N.u.l.l.e.

Nouvel Univers Lunatique et Lacunaire d'Erzébeth

jeudi 20 mars 2008

De l'inconvénient d'aimer

Vingt-quatre heures d'une femme sensible
Constance de Salm (1824)
(Phébus, 2007)

"Une femme vraiment délicate et sensible éprouve une foule de sensations qui sont inconnues à la plupart des hommes."

femmesensible Au début, il y a une légère appréhension, à cause du sujet (les femmes sont rarement modérées dans les romans d'amour) et à cause de la forme (je déteste l'épistolaire, alors que le mot en lui-même sonne délicieusement à mon oreille). Mais il serait très mal élevé de ne pas lire les livres qu'on nous offre, et puis cette couverture est très belle (le modèle a été vu et revu, certes...), et puis le texte est court et puis...
Et puis au début, il y a l'ennui. Ah ! Mon amour ! Mon bien aimé ! Je me consume de douleur de ne pas pouvoir en cet instant brûler sous ton regard de braise ! (c'est moi qui invente, admirez le talent). Autant dire que les exclamations à outrance, les soupirs exagérés, les sentiments exacerbés me donnent plutôt envie de fuir, et vite. J'avais décidé de ne pas aimer.
Et puis je me suis surprise à chercher un crayon du regard parce que je voulais retenir une phrase (oui, j'écris dans mes livres). Je me suis surprise à oublier un peu la forme (mais comment fait-elle pour écrire autant ? un homme ne survivrait pas à la réception d'autant de lettres), à me concentrer sur ce qui se passait. Il est peut-être d'ailleurs temps de le lire : Madame de *** a vu l'homme de sa vie (qu'elle va épouser, bientôt - ils le souhaitent tous les deux) partir d'un bal en compagnie d'une autre femme. Sans un regard pour elle. La rumeur dit que l'homme s'est échappé à la campagne, en pleine nuit - avec cette autre femme. Sans prévenir Madame de ***. Devant l'angoisse, l'incertitude, la peur de perdre celui qu'elle aime par-dessus tout, Madame de *** va écrire, inlassablement, des lettres adressées à son amant; des lettres de plus en plus désespérées au fil des heures. De rebondissements en rebondissements, ces vingt-quatre heures de crainte et d'ignorance trouveront une issue - heureuse ou malheureuse ?
C'est touchant d'assister aux épanchements amoureux d'une femme perdue, qui doute d'être capable de survivre à cette perte. Bien sûr, tout ça est enrobé du style de l'époque, et d'une emphase qui a tendance à m'ennuyer; et pourtant, malgré moi, le charme a opéré. Vingt-quatre heures d'une femme sensible est un roman délicieux, entraînant et assez juste - (celle qui dirait ne s'être jamais inquiétée alors qu'elle était sans nouvelle d'une personne chère est une menteuse). Bien sûr, on n'est pas obligé de tomber dans l'excès comme Madame de ***... et pourtant, quelque part, on la comprend. Me voilà donc au final doucement séduite par ce roman très agréable...

"Mais on donne à tout la teinte de son âme, et la soirée d'hier a rempli la mienne d'amertume. Ah ! les hommes !..."

Clarabel, Lilly et Laure l'ont lu (et aimé !)

Posté par erzebeth à 20:20 - lecture - Commentaires [14] - Permalien [#]

Commentaires

    J'étais très peu intéressée au départ (même si j'aime bien les romans épistolaires) mais j,avais peur de me retrouver avec un blabla intense de déclarations d'amour... si tu avais la même appréhension et que tu as trouvé ça bien... peut être alors!

    Posté par Karine, jeudi 20 mars 2008 à 21:26
  • "un homme ne survivrait pas à la réception d'autant de lettres" : mouhahahaha! J'adore!
    Sinon, pour le roman, oui, pourquoi pas ? (même si les loghorrées amoureuses me lassent très très vite, moi aussi)

    Posté par fashion victim, vendredi 21 mars 2008 à 08:21
  • Ca, quand on voit leur amour du téléphone, l'épistolaire... M'enfin!
    Je suis assez séduite par ce roamn! Après tout, pouruqoi pas! J'aime bien cette forme épistolaire contrairement à toi! Je note!

    Posté par chiffonnette, vendredi 21 mars 2008 à 08:32
  • je ne lis pas ton avis, on vient de me le prêter !

    Posté par amanda, vendredi 21 mars 2008 à 09:47
  • Il fait déjà partie de ma LAL, mais je le repoussais sans arrêt et visiblement à tort...

    Posté par florinette, vendredi 21 mars 2008 à 09:58
  • ça pourrait m'intéresser... (si elle sait écrire des vraies lettres, et pas des SMS, je suis partante)

    Posté par kathel, vendredi 21 mars 2008 à 12:20
  • Comme Fashion, j'adore ta réflexion sur les hommes et les lettres ;o))
    Pour le côté pleurnicheur de l'héroïne et à son imagination débordante, j'aime beaucoup. Elle me fait penser aux héroïnes gothiques.

    Posté par Lilly, vendredi 21 mars 2008 à 15:36
  • * Karine, bienvenue !! Si tu aimes les romans épistolaires, c'est une chance de plus pour apprécier ! après, tout dépend aussi de ta résistance aux déclarations amoureuses... (mais quelqu'un qui lit & aime Jane Austen ne peut pas être effrayé par quelques propos enflammés, n'est-ce pas ? )

    * Fashion, je comprends que tu sois intéressée, tes bibliothèques sont tellement vides...
    Les effusions d'amour sont honnêtement supportables (pire : elles sont touchantes), c'est juste le style, qui est tendrement désuet...

    * Chiffonnette, je dois être un homme, j'exècre le téléphone... Heureuse que ça te tente, de toute façon, c'est un livre très court, et finalement vraiment beau...

    * Amanda, c'est super ! Je sais que tu lis vite, je n'attendrai pas longtemps avant de savoir ce que tu en as pensé...

    * Florinette, je connais assez mal tes goûts, mais je pense que ça pourrait te plaire, vraiment.

    * Kathel, ce sont de vraies belles lettres, aucun souci là-dessus...!

    * Lilly, je ne pensais pas que cette petite phrase ferait mouche, et par deux fois !
    Je ne connais pas encore la littérature gothique (mais ça changera un jour, sûr), donc je te fais confiance pour le rapprochement...

    Posté par erzébeth, vendredi 21 mars 2008 à 19:19
  • J'avais failli dire Catherine Morland, mais ta haine de Jane Austen est légendaire dans la blogosphère, et je me suis retenue à temps ;o) Cela dit, l'ultra sensibilité se rapproche davantage d'une Emily des "Mystères d'Udolphe" que de Catherine. En fait, cette comparaison n'est pas franchement pertinente, les romans sont très différents. Ce que je voulais dire, c'est que j'aime bien ces héroïnes qui en font des tonnes ))

    Posté par Lilly, samedi 22 mars 2008 à 19:09
  • Oh, Lilly, ce n'est pas de la "haine" envers Jane Austen, c'est juste que je n'accroche pas du tout à ses romans, ce qui est somme toute étonnant, puisque j'ai une guimauve à la place du cœur... mais bon, cette année, je vais essayer de la relire, pour le challenge !
    Puis ton rapprochement est assez judicieux, si je ne m'abuse, Jane Austen s'est inspirée des "Mystères d'Udolphe" pour écrire "Northanger Abbey", non ?

    Posté par erzébeth, samedi 22 mars 2008 à 20:32
  • Oui, ces deux romans sont complètement liés. En fait, c'est comparer l'héroïne de Constance de Salm à Emily ou Catherine qui est loufoque. Elles ont juste des aspects de leur personnalité en commun, mais les romans diffèrent du tout au tout.
    Pour Austen, tu as lu tous ses romans ? Les adaptations non plus (ou tu fais une allergie rien qu'en entendant les titres) ?

    Posté par Lilly, samedi 22 mars 2008 à 22:27
  • J'avais bien saisi que la parenté entre l'héroïne de Constance de Salm et celles d'Austen et Radcliffe était légère, mais c'est sur un point intéressant, donc tu vois, ça me motive pour lire Austen !
    Par contre, non, j'avoue honteusement que je juge sur presque rien, je n'ai lu que les 100 premières pages d'"Orgueil et préjugés". Après, j'ai totalement abandonné.
    Cette année, je pensais lire "Emma" ou "Northanger Abbey" (mais si c'est celui-là, je veux lire Radcliffe avant).
    Quant aux adaptations, non, j'en ai vues ! Mais peu, je crois. L'"Orgueil" avec Keira Knightley ne m'avait pas beaucoup plu... en revanche, je garde un bon souvenir de "Raison et sentiments" et j'aimerais beaucoup le revoir ! Il concentre nombre d'acteurs qui me plaisent.
    Si tu veux me conseiller sur l'univers Austen, n'hésite pas... ça me fera plaisir !

    Posté par erzébeth, dimanche 23 mars 2008 à 09:14
  • Chouette ! Déjà, je ne te conseille pas "Emma", il traîne vraiment en longueur, et "Mansfield Park" ne m'a pas totalement convaincue non plus. Mon chouchou, c'est "Persuasion". Il est plus mélancolique que les autres, mais très drôle quand même dès le début. Le plus léger est "Northanger Abbey", mon deuxième chouchou. Par contre, je ne trouve pas ça forcément stupide de le lire avant "Les mystères d'Udolphe". Avoir lu Austen avant m'avait vraiment motivée à lire Radcliffe, qui a quand même un style daté (que j'ai adoré, mais daté quand même). Et pas besoin de connaître par coeur la littérature gothique pour lire "Northanger Abbey". Dans le pire des cas, tu n'auras qu'à le relire^^.
    "Persuasion et "Northanger Abbey" sont aussi plus courts, donc tu pourras facilement les terminer et en dire tout le mal que tu en penses si ça se passe mal (ce qui me paraît impensable ;o))

    Pour les adaptations, "Raison et Sentiments" est un de mes films chouchous. Et totalement d'accord sur la concentration d'acteurs géniaux^^. "Orgueil et Préjugés" me plaît beaucoup moins, je ne fonds absolument pas devant l'acteur qui joue Darcy, et je la trouve un peu nunuche. Si tu peux voir "Mansfield Park" de Patricia Rozema, c'est très sympa (contrairement à ce que j'ai dit sur mon blog, il faut que je refasse le billet..). L'adaptation ITV de "Northanger Abbey" est géniale aussi, très drôle et très fraîche (Cuné en a parlé je crois).

    Pour d'autres conseils, Cuné et Emjy sont plus austeniennes que moi...

    Posté par Lilly, mardi 25 mars 2008 à 21:25
  • Merci pour tous ces précieux conseils ! C'est vrai que Cuné et Emjy sont de grandes connaisseuses, mais justement, ça m'impressionne trop !
    Je vais suivre ton avis, et je lirai "Persuasion", alors (ce qui m'arrange bien, c'est plus prononçable que "Northanger Abbey" !!). Et je promets d'être de bonne foi : si j'aime, je le dirai !
    Pour Radcliffe, je dois être particulièrement bizarre, mais le fait que tu dises son roman daté, ça me donne encore plus envie de le lire...

    Ca me fait plaisir que tu n'aies pas succombé au charme du dernier "Orgueil et préjugés", j'avais trouvé que le Darcy n'était pas vraiment charismatique... Après, quant à voir "Mansfield Park" et "Northanger Abbey", why not, mais où trouver des choses pareilles ? Il faut les acheter directement, non ? Et tu crois que je vais acheter aveuglément des adaptations de Jane Austen ?! )) Ca nuirait à ma réputation, désolée !

    Posté par erzébeth, mercredi 26 mars 2008 à 12:25

Poster un commentaire