N.u.l.l.e.

Nouvel Univers Lunatique et Lacunaire d'Erzébeth

dimanche 11 novembre 2007

This is the end

Je viens de terminer HP7.*
Aaaaaaaaaaah.

(* en fait, c'était mardi. Mais je me débrouille comme je peux, sans connexion fixe)

Harry Potter et les Reliques de la Mort
de J.K. Rowling (2007)
traduction de Jean-François Ménard

- CRITIQUE GARANTIE SANS SPOILER -

Harry Potter, tome 7 : Harry Potter et les reliques de la mort

Et cette fois, c'est vrai : this is the end. Je n'aurais pas dû lire ce septième tome; j'aurais dû en inventer la fin moi-même. Mais maintenant, il est trop tard... J.K.R. a décidé pour moi de ce qu'allait vivre chaque personnage. Je lui en veux presque d'avoir mis le point final à toute cette histoire, puis il y a tant de figures qu'on ne fait qu'apercevoir, dans ce septième tome, alors que j'aurais aimé qu'on s'attarde à leurs côtés...
J'écris comme une vieille nostalgique, et ça tombe bien : j'en suis une.
J'ai pourtant fait les choses avec méthode, m'interdisant de lire trop de chapitres à la suite, afin d'en trouver encore quelques-uns le lendemain, et ce le plus de jours possibles. J'ai tenu courageusement jusqu'aux deux cent dernières pages qui ont été dévorées sans aucune retenue.
Avoir lu ce septième et ultime tome a aussi un incroyable avantage : maintenant, je sais. Je sais ce qui se passe (et comment ça se passe), je sais aussi - surtout ! - que J.K.R. a surpassé toutes mes espérances, tant ce dernier volet est riche, captivant... réussi. Le lecteur rebondit sans cesse sur les souvenirs qu'il a gardés des lectures des tomes précédents, ce qui me sidère d'ailleurs : dès le début, la romancière savait où elle allait (même si, évidemment, il y a certains détours qu'elle n'avait pas pu prévoir d'avance), c'est une incroyable marionnettiste qui ne s'est pas emmêlée dans tous les fils qu'elle manipulait. Je ne doute pas que, pour créer un tel univers, elle a irrémédiablement emprunté quelques éléments dans des imaginaires préexistants, mais enfin, elle s'approprie tellement ce qu'elle a créé que j'avais l'impression, par exemple, de croiser des gobelins pour la première fois, alors que ce sont des créatures assez communes dans la fantasy. Je suis définitivement conquise.
Il y a une tension assez cruelle tout au long du roman - j'aurais dû compter combien de fois j'ai frôlé la crise cardiaque, tiens... J'ai aussi constamment pensé à ce qu'a écrit Fashion dans un commentaire de ce billet-ci, c'est-à-dire à cette émotion qui est là, pas immédiatement pour ce qui est écrit, mais parce qu'on sait que c'est la fin. Dès le début, j'étais fébrile. Mais je suis une grande fille, je n'ai pas pleuré (en fait, c'est pathologique : je ne sais pas pleurer devant un livre), ce qui ne m'a pas empêchée d'être (très) émue par moment, et ce dès le deuxième chapitre (vous savez, avec l'article d'Elphias Doge... et qu'on ne me dise pas que je spoile, franchement, je n'ai rien dit !).
La quête d'Harry Potter est passionnante, et surprenante... je ne savais pas que J.K.R. allait nous emmener aussi loin. Depuis, je pensais bêtement que le septième tome serait "uniquement" le lieu de résolutions de toutes les grandes interrogations; or la coquine arrive encore à distiller du nouveau, à piquer la curiosité du lecteur qui, infailliblement, a toujours un wagon de retard sur les personnages, capables d'appréhender à merveille certains épisodes périlleux.
J'ai beaucoup apprécié les lumières apportées par J.K.R., notamment sur certains personnages, et ce qui est d'autant mieux, c'est qu'elle ne livre pas toutes les clés. On peut ainsi continuer à voyager une fois le livre refermé...
J'aurais adoré listé les chapitres qui m'ont le plus marquée, mais il y aurait finalement à dire sur chacun d'eux... sachez simplement que cet ultime volet (mais quelle tristesse !) ne lésine pas sur les situations spectaculaires, l'humour, les rebondissements, l'émotion (l'amitié et l'amour ont toujours été les clefs de voûte de la vie d'Harry Potter...), la peur, etc... J'ajouterais juste que le chapitre 33 m'a vrillé le cœur (et sa dernière phrase ! ah !)
Il y a quelques temps, quelqu'un que je n'aime pas du tout souhaitait m'offrir un livre, et comme c'était quelqu'un que je n'aimais pas du tout, j'ai gentiment refusé (je ne suis malheureusement pas profiteuse - faut dire aussi que le livre ne m'intéressait pas, mais bref !). Il a alors pris ses grands airs, en me disant : "Bah ! Si tu veux rester avec tes Harry Potter !", d'un air de me dire que, pauvre fille que je suis, je n'atteindrai jamais la culture ni la vraie littérature.
Eh bien, c'est avec un grand plaisir que je resterai inculte, avec mes sept tomes chéris.

"On peut trouver le bonheur, même dans les moments les plus sombres. Il suffit de se souvenir d'allumer la lumière."
Albus Dumbledore, dans l'adaptation cinématographique d'Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban
 


Les avis des autres : Fashion, Céline, Clarabel, Yue-Yin, Rose et Chiffonnette ont le compliment facile (mais quel bon goût !!). J'ai bien pensé censurer tous les avis qui ne sont entièrement positifs (après tout, c'est mon blog, je fais ce que je veux !), mais dans ma grande mansuétude, j'accepte aussi les commentaires de Lilly, Lou et  Emeraude...

Posté par erzebeth à 10:16 - lecture - Commentaires [14] - Permalien [#]

Commentaires

    C'est bien d'être magnanime... )) Je ne sais plus comment se finit le chapitre 33 et le HP7 n'est pas chez moi... : c'est quoi ce chapitre ? (sans spoilers, bien sûr!)

    Posté par fashion victim, dimanche 11 novembre 2007 à 15:20
  • T'en fais pas, les grincheux qui prétendent encore que lire Harry Potter est un symptome évident d'inculture sont eux-memes des incultes bornés (enfin, c'est mon avis sur la question).
    Si tu regrettes trop certains personnages secondaires, tu peux toujours te lancer dans la fanfiction . Il y a pas mal de sites regroupant les amateurs de ce genre d'exercice.
    Vive HP et la relecture de HP!

    Posté par Agnès, lundi 12 novembre 2007 à 09:41
  • Bon, alors j'ai plusieurs choses à dire :
    1. je suis à 300% d'accord avec toi sur la fin. J.K.R a mis un réel point final, nous empêchant d'imaginer une suite pour chacun d'eux et ça m'a déplu aussi.
    2. certes, je n'ai pas été autant emballée que toi (d'ailleurs chapeau pour ce billet émouvant qui me donne envie de me replonger dans les aventures de HP!), mais je me rends compte que, contrairement à toi, je l'ai dévoré en 2 jours et je pense être passé à côté de plein de choses.
    Surtout que je n'avais pas relu les tomes précédents (juste vu le 5 au cinéma).

    Posté par Emeraude, lundi 12 novembre 2007 à 21:23
  • Je suis toujours surprise par les gens qui dénigrent HP ou qui considèrent qu'il s'agit d'une sous-littérature pour enfants ; la plupart du temps c'est qu'ils ne l'ont pas lu ou ont seulement vu les films. Libre à chacun cependant de bouder son plaisir ! Moi j'ai trouvé comme toi ce dernier volume émouvant et raisonnablement surprenant et inattendu pour un volume de fin de saga.

    Posté par rose, mercredi 14 novembre 2007 à 14:42
  • Mais s'agit-il réellement d'une fin ?
    Concernant le chapitre 33, si c'est bien celui-auquel-je-pense, j'ai trouvé ça vraiment très vilain de sa part, j'avais les larmes aux yeux.

    Posté par praline, mercredi 14 novembre 2007 à 20:43
  • Fashion : je n'ai pas non plus le livre sous les yeux... Le chapitre doit s'appeler "Les souvenirs du prince", ou quelque chose comme ça... Mais c'est la dernière phrase, oh, toute simple, qui m'a bêtement touchée.

    Agnès : welcome ! Honnêtement, l'inculte borné ne me tracasse pas vraiment, il va pas me faire changer de lecture !
    Par contre la fanfiction, j'en ai lu dans le temps, mais m'y mettre personnellement, pouah, non ! Je n'écris pas. Et toucher à un univers qui existe déjà, c'est délicat !

    Emeraude : bienvenue aussi ! Pour le point final, c'est encore pire, j'ai lu des interviews de JKR où elle détaille vraiment les métiers des uns et des autres, et j'ai dé-tes-té qu'elle fasse ça !
    Sinon, tu as bien sûr le droit absolu d'être moins élogieuse que moi ! C'est vrai que relire les deux précédents tomes m'a peut-être aussi aidée à replonger dans l'univers, et à être plus réceptive...

    Rose : je te confirme, la personne n'a jamais ouvert un HP, ni même vu un film... mais c'est pas grave. Il y a des gens obtus, on fait avec ! Je suis désolée de t'avoir oubliée dans les liens, je te rajoute de suite !

    Praline : j'espère, oui, que c'est la fin ! Elle peut faire l'encyclopédie (ce qui me paraît une bonne idée), mais après, je ne veux rien d'autre ! Qu'on puisse imaginer nous-mêmes les renseignements qui manquent... (et mon cerveau refuse la mort de certains personnages aussi, donc je me les imagine vivants, et c'est très bien comme ça )

    Posté par erzébeth, jeudi 15 novembre 2007 à 16:09
  • "Le lecteur rebondit sans cesse sur les souvenirs qu'il a gardés des lectures des tomes précédents, ce qui me sidère d'ailleurs : dès le début, la romancière savait où elle allait (même si, évidemment, il y a certains détours qu'elle n'avait pas pu prévoir d'avance), c'est une incroyable marionnettiste qui ne s'est pas emmêlée dans tous les fils qu'elle manipulait."
    Et c'est ça qui est génial chez J.K.R.
    Si je me trompe pas, le premier tome de la saga est sortie depuis bientôt 10 ans, et, depuis le début, si ça se trouve, elle avait tout prévu, dans les grandes lignes, du moins.
    Si ça, c'est pas du talent !

    Bon, je ne l'ai pas encore lu, ni ai le livre chez moi. Mais, tu sais quoi ? Je crois bien que je vais pas le lire (comment ça, c'est un crime ?, comme tu le dis si bien : tu aurais mieux fait de t'imaginer la fin toi-même ! Eh bien, je crois que je vais me retenir de lire le 7ème tome pendant qu'il est encore tant.
    Même si je ne me souviens pas de l'intrigue dans ses détails des précédents, ce qui fait qu'au final, ben, euh... je ne sais plus ce qu'il se passe dans le tome 6 et ne peux m'imaginer la fin !
    Bon ben, alors, tant pis, je suis condamnée à le lire, ce 7ème tome.

    Quant à la charmante personne qui juge la qualité de la saga sur le tapage médiatique qu'elle produit, vu l'estime que je porte pour les livres, j'aurais vite fait de la forcer à les lire, voire d'aimer !!
    Perso, je n'aime pas les adaptations ciné ni le tapage "commercial" autour de H.P., de bien piètre qualité, mais il faut aussi savoir se débarrasser de ce genre de préjugés : la saga est une merveille de romanesque, de style, de Beauté...
    D'ailleurs, J.K.R. est pour moi une héritière de la littérature britannique du XIXème siècle : dans l'univers développé, dans les peurs qu'elle provoque parfois en nous (tome 3), tout cela me fait penser à mes auteurs chéris de romans gothiques/fantastiques.
    "Harry Potter" renoue avec la tradition littéraire britannique du XIXè, et avec brillance.

    Posté par Esis, jeudi 15 novembre 2007 à 18:32
  • Alors, finalement, tu t'es mise d'accord avec toi-même ? Tu vas vraiment le lire ?
    Tu peux, mais zappe le dernier chapitre, qui est là pour "rassurer", mais ça n'est pas très bienvenu. Enfin, je te le conseille vraiment; c'est un très bon livre...
    Quant à une JKR, héritière de la littérature britannique du 19e, peut-être... je n'ai pas assez lu pour juger. Mais je sais qu'elle s'est fortement imprégnée de littérature plus "classique", oui !
    (moi, j'ai eu peur avec le 4e tome. Tu sais, dans le cimetière, à la fin... atroce !)

    Posté par erzébeth, jeudi 15 novembre 2007 à 22:01
  • (bon, ce fameux commentaire sur HP...) (cf post d'en haut)
    Ton post me ramène dans ce moment magique de lecture que j'ai eu cet été! C'est exactement comme tu le décris! Bravo pour avoir eu autant de maitrise de soi dans ta lecture! Moi j'ai été complètement asociale pendant trois jours! (je lis lentement)(on va dire que je savoure)
    Moi aussi elle me fait complètement halluciner JKR. Je me demandais vraiment comment elle allait s'en sortir. A propos de JKR, as-tu entendu parler de sa conférence au cours de laquelle elle a annoncé que Dumbledore était gay? (tiens ça me donne une idée de billet ça...) Il était amoureux de Gridenwald!

    Au fait, les fâcheux comme la personne que tu décris à la fin, on fait comme Queneau, on leur dit: merde, et remerde, et reremerde. Ah mais.

    Posté par Céline, vendredi 16 novembre 2007 à 14:42
  • Je suis ravie de te rappeler de bons souvenirs de lecture ! J'ai aussi réussi à maîtriser ma lecture parce que c'était le dernier tome, et que je voulais absolument savourer...
    Oui, j'ai lu la conférence ! et ça ne me plaît pas. Pas du tout à cause de la sexualité de Dumbledore (de toute façon, on a bien senti dans le roman qu'il était très attaché à Gridenwald...), mais parce que JKR répond tout et n'importe quoi ! J'ai lu plusieurs conf's, où elle se contredit notamment dans le futur des survivants, la vilaine ! Enfin, je ne lui en veux pas trop, non plus

    Puis j'aime beaucoup ta dernière phrase - je ferai passer le message

    Posté par erzébeth, vendredi 16 novembre 2007 à 22:52
  • Tu es trop bonne ;o) Mais pour te conforter dans ta générosité, j'ai prévu de le relire au calme, sans l'envie de savoir si mes chouchous vont survivre qui me faisait perdre patience dès que l'intrigue piétinnait un peu.

    Posté par Lilly, dimanche 18 novembre 2007 à 23:15
  • Ah, je te comprends Lilly ! (et bienvenue !) Etre dans l'incertitude pour les chouchous, c'était une torture - et inversement (j'étais persuadée que tel personnage allait mourir, et finalement... non !).
    Non mais de toute façon, même si tu restes sur ta position, je ne t'en voudrai pas une seule seconde ! )

    Posté par erzébeth, vendredi 23 novembre 2007 à 15:44
  • Je crois qu'en vérité, depuis le tome 5, je n'aime plus Harry Potter. Et la fin du 7, je l'ai détestée.

    Posté par Holly G., lundi 10 décembre 2007 à 15:06
  • Oh... Il ne m'est jamais venu à l'esprit de ne plus aimer Harry Potter. C'est mon G.R.M. (Grand Remonte-Moral), alors je ne peux pas le perdre !
    Mais je peux comprendre que l'évolution laisse à désirer... Quant à la fin du 7, ah ! Déchirons les pages du dernier chapitre

    Posté par erzébeth, mercredi 26 décembre 2007 à 11:53

Poster un commentaire