment elles font, toutes. A quelle heure elles se lèvent, pour avoir l'air, dès le matin, d'être fraîches comme des roses, cheveux domptés et maquillage impeccable, et une énergie qui paraît indépassable. A 14h, j'ai encore ma crinière de mouillée, je ne sais toujours pas comment m'habiller, et je baille rien qu'à l'idée de lever mon bras pour distiller un peu de fard sur mes paupières. Tout va bien, il fait beau. Les filles sentent bon et ont des rires qui font croire que la vie est belle. Peut-être, après tout. Peut-être qu'il me suffirait de m'inscrire à un stage, tel que "Stage de beauté - vos voeux sont exaucés", où j'apprendrais les rudimentaires féminins en huit jours complets, ce qui me permettrait ensuite de me pavaner dans les rues ensoleillées, avec des tenues que je n'imagine même pas encore. Ou peut-être que ce genre de stage est encore trop cher pour moi, et que je vais me retrouver alors obligée d'être moi, rien que moi.
En attendant, c'est parti pour six mois de frustation, tiens d'ailleurs je commence un régime. Et un blog. Bienvenue, au fait.

Posté par erzebeth à 20:37 - égocentrisme - Commentaires [8] - Permalien [#]

Commentaires

    Yesssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss (bon je mettrais un commentaire plus constructif un autre jour!!!) )))

    Posté par lamousmé, vendredi 16 mars 2007 à 20:49
  • ENFIN TU ES DE RETOUR!!!!!!!

    Posté par Céline, vendredi 16 mars 2007 à 23:58
  • Ce texte me plaît beaucoup (pour le fond et la forme) et, si tu veux savoir, je pense les mêmes choses que toi, donc tu n'es pas seule dans ces idées.
    Je puis juste te dire d'expérience que notre perception de nous-mêmes ne s'accorde pas toujours avec le regard que les autres nous prêtent.
    (Et j'ai une quinzaine de kilos à perdre... C'est en marche mais pas aisé.)

    Posté par Holly G., samedi 17 mars 2007 à 08:18
  • Lamousmé et Céline, MERCI pour cet enthousiasme qui me colle un grand sourire ! (alors qu'il fait encore très beau aujourd'hui)

    Holly, je suis enchantée que mes mots te parlent un peu. Je suis d'accord, l'image qu'on a de soi n'est pas forcément celle que les autres ont de nous, mais je suis ma spectatrice la plus intransigeante
    Par contre, pour la quinzaine de kilos, je suis dubitative ! Je t'ai vue en photo dans ton jiaco, où cahes-tu ces 15 kilos superflus ? Je ne les ai pas vus ! N'exagères-tu pas le poids en trop, en imaginant même qu'il existe ?...

    Posté par erzébeth :o), samedi 17 mars 2007 à 11:39
  • Je te promets que non. Je n'exagère rien. Si tu voyais ma cellulite, mes cuisses énormes et tout le reste ! Je suis une truie. Beurk !
    Lamousmé qui m'a vue en vrai peut confirmer. Et mon coeur ne suit plus mon poids. Si je n'avais pas cessé de manger, je pense que j'aurais eu de gros ennuis de santé. Je suis devenue raisonnable. Ce n'est pas facile mais je m'accroche.
    Et, esthétiquement, je me haïssais.
    Je me reprends en main et ça va mieux. Même si je ne serai jamais une fille sophistiquée, qui se maquille, qui polit ses ongles et se fait des brushings. Je suis une sauvage, une petite fille sans fards. En plus, je suis allergique aux produits de beauté.
    Je suis persuadée que ton cas est bien moins dramatique. Je parierais tout sur cela.

    Posté par Holly G., samedi 17 mars 2007 à 12:27
  • Holly, 95% des femmes ont de la cellulite, même les plus minces, je t'assure ! Et je persiste, tes photos montrent juste une belle femme.
    C'est marrant que tu parles de polir ses ongles, comme tu le sais je suis une fidèle lectrice de ton jiaco, et je me souviens des premières photos où on ne voyait que tes mains - qui sont magnifiques ! C'est un "détail" qui m'avait marquée, et tes ongles étaient très beaux aussi.
    (je ne peux m'empêcher de rire - quelle conversation typiquement féminine ! )
    Je ne peux pas te parler de mon cas, parce que c'est trop intime, et que je n'aime vraiment pas mon corps. Tu es courageuse de prendre soin de toi !

    Posté par erzébeth, samedi 17 mars 2007 à 17:24
  • Papillonneries

    Sortir du silence vous va très bien. Volez bien.

    Posté par florizelle, mardi 27 mars 2007 à 00:28
  • Florizelle, je ne sais pas quel chemin vous avez emprunté pour venir jusqu'ici, mais votre commentaire me touche terriblement.
    Merci, infiniment, pour cette délicatesse.

    Posté par erzébeth, mercredi 28 mars 2007 à 10:21

Poster un commentaire