N.u.l.l.e.

Nouvel Univers Lunatique et Lacunaire d'Erzébeth

vendredi 19 septembre 2008

Wonderlust King

Entre Madonna et moi, c'est une longue histoire - j'en reparlerai bientôt d'ailleurs. Je la regarde jouer au cinéma (parfois), j'écoute sa musique (souvent; mais j'en ai honte, rassurez-vous) et quand j'apprends qu'elle est passée derrière la caméra, je vais logiquement voir le résultat.
Filth_and_WisdomObscénité et vertu (Filth and Wisdom) est sorti mercredi. Un titre gentiment provocateur, une affiche dans le même goût qui laisse présager le pire, une bande-annonce moins catastrophique que prévu. Le film ne brille pas par un scénario d'une originalité folle (comme le dit si gentiment
Le Figaro - celui qui a écrit cet article n'est pas mon ami, et fait dans la facilité), mais peu importe, l'originalité ne m'intéressait justement pas.
On fait la connaissance d'A.K., un pauvre chanteur ukrainien qui galère pour se faire une place à Londres. Parce que personne n'est intéressé par sa musique de gitan, il gagne sa vie en mettant en scène les fantasmes des hommes mariés et frustrés (ne me demandez pas de détails. S'il vous plaît). Il a la chance de vivre en collocation avec deux filles aussi perdues que lui : Juliette (Vicky McClure) travaille dans une pharmacie indienne, et ne rêve que d'une chose, partir sauver les enfants africains (et, toujours dans cette optique, elle vole des médicaments pour pouvoir les leur apporter, quand elle partira). Holly (Holly Weston), elle, fait de la danse classique depuis seize ans, mais on ne peut pas dire que c'est une branche qui rapporte. Elle a un corps superbe, un beau visage. Pourquoi ne pas danser dans une boîte de strip-tease ?
Chausson Obscénité et vertu raconte leur parcours, leur dérive avant d'arriver à bon port. Ça a l'air drôle et passionnant comme un film français (oh, ça va... on plaisante...) mais je vous assure que ce film est drôle. Et passionnant (enfin, ça, c'est déjà bien plus subjectif). Ce qu'il y a d'appréciable dans ce film, c'est que Madonna ne nous montre pas non plus des personnages plongés dans la déchéance totale, personne ne se drogue, personne ne cohabite avec des rats, bref, ce n'est ni trash, ni sensationnel. On a juste affaire à trois petits paumés, touchants (surtout pour Juliette, qui a finalement la vie la plus triste), mais pleins d'espoir et d'énergie; et ils vont devoir trouver leur place dans un monde qui leur est parfois peu familier.
Dans leur immeuble habite aussi l'incroyable professeur Flynn (Richard E. Grant) - autant le dire d'emblée, je suis tombée amoureuse dès qu'il est apparu à l'écran. Imaginez un homme, les cheveux un peu longs et grisonnants, comme on pourrait les imaginer sur un écrivain maudit. Tenez, ça tombe bien, ça en est un... Flynn a écrit des poèmes, il a même eu du succès. Mais il est devenu aveugle. Il reste cloîtré chez lui, assis face à son immense bibliothèque. Les volets sont toujours fermés. Il n'attend plus rien, si ce n'est A.K. qui lui apportera ses courses. Parfois, le soir, il sort un livre de sa bibliothèque, respire l'odeur du papier jusqu'à en pleurer. Il a tout perdu.
Il est d'une beauté à tomber - et malheureusement, impossible de trouver une photo. Il a le teint gris des gens qui n'ont plus de rêves, plus d'espoir. Sa coiffure et son maquillage ont un charme fou, poétique; toutes les fois où il apparaît à l'écran, les scènes sont parfaites. Réellement.
Bien sûr que le film, lui, n'est pas parfait; c'est parfois un peu léger, ou les séquences sont trop courtes, coupées abruptement pour passer à autre chose. Madonna n'a pas su totalement harmoniser l'humour et l'émotion, mais ce n'est pas grave. Ce sont des petites maladresses, mais ça ne lèse pas le film dans sa globalité.
A.K. (je ne l'ai pas précisé : l'acteur s'appelle Eugène Hütz, il est réellement chanteur et réellement ukrainien) apostrophe souvent le spectateur, parlant face caméra. Il nous explique ses grandes théories (qui n'innovent en rien) sur la vie, les enveloppes et l'amitié. Il aime s'allonger (habillé) dans la baignoire (vide), pour y lire et y boire. Il savoure notamment un poème du professeur Flynn, où l'on trouve les vers suivants :

     I traveled the world
     Looking for lovers
     Of the ultimate beauty
     But never settled in
     I am a wonderlust king

Ils lui plairont tellement, ces vers, qu'il les mettra en musique.

Il est étonnant de voir Madonna réaliser un tel film, choisir de tels acteurs (le trio est inconnu, même si Eugène Hütz l'est un peu moins, probablement, grâce à son groupe, Gogol Bordello), proposer une telle histoire. Ça fait du bien de voir qu'elle peut encore surprendre. Obscénité et vertu n'est probablement pas un chef-d'œuvre cinématographique, mais il est néanmoins très intéressant, drôle, attachant. Personnellement, j'en redemande.

(le chausson de danse en photo appartient à la sage Holly qui, dès le début du film, s'acharne sur un cafard qui se promène dans les vestiaires de la salle de danse; une manière comme une autre de symboliser la dualité de l'être humain)

Posté par erzebeth à 08:30 - pellicule - Commentaires [10] - Permalien [#]

Commentaires

    finalement c'est assez tentant tout ça ))))))

    Posté par yueyin, vendredi 19 septembre 2008 à 10:30
  • Ton commentaire, lu avec attention, m'a évité d'en rester à l'affiche volontairement provocatrice du film !

    Posté par Brize, vendredi 19 septembre 2008 à 18:21
  • Du film, pas question en ce qui me concerne. Mais dis moi,est-ce bien normal qu'à chaque fois que je vais sur ton blog j'entende une "chanson" qui m'arrache le peu de neurones qui me restent ?

    Posté par Fantômette, vendredi 19 septembre 2008 à 18:44
  • Yue Yin, carrément ! Ca reste particulier, mais le film se défend vraiment bien

    Brize, j'ai donc rempli ma mission ! Si l'affiche avait été plus adaptée au film, ça aurait moins attiré (/écœuré) l'œil, et Madonna n'est pas du genre à vouloir passer inaperçue

    Fantômette, ce n'était pas normal pour la musique, du coup, j'ai supprimé la chanson que j'avais mise dans ce billet. Je ne voulais pas que ça se déclenche dès qu'on arrive sur la page...
    Je te pardonne pour le film, va !

    Posté par erzébeth, vendredi 19 septembre 2008 à 21:05
  • Quelle magnanimité !

    Posté par Fantômette, vendredi 19 septembre 2008 à 21:47
  • Je passe aussi pour le film, Madonna et moi on n'est pas potes et ça n'a pas l'air assez daubesque... ))

    Posté par fashion, vendredi 19 septembre 2008 à 23:50
  • Je ne pense pas aller voir ce film, mais ton billet me donnerait presque envie! J'attendrai le dvd...
    En fait, je trouve l'affichetrès laide, et cette histoire d'"Obscénité et vertu" me fait trop penser à Sade pour que je sois vraiment tentée...

    Posté par Mo, samedi 20 septembre 2008 à 10:45
  • Mais quoi, personne n'aime Madonna ?
    Je suis excessivement triste.

    Fantômette, oui, j'ai toujours été comme ça, très magnanime. Il faut bien, si je veux que les autres le soient avec mes goûts douteux (cf ce billet)

    Fashion, je te comprends bien, va...

    Mo, l'affiche est moche (cette bouche ne sert à rien), le titre est bêtement provocateur, alors qu'il n'y a rien d'aussi tordu que Sade dans ce film... mais je comprends tes réticences !

    Posté par erzébeth, samedi 20 septembre 2008 à 12:03
  • Ah, je ne suis pas encore allée le voir mais je vais y aller très rapidement !! Je ne suis pas très au fait de la carrière de Madonna au cinéma, dont je ne connais pour l'instant que quelques exemples... par contre je l'écoute et j'étais même complètement déchaînée dimanche au stade de France où je me suis amusée comme une petite folle Il paraît que ce nouveau film est très audacieux ; et puis comme j'admire le talent de Madonna côté clips et mise en scène, je suis particulièrement curieuse !

    Posté par Lou, mercredi 24 septembre 2008 à 14:51
  • Lou ! Tu as vu Madonna en concert ! (c'est mon but ultime dans la vie) Ah, je t'envie !
    La carrière de Madonna-actrice est vraiment moyenne, je n'ai pas vu beaucoup de ses films mais seul un a réussi à me plaire (et j'en parlerai. Bientôt).
    Et ce film ne ressemble vraiment pas à ce qu'elle fait d'habitude, mais c'est très bon, elle montre une autre facette de son, hum, "talent". Oui, vas-y, et surtout dis-moi ensuite ce que tu en as pensé !

    Posté par erzébeth, mercredi 24 septembre 2008 à 18:00

Poster un commentaire