N.u.l.l.e.

Nouvel Univers Lunatique et Lacunaire d'Erzébeth

lundi 15 septembre 2008

Promenades - épisode 4

Je dirais même plus : ultime épisode !
15 septembre, il était plus que temps de clore mes billets estivaux.

La dernière balade nous emmène au cimetière de Montmartre. J'avais deux-trois personnes à y visiter.
Tout d'abord, parce que je suis gentille, une petite vue d'ensemble des lieux :

Vue_d_ensemble

La photo est un peu caduque, car elle laisse croire que le cimetière est plat - alors qu'à Montmartre, forcément, cela grimpe par endroits... D'un point de vue général, il n'y a pas la même atmosphère qu'à Montparnasse (je ne peux pas comparer avec le Père-Lachaise, j'y ai passé une demi-heure... ça m'avait beaucoup plu, mais ça me paraît bien court de juger sur une visite aussi fugace). A Montmartre, certaines tombes sont coincées sous le pont (une route passe juste au-dessus) et les recoins n'invitent pas à la réflexion, à la méditation, à la promenade tout simplement. Au contraire, il y a des endroits épouvantables où les tombes sont laissées à l'abandon. Voir des stèles cassées, des ouvertures béantes, des plaques douteuses qui recouvraient certains trous, me terrifiait presque. Visiter un cimetière, d'accord, mais qu'on cache les morts !

La palme du mauvais goût revient à :

Dalida__4_

Vous la reconnaissez, n'est-ce pas ? Sa tombe est effarante, grotesque, clinquante. Au moins, on est sûr de ne pas la rater; mais pour la punir de cet excès de mauvais goût, je ne vous montrerai pas l'étendue des dégâts - les plus courageux peuvent cliquer ici. Sensationnel, non ?

Après, qu'y-a-t-il eu d'autre ?
La jolie tombe d'un connu qui m'était inconnu (Nijinski, danseur et chorégraphe russe) :

Nijinski

Ou encore des familles dont le nom nous amusait (aucun respect, c'est d'un choquant !).
Nous avons eu la preuve que Dieu existe :

Famille_DIEU__3_

mais, et surtout : que Dieu est mort.

« Dieu est mort ! Dieu reste mort ! Et c'est nous qui l'avons tué ! Comment nous consoler, nous les meurtriers des meurtriers ? Ce que le monde a possédé jusqu'à présent de plus sacré et de plus puissant a perdu son sang sous notre couteau. — Qui nous lavera de ce sang ? Avec quelle eau pourrions-nous nous purifier ? Quelles expiations, quels jeux sacrés serons-nous forcés d'inventer ? La grandeur de cet acte n'est-elle pas trop grande pour nous ? Ne sommes-nous pas forcés de devenir nous-mêmes des dieux simplement — ne fût-ce que pour paraître dignes d'eux ? »
(Nietzsche, Le Gai Savoir; c'était l'instant culturel du billet, j'espère que vous en avez bien profité)

Il y a aussi cette famille-là :

Famille_DANGER

qui nous a arraché quelques mauvaises blagues (on est très bon public, dans la famille).

Maintenant qu'on a pris le temps de se moquer un peu, passons aux choses sérieuses.
Bien qu'il repose désormais au Panthéon, la première sépulture de Zola existe toujours :

Zola

C'est l'une des premières tombes célèbres qui s'offre à l'œil du visiteur; je ne sais pas si le cimetière a toujours eu cette forme-là, mais je le trouvais particulièrement mal placé, le grand Émile. Confiné entre d'autres tombeaux, il me paraissait peu mis en valeur - mais soit. J'étais enchantée que la visite commence aussi bien.

A Montmartre, on croise aussi mon cher Truffaut :

Truffaut

La simplicité de sa tombe m'a plu; je l'ai débarrassée d'un bonbon qui dégoulinait de sucre. Je veux bien croire qu'il y ait une symbolique particulière à laisser un ticket de métro (encore que...) mais un bonbon ? Enfin, ne nous plaignons pas trop. Les célébrités à recevoir des fleurs, dans ce cimetière, sont finalement assez rares. Il avait finalement de la chance, Truffaut, puisqu'il était joliment entouré.

Stendhal aussi, d'ailleurs :

Stendhal

Quand je suis arrivée, une gothique y était photographiée par son petit ami; elle enlaçait la colonne et jetait un regard langoureux au portrait de Stendhal. J'ai été sage; je n'ai pas ri. J'avais envie de nettoyer ce vert qui a dégouliné sur le prénom d'Henry. Le pauvre, méritait-il ça ?

 

En continuant, on rencontre Théophile Gautier :

Th_ophile_Gautier_1

Admirez-moi cette prise de vue ! C'est magnifique ! Une œuvre d'art ! (et je pèse mes mots !)
Je me suis mise par terre pour prendre une telle photographie; j'en suis excessivement fière. D'ailleurs, c'est mon fond d'écran actuel, et c'est très beau. Je reste humble, comme vous voyez. Si vous avez envie de voir sa tombe en entier, d'accord, la voici :

Th_ophile_Gautier_2

Ça reste imposant.
Peut-être pas autant, toutefois, que celle d'Alexandre Dumas (fils), qui a vu les choses en grand :

Alexandre_Dumas_1     Alexandre_Dumas_2

C'est imposant, donc, et plus qu'on ne pourrait le croire; la statue devait être grandeur nature; cet étalage en devient presque douteux. Les quatre colonnes soutiennent une voûte où est gravé un petit message : « Je me constituai dans ma vie et dans ma mort qui m'intéresse bien plus que ma vie car celle-ci ne fait partie que du temps et celle-là de l'éternité. »
Pourquoi pas, hein.
Que cela ne nous empêche pas de continuer la visite, avec les illustres frères...

Goncourt

... et de l'achever avec un message trouvé sur une tombe d'un anonyme :

Fin

Il fait si bon vivre !
Jette au feu les livres,
Cherche la raison
loin de ta maison

...

Posté par erzebeth à 08:30 - égocentrisme - Commentaires [8] - Permalien [#]

Commentaires

    Mécréante
    oser écrire que Dieu est mort, halalalalala

    Posté par Stéphanie, lundi 15 septembre 2008 à 08:58
  • Tiens moi je vais mettre Dalida en fond d'écran, par esprit de contradiction !
    La fin est jolie, grâce à l'anonyme. Même si, à ma sauce ça donnerait plutôt :
    Il fait si bon vivre,
    Emportons un livre
    Et fuyons la raison,
    Loin de la maison.

    Posté par Levraoueg, lundi 15 septembre 2008 à 12:11
  • Très jolie ballade, merci de nous en faire profiter ! Il faudrait que j'aille là bas un jour...

    Posté par Lilly, lundi 15 septembre 2008 à 16:35
  • * Stéphanie, je ne fais que rapporter le bruit qui court...

    * Levraoueg, ta perversité à l'encontre de Dalida m'épate. Tu vas frôler la crise cardiaque chaque fois que tu allumeras ton ordinateur...
    (et j'aime beaucoup ta réécriture de la dernière tombe...)

    * Lilly, you're welcome ! Et oui, tu peux aller t'y promener, même si je vous ai montré l'essentiel (sous-entendu : tous les autres qui y sont enterrés n'ont aucun intérêt. Ce qui est faux, bien entendu...)

    Posté par erzébeth, lundi 15 septembre 2008 à 19:16
  • C'est drôle que tu évoques l'ancien tombeau de Zola, car figure-toi que j'ai visité le Panthéon (au sommet duquel l'on aperçoit, mais de très loin, Montmartre) vendredi, et que j'y ai vu la "nouvelle" demeure de notre auteur (l'une des rares encore parée de fleurs par des anonymes, d'ailleurs, tout comme celle de Hugo ou de Marie Curie): les caveaux du Panthéon, hormis ceux de Voltaire et de Rousseau, frappants, sont quasiment tous identiques. Au moins, la sépulture de Zola à Montmartre est plus originale, et mieux mise en valeur, en comparaison .
    Enfin, l'exposition consacrée à Émile, ou plus particulièrement au contexte de sa panthéonisation que les passions déchaînées par l'affaire Dreyfus ont d'abord compromises, fut absolument passionnante, pour moi qui ai toujours nourri de fâcheux préjugés sur l'écrivain...

    Quant au couple "gothique" embourgeoisé, je l'aurais fait déguerpir en m'énervant franchement de ces pratiques grand-guignolesques dans un tel lieu, ou du moins j'aurais tenté. Je ne supporte pas ces énergumènes qui veulent se donner tous les attraits de l'originalité lors même que leur art est outrageusement stéréotypé (ah ! les errances photographiques dans les cimetières !...). Certes, ils ne nuisent à personne directement, mais c'est chez moi un instinct viscéral. Ironie du sort, je ne porte que des habits et des accessoires aux coupes "gothiques", par goût esthétique pur.
    Cela me confère au moins le droit de houspiller à ce sujet.

    Moi non plus, je n'aime pas les "cache-misère" dans les cimetières.

    Posté par Esis, lundi 15 septembre 2008 à 19:57
  • Petite hésitation : du dôme du Panthéon, je ne sais plus si c'est Montmartre que l'on peut contempler au lointain, ou Montparnasse. Bon, je vais suivre des recherches pour déterminer, corriger et mémoriser ceci. Je m'excuse si je me suis trompée de cimetière dans mon précédent commentaire.

    Posté par Esis, lundi 15 septembre 2008 à 20:09
  • Petite nature ! (ceci est une réponse au blog-it)
    Mais que font là ces chaussons de danse ?

    Posté par Levraoueg, mardi 16 septembre 2008 à 19:23
  • Esis, tu as une longueur d'avance sur moi, je ne suis jamais allée au Panthéon... mais je suis déçue de savoir que les caveaux se ressemblent. Peut-être que l'exposition actuelle va t'inciter à (r)ouvrir un roman de Zola...
    Quant aux gothiques, tu me fais rire ! Ça ne m'a pas énervée "d'attendre mon tour", j'avais surtout envie de me moquer, parce qu'effectivement, c'était l'attitude-cliché par excellence... Je te comprends pour les vêtements - je rêve d'avoir une "vraie robe gothique", elles sont superbes, avec les corsets, on dirait des robes de princesse...

    Levraoueg, ne t'inquiète pas, je sais que je suis une petite nature, et ça m'exaspère ! Je ne suis pas faite pour le travail, je ne vois que ça.
    Les chaussons ? On voit mal, mais un énorme cafard est écrasé sur la semelle. J'en parle bientôt (mettons, vendredi si je rédige mon billet d'ici là); il s'agit d'un film mais chut, je ne dis rien pour l'instant...

    Posté par erzébeth, mardi 16 septembre 2008 à 22:17

Poster un commentaire