N.u.l.l.e.

Nouvel Univers Lunatique et Lacunaire d'Erzébeth

mercredi 26 mars 2008

Amor dolorosa

Anna, soror...
de Marguerite Yourcenar (1925)

947908_graveyard_statue_series_3Courte nouvelle qui aurait dû devenir un roman étoffé, Anna, soror... est le récit amoureux d'un frère et d'une sœur; on tient là le nœud de la nouvelle et pourtant, ce qui est plus intéressant est ce qui se passe avant la conscience réelle de cet amour, et ce qui se passe après sa concrétisation...
Italie, fin XVIe siècle; nous y faisons la connaissance de Don Alvaro, marquis et gouverneur du Fort Saint-Elme; son épouse, la douce Valentine, meurt au cours d'un voyage. Leurs enfants, Anna et Don Miguel, ébranlés par cette perte, vont découvrir qu'ils nourrissent des sentiments troublants l'un pour l'autre.
Miguel est le premier à vraiment "accepter" ce qu'il ressent, même si ça ne rend pas la chose plus facile.

« Il dit :
- J'espère que vos dévotions sont finies.
Elle attendait qu'il continuât. Il reprit :
- N'y-a-t-il pas d'autres églises, plus solitaires ? Vous a-t-on admirée assez longtemps ? Est-il bien nécessaire d'apprendre au peuple la façon de vos baisers ?
- Mon frère, dit Anna, vous êtes très malade.
- Vous vous en apercevez ? dit-il.
Et il lui demanda pourquoi elle n'était pas allée faire au couvent d'Ischia la retraite de la Semaine Sainte. Elle n'osa lui dire qu'elle n'avait pas voulu le quitter. »

Parce que les amours platoniques n'ont cours que dans les romans (et que nous sommes ici dans une nouvelle), la situation se complique. Don Alvaro découvre que ses enfants entretiennent une relation incestueuse. Et, quoi de pire que de vivre un amour impossible, condamné ? Comment supporter, comment taire ces sentiments qui nous brûlent ? (je suis sûre que j'ai un avenir dans l'écriture de romans à l'eau de rose) - ce qui n'était pas le cas de Marguerite Yourcenar, que je lisais pour la première fois et qui montre, pendant cette centaine de pages, un style littéraire d'une pureté et d'une beauté incroyables. C'en est même l'atout principal de ce petit ouvrage; c'est si joliment écrit que ça nous fait accepter la situation légèrement délicate qui unit le frère et la sœur. Les mots de Yourcenar enveloppent une histoire qui m'a personnellement bien plu, ce bref amour étant à la fois heureux et condamné, évident et caché, triste et beau...
Un premier pas dans l'univers de Yourcenar; je sais que je ne m'arrêterai pas là.

Laurence a été un peu moins charmée.

Posté par erzebeth à 17:10 - Commentaires [12] - Permalien [#]

Commentaires

    "(je suis sûre que j'ai un avenir dans l'écriture de romans à l'eau de rose)" : décidément, tu me fais beaucoup rire, chère Erzébeth! Bon alors je vais dire quelque chose d'horrible, voire même d'atroce mais je n'aime pas du tout Margurite Yourcenar. J'ai dû m'y reprendre à 10 fois pour venir à bout des "Mémoires d'Hadrien" considéré comme son chef-d'oeuvre et je me suis tellement ennuyée en lisant "L'oeuvre au noir" (le préféré de ma mère, grande yourcenarphile devant l'éternel) que je préfère à l'avenir, dans un élan de bonté envers moi-même, m'épargner la lecture de ses oeuvres (ses "Nouvelles orientales" sont pas mal mais franchement il n'y a pas de quoi se rouler par terre, et ça y est je me suis fait plein d'ennemis). Je reconnais par contre qu'elle écrit très bien. C'est tout. C'est trop peu. (et je vais me cacher)

    Posté par fashion victim, jeudi 27 mars 2008 à 09:38
  • mince j'allais dire moi aussi que yourcenar...mouais bof...et voilà que fashion dit tout!!!! pfffffffff
    mais je te félicite ma soeurette pour ta future carrière d'ecrivain à l'eau de rose tu sais déjà que tu auras une fervente lectrice!!!! )))

    Posté par lamousme, jeudi 27 mars 2008 à 14:01
  • j'ai découvert Yourcenar par "Anna, soror..." c'était une lecture imposée et j'ai adorée. Je n'ai lu que "L'oeuvre au noir" ensuite, j'avance lentement (un tous les 3,4 ans!) mais je veux lire "Les mémoires d'Hadrien" bientôt. Son écriture est limpide, évidente, aveuglante presque tellement je sens que c'est ça et que ça n'aurait pas pu être autrement... bref, moi, j'adore!! Et je trouve qu'il n'y a jutement pas que l'écriture, mais quelque chose d'autre derrière, que je en sais pas définir mais qui m'émeut beaucoup.

    Posté par Mo, jeudi 27 mars 2008 à 14:30
  • * Fashion, merci d'être réceptive à mon humour !
    Et ne te cache pas, tu es totalement pardonnée pour Yourcenar... heureusement qu'on n'aime pas tous les mêmes livres, sinon on s'ennuierait vite. En plus, on ne peut pas dire que tu n'as pas essayé ! Et, personnellement, je me base sur peu, cette nouvelle étant très mince... donc mon sentiment peut encore basculer (même si je ne l'espère pas, of course).

    * Lamousmé, je t'ai répondu en partie avec le commentaire de Fashion... Tu aimes beaucoup d'autres très bonnes choses, donc ça compense
    Quant à mes livres sentimentaux, euh... ne les attends pas trop, ils risquent d'être longs à écrire !!

    * Mo, merci pour ce commentaire, ça m'encourage dans ma future découverte de Yourcenar... Je crois moi aussi que je continuerai avec "L'oeuvre au noir". Et je crois avoir perçu, un peu, ce petit "plus" que tu évoques...

    Posté par erzébeth, jeudi 27 mars 2008 à 19:46
  • Voilà, Yourcenar, c'est ce que j'appelle de la Littérature.

    Posté par Holly G., mardi 1 avril 2008 à 08:52
  • Oui, tu as raison.
    Et tu me fais sourire, en prime.

    Posté par erzébeth, mardi 1 avril 2008 à 10:35
  • Je préfère, parce que te rendre triste soufflerait un immense chagrin dans ma vie.

    Posté par Holly G., mardi 1 avril 2008 à 12:47
  • Oh, ne t'inquiète pas pour ça !
    Aucun danger.

    Posté par erzébeth, mardi 1 avril 2008 à 14:19
  • Quel est à ce point mon amour pour l'Oeuvre de Yourcenar, je ne saurais le dire.
    Cette femme était d'une sensibilité extraordinaire, et avait une vision du monde et de la littérature dans laquelle je me retrouve totalement. Je me dis d'ailleurs que je lui ai très mal rendu hommage dans ma chronique des "Souvenirs Pieux", aussi c'est pour cela que je l'ai enlevé pour la retravailler.

    Posté par Esis, dimanche 6 avril 2008 à 15:58
  • Mais tu promets de la remettre en ligne, hein ? Je ne me souviens plus exactement de cette chronique, alors que j'ai parcouru ton blog en entier...
    Je ne connais pas encore Yourcenar (parce que cette nouvelle ne suffit pas pour la connaître), mais puisqu'elle te plaît tant, ça me donne encore plus envie de la découvrir.

    Posté par erzébeth, dimanche 6 avril 2008 à 18:19
  • J'espère le plus vite possible, oui .

    Posté par Esis, dimanche 6 avril 2008 à 21:43
  • Là, tu m'en demandes trop ! Mais j'ai prévu de lire "L'œuvre au noir", oui.

    Posté par erzébeth, mercredi 9 avril 2008 à 16:13

Poster un commentaire