N.u.l.l.e.

Nouvel Univers Lunatique et Lacunaire d'Erzébeth

lundi 23 juin 2008

Méfions-nous des enfants trop curieux

Commençons par une devinette :
Qu'est-ce qui est plus ennuyeux qu'un livre qui a été lu par la majorité des blogs de lecture ?
Réponse : un livre qui a été lu par la majorité des blogs de lecture, et qui fait l'unanimité absolue.

Heureusement que je suis là !
La cible du jour est :

L'ombre du vent
de Carlos Ruiz Zafon (2001)
traduit de l'espagnol par François Maspero
637 pages, Livre de poche

J'éprouve en général un grand plaisir à lire un roman qui se résume lui-même à un moment donné de l'intrigue. Comme c'est le cas ici, je ne vais pas me gêner pour laisser le roman se présenter tout seul :

« - ... il s’agit d’une histoire de livres.
- De livres ?
- De livres maudits, de l’homme qui les a écrits, d’un personnage qui s’est échappé des pages d’un roman pour le brûler, d’une trahison et d’une amitié perdue. Une histoire d’amour, de haine et de rêves qui vivent dans l’ombre du vent.
- Tu parles comme la couverture d’un roman de gare, Daniel.
- Ca doit être parce que je travaille dans une librairie et que j’en ai trop vu défiler. Mais cette histoire-là est réelle. »

Daniel n'a que dix ans quand son père, libraire et veuf, l'emmène secrètement dans le Cimetière des Livres Oubliés; l'enfant est autorisé à choisir un livre - un seul. Il se saisira de L'Ombre du vent, d'un mystérieux Julian Carax, sans se douter que ce choix bouleversera réellement sa vie. Car, au lieu de se contenter de lire le roman et de le poser ensuite sur son bureau, Daniel va enquêter sur l'auteur, espérant retrouver sa trace, ou d'autres livres qu'il a pu écrire - sauf que ceux-ci semblent être victimes d'autodafés...

Cela démarrait gentiment, presque naïvement; j'ai alors décidé que c'était un conte, parce qu'il y avait une sorte de candeur magique. Je craignais que ce soit une gentille histoire sur le pouvoir enchanteur de la lecture, mais finalement, ça évolue. La quatrième de couverture parle assez justement d'un roman d'apprentissage; il y a évidemment de cela. Le petit Daniel, orphelin de mère, qui vit au-dessus de la librairie de son père, connaît un destin presque exceptionnel grâce au livre qu'il a choisi. Cet objet, qui pourrait être anodin, lui fera rencontrer les personnes les plus étranges d'une Barcelone embrumée : un homme "sans visage" qui a pris l'identité d'un personnage du livre, une jeune aveugle à la beauté troublante, un clochard meurtri mais débordant de vie, un flic d'une répugnance extrême, la sœur du meilleur ami d'enfance (sœur qui est évidemment devenue superbe avec le temps), etc... Pendant toute sa quête, Daniel rencontrera des personnes ambiguës, qui se taisent sans qu'il ne comprenne pourquoi, qui mentent pour préserver des secrets.
Le plus sage est de ne pas entrer plus dans l'intrigue, pour laisser aux futurs lecteurs le bonheur de tout découvrir par eux-mêmes... Le bonheur ? Oui, un peu. La lecture est agréable, on est intrigué tout autant que le jeune homme par les mystères qui entourent l'étrange roman. On se prend au jeu, indéniablement, et l'intérêt est redoublé quand certains fils se dénouent.
Pourtant, il faut être honnête, il y a un moment où ça devient vraiment trop. On croit savoir des choses, mais finalement non, et c'est à ce moment-là qu'on découvre quelque chose de terrible... Il y a trop de rebondissements, surtout que certains sont vraiment inutiles, grotesques. Est venu un moment où je n'y croyais plus, où l'excuse du conte ne fonctionnait plus. Ça n'empêche pas que la lecture soit agréable, mais l'auteur a voulu mettre trop de choses dans ce roman, il a voulu développer plusieurs dimensions (fantastique, policière, amoureuse) et l'ensemble perd de sa crédibilité.
Aussi, le style n'est pas des plus flamboyants; en fait, ma crainte initiale ne m'a jamais totalement quittée. Certes, c'est attachant, et puis quand on aime les livres, on s'y reconnaît un peu, etc, mais j'ai trouvé ça, comment dire ? tendrement consensuel. Au bord du cliché. Je ne pense pas que Carlos Ruiz Zafon y succombe totalement, mais j'ai trouvé que son équilibre était vacillant.
Exigeante, la fille, non ? Tous ces petits désagréments font que ce n'est pas un coup de cœur, mais j'ai quand même beaucoup apprécié l'ensemble, parce que cela reste un roman amusant, intriguant, intéressant. On ne va pas dire que je suis déçue, mais disons beaucoup plus tempérée que bon nombre d'avis qu'on peut trouver sur la toile.
Ceci dit, moi qui m'interroge légèrement sur ma future vie professionnelle, je serais ravie, comblée, d'être gardienne du Cimetière des Livres Oubliés.

Je vous renvoie vers quelques lectrices enchantées : Flo,  Kali, Yue Yin et Caroline (qui vous dirigeront vers d'autres avis encore)

« Tandis que je traversais des tunnels entiers de livres dans l’obscurité, je ne pus éviter une sensation de tristesse et de découragement. Je pensais que si j’avais découvert tout un univers dans un seul livre inconnu au sein de cette nécropole infinie, des dizaines de milliers resteraient inexplorés, à jamais oubliés. Je me sentis entouré de millions de pages abandonnées, d’univers et d’âmes sans maître, qui restaient plongés dans un océan de ténèbres pendant que le monde qui palpitait au-dehors perdait la mémoire sans s’en rendre compte, jour après jour, se croyant plus sage à mesure qu’il oubliait. »

Posté par erzebeth à 09:15 - lecture - Commentaires [12] - Permalien [#]

Commentaires

    J'aime beaucoup ton intro. Personnellement, les livres lus et adorés par tout le monde me font fuir. Je pense que ça vient du fait que je n'ai pas souvent les mêmes goûts que la plupart des blogueurs.

    Ce livre me faisait de l'oeil lors des premiers billets apparus, mais mon intérêt a beaucoup diminué depuis. Je vois tout à fait ce que tu veux dire par gentil mais bof. Ce livre me semble un peu trop long pour que les points positifs l'emportent sur les points négatifs.

    Posté par Lilly, lundi 23 juin 2008 à 12:14
  • Mais c'est pas du tout une méchante critique, ça madame! Moi je dis que certaines ont des leçons à prendre chez leurs aînées... Je dis ça, je dis rien... ))) En lisant le début de ton billet, je m'attendais à une descente en règle et je me frottais les mains : "du sang, du sang!" (oui, parfois je suis atroce)

    Sinon, je n'ai pas lu ce livre et je crois que je vais définitivement arrêter les romans que tout le monde lit, hein, parce que, comme Lilly, je n'ai pas tout à fait les mêmes goûts que tout le monde. Mais on s'y fait... ))

    Et sinon (ça fait beaucoup de sinon, mais j'aime bien), ça fait quoi d'être la 10ème à faire le billet ?

    Posté par fashion, lundi 23 juin 2008 à 16:36
  • Oui heureusement, car grâce à toi, quand je serais décidée à me lancer dans ce roman qui traîne depuis un petit moment dans ma PAL, je le ferais sans cet enthousiasme qui m'accapare l'esprit, mais avec le sentiment que ce livre peut être une véritable déception !

    Posté par Florinette, lundi 23 juin 2008 à 17:07
  • * Lilly, je partage ton avis, puisque tu partages le mien (...). Ceci dit, je n'ai rien contre les gens qui aiment les mêmes livres - c'est juste que je développe une petite méfiance envers les livres encensés (les trouverai-je aussi bien ?).
    Pour "L'ombre du vent", je t'assure que l'ensemble reste bien agréable, au-dessus d'une grande partie de la production actuelle. Mais (pour moi) rien de mémorable.

    * Fashion, je n'avais aucune envie d'être méchante !! Juste être moins dithyrambique que les collègues (ce qui peut déjà suffire pour être montrée du doigt, déjà que je n'aime pas Austen, j'accumule les tares ) ) La seule fois où j'ai été méchante, c'était avec Nelly Arcan, mais franchement : elle l'avait mérité.
    Et tu exagères, parce que tu rejoins les goûts de certain(e)s, ne serait qu'avec "Fascination" et cie, Stéphanie Plum (ok, c'est toi qui l'as fait découvrir aux autres), Jane Austen (...), etc...
    J'aime beaucoup ta question finale, à laquelle je répondrai : c'est finalement agréable quand on ne pense pas comme les autres (tu connais ça, avec Ovaldé...!)

    * Florinette, ta conduite est très sage ! On est parfois trop exigeant dans nos attentes; je te conseillerais de laisser passer quelques mois, histoire d'oublier un peu les différents avis, pour te forger le tien le plus tranquillement possible...

    Posté par erzébeth, lundi 23 juin 2008 à 18:44
  • Pfff, voilà-ti pas que je suis accusée d'être comme les autres maintenant... ))

    Posté par fashion, lundi 23 juin 2008 à 21:08
  • Oui, c'est affreux, j'y ai pensé en l'écrivant ! Ne t'inquiète pas, tu es positivement unique, mais c'est normal de parfois de rejoindre l'avis des autres... tu n'en gardes pas moins ta personnalité !
    (je ne suis pas sûre que ça va te réconforter, la fin de mon discours ressemble à ce qu'on entend à la Star Ac'... )

    Posté par erzébeth, mardi 24 juin 2008 à 09:50
  • L'été 2007.....
    Nous sommes en Italie
    Nous découvrons "L'Ombre du vent " ....
    Mon mari tout d'abord ....et moi
    En septembre j'ai offert ce livre à ma soeur et à toutes mes amies
    Il restera MON livre de l'été 2007 ...........

    Posté par sophie, mardi 24 juin 2008 à 22:57
  • Sophie, bienvenue ! C'est agréable quand une lecture s'intègre à des souvenirs particuliers, ça lui donne une nouvelle saveur. Et je comprends très bien que ce livre puisse marquer ces lecteurs !

    Posté par erzébeth, mercredi 25 juin 2008 à 16:38
  • Je comprends ta déception. C'est souvent le cas lorsque le livre que l'on découvre a été trop encensé par les voisines (mais je dois être une mauvaise lectrice de blogs parce que je ne l'ai pas vu passé celui là !)

    Posté par praline, mercredi 25 juin 2008 à 18:12
  • Mais en fait, je pense que même s'il n'avait pas été encensé, j'aurais été déçue; l'intrigue devient trop exagérée à un moment donné.
    (et en fait, les "voisines", comme tu dis, sont loin de l'avoir toutes lu... mais je me souviens que Flo avait tellement aimé qu'elle insistait pour que tout le monde le lise !).

    Posté par erzébeth, mercredi 25 juin 2008 à 22:43
  • un des plus beau livre que j'ai lu ces derniers temps

    Posté par pom', samedi 28 juin 2008 à 18:45
  • C'est une chance ! C'est merveilleux de rencontrer des livres qui nous plaisent autant...

    Posté par erzébeth, dimanche 29 juin 2008 à 14:32

Poster un commentaire