N.u.l.l.e.

Nouvel Univers Lunatique et Lacunaire d'Erzébeth

dimanche 21 septembre 2008

Le mot d'excuse

Se lancer aveuglément dans un challenge littéraire présuppose deux contraintes : celle de lire les romans sélectionnés (condition sine qua non, mais pas toujours évidente à respecter), mais aussi celle de parler des romans lus. C'est là que ça se corse.
Il y a parfois des lectures que je passe sous silence, faute d'inspiration. Je me suis même dispensée d'écrire quelques mots sur un livre de mon challenge (
Au bonheur des ogres de Pennac) parce que je l'ai lu pendant cette triste époque où je n'avais pas internet chez moi et parce qu'il ne m'avait pas plu du tout.
Cette fois-ci, la situation est un peu plus délicate, parce que je sais qu'on m'attend un peu au tournant avec un certain roman; je veux parler de
La Chartreuse de Parme de Stendhal. J'en ai terminé la lecture il y a quelques jours, mais voilà : je ne me sens absolument pas capable d'écrire dessus. Je n'ai aucune inspiration, ni aucune remarque à ajouter aux billets de Céline, Chiffonnette et Lilly.
C'est un enfer. Vous pourriez me dire d'attendre encore un peu, quelques idées peuvent me venir dans les prochains jours... mais je n'y crois pas.
Ce n'est pas que le roman m'a déplu, au contraire. Je n'y ai certes pas trouvé le même chef-d'œuvre que ma chère
Fashion mais on n'y peut rien, c'est génétique : dès qu'il est question d'intrigues politiques et/ou historiques, je décroche. C'est plus fort que moi. Je peux relire six fois la même phrase, son contenu me dépasse. Terrible, n'est-ce pas ?
Et comme on me parlait de Napoléon, comme la duchesse Sanseverina n'arrête pas de comploter (pour sauver sa peau ou celle de son neveu adoré, Fabrice del Dongo), comme le comte Mosca n'est pas non plus en reste, j'étais perdue.
Heureusement, certes, il n'y a pas que ça, dans ce roman. Ne me demandez pas ce qu'on y trouve d'autre; ça va m'obliger à vous répondre, ce qui finira par ressembler à un billet de lecture, alors que je cherche justement des excuses pour ne pas en écrire un. Soyez coopérants, un peu !
1044724La Chartreuse de Parme (publié pour la première fois en 1839) est un tissu d'intrigues romanesques, où les personnages sont obligés de se cacher, où l'on craint d'être emprisonné, où l'amour est difficile à vivre (la belle Gina Sanseverina aime un peu trop son neveu, Fabrice lui-même désespère de tomber amoureux un jour, et comme ça lui arrive fatalement, il s'éprend évidemment de la seule fille qu'il ne peut avoir), bref, c'est un roman où les personnages et le lecteur doivent sans cesse être sur le qui-vive, parce que les rebondissements ne manquent pas.
Le
héros est sans doute Fabrice del Dongo, encore qu'aucun personnage n'a jamais aussi mal porté ce statut de héros; il est gauche, naïf, et on peut compter sur lui pour toujours prendre la mauvaise décision. Au moins, il fait rire - mais pour cela, il n'est pas le seul car, malgré la crainte terrible qu'on ressent dès qu'on parle de monument littéraire, La Chartreuse de Parme est un roman malicieux, sarcastique, divertissant. Je vous assure que les lectrices que j'ai citées plus haut ne sont pas folles, qu'elles ne l'ont pas lu sous substance illicite - sur ce dernier point, rien n'est sûr, mais je voulais dire par là que même à jeun, ce livre fait rire. Il donne envie de voyager, aussi (celui qui n'a pas envie de partir au bord du lac de Côme après avoir lu ce roman n'est pas un être humain).
Vous voyez bien que ce n'est pas un vrai billet de lecture, je n'ai même pas encore parler de Clélia, alors que c'est la charmante demoiselle qui ravit le cœur de Fabrice (et qui succombe aussi au charme du jeune homme). Si Fabrice brille par sa bêtise, elle, en revanche, excelle en mauvaise foi - je ne peux pas tout raconter, mais ses manigances pour respecter ses promesses tout en les contournant relèvent de l'exploit. Tous les passages où elle apparaît rendaient la lecture plus agréable - oui, sans conteste, je crois que cette intrigue amoureuse et toute la captivité de Fabrice m'ont plu davantage que le reste. Les monologues des personnages aussi; leurs stratégies politiques ne prennent de sens que dans leurs sentiments; si le comte Mosca se lance dans telle manœuvre suspecte, c'est uniquement pour plaire à la duchesse Sanseverina. Le cœur et les rancœurs gouvernent cette Italie exaltée, où il n'y a guère de place pour les jeunes gens qui ne réfléchissent pas (à moins qu'ils aient une tante fort habile dans le domaine...).
Indéniablement,
La Chartreuse de Parme est une lecture agréable; elle a été laborieuse aussi par instants, mais l'humour de Stendhal et son style captivant aident à passer les chapitres un peu plus difficiles. La fin est abominable, comme si Stendhal manquait de papier et qu'il devait tout expédier en dix pages; les derniers événements m'ont fait bondir, et m'ont fait ressentir, pour la première fois dans ma lecture, de l'empathie pour les personnages.
Voilà; je ne saurais rien dire de plus. Je ne peux pas vous raconter
l'histoire, ni même répertorier les qualités de ce roman. Je ne peux pas faire mieux que ça; La Chartreuse de Parme est un grand roman, dont je n'ai perçu que d'infimes éclats.

Posté par erzebeth à 09:22 - lecture - Commentaires [12] - Permalien [#]

Commentaires

    Tu exprimes parfaitement ce que j'ai ressenti à ma lecture, sans même faire officiellement un billet sur ce livre.

    Posté par Lilly, dimanche 21 septembre 2008 à 10:48
  • Pas toujours évident d'écrire son ressenti de lecture ! bien moi c'est le cas avec Best love Rosie de Nuala O'Faolain ! un très beau livre mais quoi dire tout est dit dans le livre et la fameuse quatrième de couv en dit beaucoup aussi et rejoint mon ressenti en vers ce livre lumineux

    Posté par Alice, dimanche 21 septembre 2008 à 11:13
  • Formidable ce non-billet de lecture ! D'ailleurs comment faire autrement sur un "classique" dont on peut trouver des présentations très scolaires partout ? Ce qui est formidable dans ton billet, comme dans les trois que tu mets en lien, c'est qu'on voit quelles réticences ont été vaincues ou quelles surprises ont provoquées le style, l'humour... à une lectrice d'aujourd'hui. En tous cas ton hypothèse en ce qui concerne la fin du roman est tout à fait plausible : il manquait de papier, ou d'encre... il n'y a pas d'autres explications possibles.
    Mais est-ce que tu crois que tu auras envie de le relire un jour ? Parce que dans ma bibliothèque perso (la bibliothèque intérieure des livres que j'ai lus sans nécessairement les posséder), il y a des classiques qui dorment depuis 15 ans se demandant si j'aurais un jour envie de les rouvrir, comme "La charteuse"...

    Posté par levraoueg, dimanche 21 septembre 2008 à 12:36
  • eh j'aime beaucoup ton non billet, tu sais

    Posté par amanda, dimanche 21 septembre 2008 à 13:20
  • J'adore ton non-billet! J'ai vraiment l'impression de lire des impressions de lecture (bon, je sais, ça fait deux fois le mot "impression" dans quoi... 6 mots... mais à 7h30 du matin, le magasin de synonymes est encore fermé!) plutôt qu'une analyse scolaire. J'aime beauuucoup ça! (Et ça me rappelle qu'il faudrait bien que je m'y mette un jour, moi aussi!)

    Posté par Karine :), dimanche 21 septembre 2008 à 13:29
  • * Lilly, c'est bien ton billet qui se rapproche le plus de ce que j'ai ressenti (à part que j'ai un peu moins peiné que toi, visiblement).

    * Alice, oui, parfois, on perd nos mots ! Certaines œuvres nous dépassent. Je vais aller lire ton billet, je suis sûre qu'il sera bon...

    * Levraoueg, tu es bien indulgente, merci...! Ce qui me déprime quand même, c'est d'avoir fait cinq ans de lettres, et de ne pas être capable de parler d'un (grand) livre. Mais soit, mettons ça sur le compte de la fatigue, je bloque sur la rédaction de tous les billets, actuellement...
    J'aime beaucoup ta question; je ne sais pas encore si j'aurai envie de relire ce livre un jour. Sans doute que oui (fait assez rare, je l'ai acheté aveuglément alors que j'achète somme toute très peu de livres), mais je crois que je le savourerai plus avec un peu plus de maturité... Par contre, ça m'a donné envie de relire "Le rouge et le noir", dont mes souvenirs sont flous, mais positifs.
    Et toi, avais-tu aimé "La chartreuse de Parme" ?

    * Amanda, merci !! Moi, j'aime beaucoup ton vrai compliment

    * Karine, pourquoi es-tu déjà sur internet, un dimanche matin, à 7h30 ? Remarque, tu travailles peut-être, c'était donc une question à ne pas poser...
    J'aurais aimé en faire une analyse "scolaire", mais je n'aurais pas réussi. Alors, que ce non billet te plaise (et aux autres aussi), ça me réjouit ! Merci pour ces gentillesses, vraiment
    (et oui ! il faut lire Stendhal ! C'est vraiment agréable, tu verras)

    Posté par erzébeth, dimanche 21 septembre 2008 à 17:30
  • hého attention erzebeth avec ton billet de non lecture tu me donnes envie de reprendre mon challenge Klassik ts ts ts !!!!!

    Posté par yueyin, dimanche 21 septembre 2008 à 20:16
  • Yue Yin, hum, je suis allée voir ta liste Klassik et, comment dire ? Tu n'as encore lu aucun titre ? Tu trouves ça sérieux ?
    Allez, j'arrête de te taquiner, et j'espère que tu cèderas à la tentation... (mais commence par Dickens...!)

    Posté par erzébeth, dimanche 21 septembre 2008 à 22:44
  • Je vois qu'il ne t'a pas échappé que j'avais fait un non-commentaire à ton non-billet ! Si j'avais aimé ? Comme c'est très vieux pour moi, je dirais comme toi que "mes souvenirs sont flous, mais positifs". Mais c'est trop lié aux études. Dans ma fac les profs les plus passionnants traitaient du XXe, les 19emistes étaient les plus chiants. Mes souvenirs de lecture sont un peu gâtés par ces cours lénifiants. Pardon de ne pas faire preuve de plus d'enthousiasme, pour ce roman qui mérite de meilleurs lecteurs que moi...

    Posté par levraoueg, dimanche 21 septembre 2008 à 23:02
  • Eh bien moi j'adore ton billet, qui en dit beaucoup plus que ce que tu veux bien nous faire croire... ) Et je suis contente que certains passages t'aient quand même plu, j'aime beaucoup ta dernière phrase...

    Posté par fashion, dimanche 21 septembre 2008 à 23:25
  • à lire tous ces billets sur "La Chartreuse", j'ai une de ces envies de le relire!!! Ce fut mon premier "livre du train" quandj'ai commencé mes études à Paris...
    Pour la in du roman... j'ai l'impression que c'est toujours un peu comme ça chez Stendhal:pif paf pouf, deux coups de cuillère à pot, c'est fini! Je ne vois qu'une explication, cet homme-là n'aimait pas finir...

    Posté par Mo, lundi 22 septembre 2008 à 09:56
  • Levraoueg, c'est surtout que les livres mériteraient de meilleurs enseignants que ceux que tu as eus ! Quel dommage. On sait à quel point un cours peut influencer une lecture...
    Peut-être qu'un jour, oui, tu rouvriras Stendhal !

    * Fashion, tu es gentille ! Il m'a plu, ce roman, n'en doute pas un instant, mais pour pasticher le titre d'un film, "Stendhal est grand et je suis toute petite"...

    * Mo, c'est fou, moi aussi je l'ai ouvert dans le train ! (j'aime commencer de gros livres dans le train). Pour les fins expédiées, j'ai l'impression que c'est un reproche qui revient effectivement quand on parle de Stendhal... curieux phénomène, quand même !

    Posté par erzébeth, lundi 22 septembre 2008 à 18:18

Poster un commentaire