N.u.l.l.e.

Nouvel Univers Lunatique et Lacunaire d'Erzébeth

mercredi 23 mai 2007

Troublant ?

Allez savoir comment, je suis tombée sur ce site et notamment sur une galerie de tableaux, tous retouchés pour laisser entrer en leur sein quelques fantômes... Cette réécriture picturale m'a interpellée :

Sun___Moon_Flowers

Ce fantôme marque l'absence. Mais cette absence est-elle dûe à une perte, ou a-t-elle toujours été présente (oui, j'ai conscience de ce que je viens d'écrire) ? Cette femme accoudée à la fenêtre pourrait être le fantôme d'une soeur disparue trop tôt, ou d'une amie. Elle reviendrait l'après-midi, veillant à ce que tout aille bien pour cette jeune fille désormais seule. Son regard est protecteur. Pourtant, quand on observe attention la robe blanche, les tournesols, on se dit que cette jeune fille occupée ne porte pas de souvenirs endeuillés - et le fantôme, tout à coup, devient celui d'une amie imaginaire, qui l'accompagne, lui tient compagnie, l'aide à combler la solitude de ces longues heures qu'elle passe, seule...
Le tableau original est de George Leslie Dunlop :

sun_moon_leslie_456

Le regard bienveillant de la robe bleue est toujours présent. Est-ce elle qui a amené les fleurs à son amie qu'elle visite ?

Je ne peux m'empêcher de vous faire part d'un second tableau fantômatique :

Lost_love

Le créateur de cette transformation a intitulé son tableau "Lost love", mais je ne serais pas aussi catégorique que lui. La demoiselle vient-elle de perdre celui qu'elle aimait ? Son calme, sa tenue colorée, le rose sur ses joues n'abondent pas dans ce sens. Mais le fantôme est troublant; qui est-il ? L'homme qu'elle aime secrètement, et qu'elle imagine à ses pieds (si seulement elle osait lui parler !) ? Une figure d'ange, pour la guider dans sa quête amoureuse ? Elle ne le regarde pas. Elle imagine réellement sa présence, ne lève même pas les yeux vers cette forme qu'elle a créée. Le savoir près d'elle lui suffit. Lui, en revanche, l'observe attentivement.
J'ignore de qui est ce tableau (si quelqu'un le (re)connaît...); en voici une reproduction :

lost_love__original_

Cela brouille toutes mes hypothèses farfelues. J'aimerais savoir ce qu'ils se disent (est-il responsable du rougissement de la demoiselle ?), ce qu'ils pensent. Savoir pourquoi il est assis sur le sol, et non à la même hauteur que la jeune fille. Est-il amoureux, est-ce un frère protecteur, un ami ? Le paysage semble superbe, derrière eux; ils ne s'en émeuvent pas. Ils se tourneront peut-être vers lui dans quelques instants, mais, en attendant, l'enjeu entre eux n'appelle pas à la diversion. Si je connaissais seulement le titre original, il serait déjà un indice, un outil de compréhension...

Si vous avez envie de rencontrer d'autres fantômes, c'est ici ou .
C'est parfois "juste" beau; mais souvent énigmatique. Cette transparence apporte une réelle profondeur aux tableaux et aux histoires qu'ils racontent.

Posté par erzebeth à 16:12 - regard - Commentaires [3] - Permalien [#]

Commentaires

    "Mais cette absence est-elle dûe à une perte, ou a-t-elle toujours été présente (oui, j'ai conscience de ce que je viens d'écrire) ? "

    Oui, il existe ce genre d'absence, telle que définie en second. On appelle cela un manque, je crois. Le sentiment indéfini de n'être pas entier, une nostalgie étrange de ce que l'on n'a pas connu, du moins en cette vie, mais qui nous semble devoir exister en nous.
    Cette transparence me fait rêver. Tes mots aussi.
    Jolie métamorphose de ton journal, que j'aime tout autant que la précédente.

    Posté par Holly G., vendredi 25 mai 2007 à 10:53
  • très troublant ce site ;o)

    Posté par lamousmé, vendredi 25 mai 2007 à 23:01
  • Holly, j'aime beaucoup ta définition du manque. Elle correspond tout à fait à ce que je voulais dire. Je crois que nous sommes nombreux à ressentir ce manque-là, plus ou moins intensément.

    Lamousmé, je suis contente que ça te trouble aussi, il y a vraiment quelque chose dans ces tableaux effacés...

    Posté par erzébeth, samedi 26 mai 2007 à 10:48

Poster un commentaire