N.u.l.l.e.

Nouvel Univers Lunatique et Lacunaire d'Erzébeth

vendredi 27 juin 2008

If we took a holiday...

La traversée de l'été
de Truman Capote
traduction de Gabrielle Rolin

J'aime beaucoup Truman Capote, que j'ai lu pour la première fois grâce à Holly Golightly (mais aurait-il pu en être autrement ?). Mon attachement pour cet auteur n'est pas forcément flagrant dans ces pages, parce que mes différentes lectures n'ont pas toutes fait l'objet de billets. Je me rattrape donc avec ce livre-ci...
... dont je n'ai pas mis la date de parution, pour raconter l'histoire que tout le monde connaît : La traversée de l'été est un inédit de jeunesse, publié à titre posthume. Un concierge qui avait déménagé les affaires de l'écrivain avait pris soin de garder ce manuscrit, alors que Capote lui avait demandé de tout jeter.
C'est en 2006 que les lecteurs ont pu découvrir ce gentil petit roman, qui se déroule pendant un été caniculaire à New York. Grady, qui a un prénom de garçon (celui de son frère mort ! quel héritage, dites donc), a dix-sept ans et elle a réussi à convaincre ses riches parents de la laisser seule dans la grande ville, pendant qu'ils partent s'amuser en Europe. Mais pourquoi tient-elle tant à rester à New York ? Parce qu'elle est amoureuse, évidemment ! Alors qu'un Peter Bell, drôle, riche et amoureux, gravite autour d'elle, Grady n'a d'yeux que pour Clyde, un petit gardien de parking. Autant dire que leur amour n'a aucune chance, mais c'est le genre de détail qu'on occulte très vite quand on est justement amoureux, et qu'on a dix-sept ans.
Il n'y a pas énormément à dire sur ce roman de jeunesse, qui correspond bien à l'idée qu'on peut se faire des premiers textes de n'importe quel (bon) auteur : c'est prometteur, on sent le potentiel de l'écrivain, mais c'est en l'occurrence encore léger et moins frappant que ce que Capote a pu écrire par la suite. Néanmoins, La traversée de l'été a un charme bien particulier; on sent la chaleur collante de la ville, le temps paraît suspendu (ce qui est d'autant plus facile pendant les vacances, où on perd aisément les habitudes adoptées en temps normal) et parce qu'elle se retrouve seule, livrée à elle-même (il faut la voir cuisiner, c'est encore pire que moi...), Grady se permet quelques écarts qui auraient été inimaginables en présence de ses parents... Mais voilà, il fait chaud, elle est amoureuse, pourquoi n'aurait-elle pas le droit d'en profiter, de choisir elle-même ce que sera sa vie ?
Le style de Capote n'est pas encore celui qu'il adoptera par la suite, mais il n'est pas dénué de poésie, d'images... A propos de ce style "trop" riche (ce n'est pas mon avis), l'écrivain Gore Vidal a dit : « Capote ? Je ne peux pas le lire, car j'ai du diabète. » Très drôle, non ? Si j'en crois la préface (de Charles Dantzig), les deux hommes ont aimé s'envoyer des piques pendant toute leur carrière.
La traversée de l'été est un texte charmant, à l'apparence légère (et votre maman vous l'a assez répété : méfiez-vous des apparences). La fin apporte une nouvelle ampleur au récit de cet été, et même si cela est amené un peu brusquement, c'est un choix assez convaincant et judicieux. La bibliographie de Capote n'aurait pas souffert si ce texte n'avait pas été publié, mais c'est quand même intéressant de voir ce qu'il a pu écrire dans sa prime jeunesse.

« Mais qu'ai-je fait ? La mer répétait cette question que reprirent à leur tour les mouettes narquoises. Le plus clair du temps, la vie est si monotone que cela ne vaut même pas la peine d'en parler, et elle n'évolue guère avec l'âge. Quand nous changeons de marque de cigarette, déménageons, achetons un autre journal, entamons de nouvelles amours ou en brisons d'anciennes, c'est pour nous révolter, de manière à la fois frivole et grâce, contre le train-train quotidien. Hélas, les miroirs sont plus traitres les uns que les autres et finissent toujours par révéler l'envers de la médaille. En se demandant Qu'ai-je fait ?, Grady voulait dire : Que suis-je en train de faire à présent ? »

En prime, les avis pertinents de Papillon, Kathel et Clarabel

Posté par erzebeth à 09:27 - lecture - Commentaires [13] - Permalien [#]

Commentaires

    Bon, je ne sais pas si je dois le dire ici mais je n'aime pas Truman Capote. Tout ce que j'ai lu de lui m'est tombé des mains : il y a une sécheresse chez cet auteur qui me déplaît profondément. Je ne lirai donc pas celui-ci, même si tu en parles fort bien! ))

    Posté par fashion, vendredi 27 juin 2008 à 16:42
  • Et je viens de voir ton blog-it : je te l'envoie, va, j'ai un stock d'enveloppes bulles dont je ne savais justement que faire... )) Il est hors de question que tu ne voies pas ce chef-d'oeuvre (ah, Clark!))

    Posté par fashion, vendredi 27 juin 2008 à 16:43
  • Fashion, tu as raison d'être intimidée, j'ai l'habitude de lyncher les gens qui ne pensent pas comme moi... j'te jure...! Qu'as-tu essayé de lire de Capote ? Je comprends qu'on puisse ne pas aimer, mais je suis fort étonnée d'entendre parler de sécheresse... après tout, why not ? (as-tu quand même lu "Breakfast at Tiffany's" ? - non, non, ne réponds pas, parce que si tu me dis ne pas avoir aimé, je vais pleurer très fort).
    (pour le blog-it, j'espère que tu auras eu mon mail... mais merci !!)

    Posté par erzébeth, vendredi 27 juin 2008 à 19:03
  • Tout ce que je trouve à dire devant un billet pareil, c'est : mais pourquoi ne t'es-tu pas inscrite au Challenge Vivaldi ?? On pourrait même t'inscrire après coup, pour que tu puisses nous gratifier en septembre d'un billet automnal... Non ?

    Posté par levraoueg, samedi 28 juin 2008 à 06:54
  • Oui ? Je ne sais pas. Je fais déjà un bête défi ABC, cette année... Je n'avais pas envie de m'en rajouter encore. Je réfléchis, d'accord ? Parce qu'en fait, j'ai trouvé quelques livres qui pourraient me plaire. Je vais voir...

    Posté par erzébeth, samedi 28 juin 2008 à 12:09
  • J'ai trouvé beaucoup d'attraits à ce roman de jeunesse, moi aussi (j'ai même fait un p'tit billetà ce sujet !)

    Posté par kathel, samedi 28 juin 2008 à 18:37
  • Ah mais tu fais bien de me le dire ! Je vais "lier" ton avis avec plaisir, ceux qui aiment Truman Capote sont les bienvenus !
    (les autres aussi, d'accord...)

    Posté par erzébeth, dimanche 29 juin 2008 à 14:30
  • J'ai lu "De sang-froid", "Cercueil sur mesure" et "Un été indien" (comme tu le vois, j'ai insisté) et je n'ai rien aimé. Quant à Breakfast at Tiffany's, je ne me prononce pas car j'ai vu le film il y a trèèèèèèèèèèèèès longtemps et, shame on me, je n'avais pas été emballée. Je pense lui offrir une deuxième chance et lire ensuite le roman. Peut-être. ))

    Posté par fashion, dimanche 29 juin 2008 à 18:12
  • Formidable, tu cites donc les trois textes de Capote que je n'ai pas lus (d'accord, j'avoue : j'en ai lus très peu) Mais ta ténacité est admirable, il y a peut-être effectivement une incompatibilité d'univers entre lui et toi... Pour "Breakfast at Tiffany's", je crois préférer le livre. En fait, ce sont deux tons assez différents. Même si tu ne laisses pas de 2nde chance au film, je ne t'en voudrai pas (quelle générosité, dites donc !)

    Posté par erzébeth, dimanche 29 juin 2008 à 20:00
  • Je viens encore mettre mon grain de sel alors que je n'ai même pas lu Truman Capote. En revanche, j'ai vu "Brekfast at Tiffany's" et plusieurs fois même. En général, je le regarde avec "Charade", au chaud à la maison en plein hiver, avec une petite grippe. Vous voyez, il me faut certaines conditions particulières, mais j'ai quand même réussi à le voir plusieurs fois, et j'aime beaucoup.J'aime le grave caché sous une apparence de légèreté et le charme qui ressort de tout ça. En cas de cocooning prolongé, j'ajoute "Certains l'aiment chaud" et "La garçonnière". Ce sont mes programmes consolateurs... Si ça peut venir en aide à certains...

    Posté par Levraoueg, lundi 30 juin 2008 à 13:39
  • Levraoueg, ton grain de sel est toujours le bienvenu
    Ton commentaire donne presque envie d'être malade (je sais, c'est une remarque curieuse). J'aime beaucoup les films que tu cites (hormis "La garçonnière", que je ne connais pas encore mais puisque tu lui trouves quelques vertus, je pense que je n'attendrai pas d'être malade pour le voir).
    Merci, en tout cas.

    Posté par erzébeth, lundi 30 juin 2008 à 19:37
  • Je trouve "Charade" sympa mais sans plus, ce film tient plus sur les épaules de Caryyyyyyyyy Grant et de la sublime Audrey que sur le scénar ou les dialogues, dommage. Dans ce que cite Levraoueg je trouve "Certains l'aiment chaud" très nettement au-dessus des autres : il y a un incroyable sens du rythme et de la construction dans ce film, le duo Lemmon-Curtis (so sexy le Tony, j'adore) fonctionne à merveille et Marilyn est épatante! Je suis une huge fan de ce film et je trouve "La garçonnière" nettement moins bon (Billy Wilder est un cinéaste étrangement inégal je trouve). Les filles, en parlant de films thérapeutiques, vous avez vu les comédies avec Cary Grant, genre "L'impossible M.Bébé" (extraordinaire) ou "La dame du vendredi" ? *soupir*... ))

    Posté par fashion victim, mardi 1 juillet 2008 à 09:44
  • A vrai dire, je me souviens mal de "Charade", si ce n'est que j'avais été très surprise par le scénario (on ne m'avait pas prévenu qu'il y aurait autant de morts !). Je l'ai en DVD, faudra que je le revois...
    "Certains l'aiment chaud" était absolument délicieux...
    J'ai vu "L'impossible M. Bébé" il y a des années (je n'étais même pas majeure ! ah, je me sens vieille, tout à coup), je me souviens juste que c'était bavard, bruyant, et ça ne m'avait pas amusée. Mais maintenant que je suis grande (hum), je changerais peut-être d'avis ! Et "La dame du vendredi", ahah, je l'ai dans ma Pile à Voir (je veux bêtement le regarder un vendredi, et chaque semaine, j'oublie...).

    Posté par erzébeth, mardi 1 juillet 2008 à 10:25

Poster un commentaire