N.u.l.l.e.

Nouvel Univers Lunatique et Lacunaire d'Erzébeth

lundi 10 septembre 2007

Ca larsen

(non mais un jour, je m'améliorerai en titre, c'est promis...)

L'aiguille creuse
de Maurice Leblanc (1909)

lupin
dessin de Goossens

Entre Arsène Lupin et moi, ça avait très mal démarré. Je ne parle même pas de l'adaptation cinématographique avec Romain Duris (ça n'en vaut pas la peine), mais d'Arsène Lupin, gentleman-cambrioleur, que j'ai lu cette année et qui m'a profondément déçue (voire ennuyée). Malheureusement, j'ai tendance à ne pas réfléchir, et à acheter en même temps plusieurs livres d'un auteur que je n'ai jamais lu. Alors, après cette lecture dispensable, j'étais gênée de voir qu'un autre Leblanc m'attendait. J'ai laissé passer le temps, et j'y suis donc revenue. Idée judicieuse puisque cette fois, Arsène Lupin m'a été bien plus agréable.

Tout commence au château du comte de Gesvres, avec un vol mystérieux puisque rien n'a disparu. Ce qui est sûr, en revanche, c'est qu'un des fuyards a été gravement blessé par la nièce du comte; mais où se cache-t-il ? Il est impossible de se volatiliser de la sorte - mais impossible n'est pas un mot qui existe dans le vocabulaire de Lupin... ni dans celui de son petit adversaire, Isidore, un lycéen largement inspiré de Rouletabille (personnage de Gaston Leroux), un jeune homme curieux et fort perspicace... Les énigmes se succédant sans relâche, qui va avoir le dernier mot ? Qui fera un faux pas ?...

Je qualifierais L'aiguille creuse de roman divertissant et sympathiquement captivant. Il est difficile de trouver soi-même certaines clés, tant les raisonnements sont complexes et ne s'éclairent que petit à petit, mais cela ne gâche rien au plaisir. Arsène Lupin est soi-disant le plus fort mais il a du fil à retordre avec le petit Isidore Beautrelet et ce face-à-face est savoureux. Je ne veux pas trop en dire sur l'intrigue elle-même, puisque le titre du roman est déjà suffisamment parlant aujourd'hui sans que j'en rajoute... mais même si l'on sait à quoi correspond cette aiguille creuse, le mystère n'est pas entièrement dévoilé, puisqu'il faut découvrir son lien avec l'histoire, et tout le chemin qui y mène... En tout cas, cette lecture aura suffit à me réconcilier avec l'auteur et son héros, et à me changer les idées pendant quelques heures. Que demander de plus ? J'aurais tendance à dire "une fin un peu moins mélodramatique", mais un happy end absolu aurait-il été possible ? (oui)
En somme, une lecture rafraîchissante !

Posté par erzebeth à 10:09 - lecture - Commentaires [10] - Permalien [#]

Commentaires

    moi j'ai aodré lupin, tout de suite, et tous (sauf les derniers, quand il vieillit et que l'ambiance devient vraiment plus sombre). je les relis même régulièrement! laors je suis bien tentée, pour ce premier commentaire, de te dire de persévérer avec leblanc!

    Posté par mo, lundi 10 septembre 2007 à 18:37
  • Bienvenue par ici, Mo !
    Je veux bien te faire confiance, et continuer à découvrir Leblanc, alors... il y a des titres, alors, à conseiller plus que d'autres ?

    Posté par erzébeth, lundi 10 septembre 2007 à 20:15
  • C'est assez terrible, j'ai lu un bon nombre des aventures d'Arsène mais je m'en souviens très très mal. J'aimais beaucoup et je suis toujours desespérée devant les titres me demandant si celui là est un déjà connu ou un illustre inconnu. Seule certitude, j'ai lu l'aiguille creuse !

    Posté par praline, mardi 11 septembre 2007 à 01:37
  • Ah, mais Lupin c'est un personnage fascinant! pas étonnant qu'il soit devenu un mythe... Je suis d'accord avec Mo, les derniers sont trop sombres à mon goût mais lis "813", "Le bouchon de cristal", "Les huit coups de l'horloge" et "L'éclat d'obus" (dans lequel il apparaît peu mais j'ai une grande tendresse pour cet opus), "L'île aux trente cercueils" est terrifiant et si tu aimes la prose de Leblanc, je te conseille très vivement "Dorothée danseuse de corde", qui n'est pas un Lupin mais un roman d'aventures à énigme et l'héroïne est très attachante, c'est très enlevé. Quant au film avec Duris, tu as bien raison de ne pas en parler, c'est carrément une honte (je n'ai pas peur des mots, j'ai détesté cette adaptation lamentable)!

    Posté par fashion victim, mardi 11 septembre 2007 à 12:46
  • Je vois ce que c'est que cette aiguille creuse, mais il me reste tout le reste de l'intrigue à découvrir !

    Posté par rose, mardi 11 septembre 2007 à 19:14
  • * Praline, si tu te souviens si mal des aventures de Lupin, que tu apprécies, c'est justement une bonne excuse pour en relire

    * Fashion, merci beaucoup pour tous ces conseils, je note précieusement ! A mes yeux, Lupin n'est pas encore un mythe, alors ces autres livres vont p-ê me convaincre. Et forcément, j'approuve pour l'adaptation ciné

    * Rose, oui, c'est dommage de savoir à quoi ça fait allusion, mais comme tu dis, il y a tellement de mystères et de rebondissements que ça ne gâchera pas toute ta lecture !

    Posté par erzébeth, mercredi 12 septembre 2007 à 17:50
  • ohh tu me rapelles de bons souvenirs là!!! et du coup je fredonne à Mr bouch' (qui prends sa mère de plus en plus pour une folle) ..." c'est le plus grand des voleurrrrrrrrrrr .....gentleman cambrioleurrrrrrrrr" non je vais pas faire pleuvoir! ;o)

    Posté par lamousmé, mardi 18 septembre 2007 à 18:33
  • La pluie ne me fait pas peur, de toute façon
    Il va falloir l'initier à Arsène Lupin, ce petit bonhomme !

    Posté par erzebeth, mardi 18 septembre 2007 à 19:16
  • Une fois, un mec m'a vexée parce qu'il disait qu'Arsène Lupin c'était mieux que Sherlock Holmes (j'adore Sherlock Holmes). Mais tu me donnes quand même envie de le lire. Que l'aiguille creuse hein, c'est pas la fête non plus.

    Posté par céline, mercredi 19 septembre 2007 à 16:11
  • Je ne peux pas répondre à ton commentaire, parce que si je commence à dire que je n'ai jamais lu Sherlock Holmes, le clan des rouspéteuses va me (re)tomber dessus !! )

    Posté par erzébeth, jeudi 20 septembre 2007 à 19:47

Poster un commentaire