N.u.l.l.e.

Nouvel Univers Lunatique et Lacunaire d'Erzébeth

samedi 27 septembre 2008

La vie devant soi

affiche_The_Life_Before_Her_Eyes_2006_1 Diana est jeune femme épanouie; elle a tout pour être heureuse : une maison avec véranda, un mari attentionné, une petite fille qui adore se cacher. Oui, Diana n'est pas loin du bonheur - si ce n'était ce terrible souvenir qui la hante depuis quinze ans.
Car Diana est une survivante traumatisée d'une tuerie dans un lycée; depuis, elle tente de vivre sans sa meilleure amie, Maureen, qui n'a pas eu la même chance qu'elle...
Et parce qu'on célèbre les quinze ans de ce tragique événement, Diana ne dort plus, et repense à ses instants d'insouciance qui ont précédé le grand massacre.

Ainsi, Diana est à la fois interprétée par Uma Thurman (pour l'époque présente) et par Evan Rachel Wood (pour la joyeuse époque du lycée). Le film est construit sur d'incessants flash-back, mais ce n'est gênant en rien; au contraire, cela permet de voir l'évolution de Diana, une adolescente rebelle et malheureuse, qui trouve un semblant d'équilibre le jour où elle rencontre son futur mari (un prof qu'elle a rencontré au lycée).
Les deux actrices sont sans cesse sur la corde raide - l'adolescente parce qu'elle cherche un sens à sa vie, et l'adulte parce qu'elle a vécu l'un des événements les plus traumatisants qui soient (d'autant plus qu'on sent clairement qu'elle nous cache quelque chose là-dessus).
La meilleure amie de Diana-jeune, Maureen (Eva Amurri), est une jeune fille adorable, pleine de vie, totalement pieuse, qui contraste énormément avec la fougueuse Diana, mais les demoiselles sont finalement complémentaires et trouvent chacune du réconfort dans la présence de l'autre.
Le point culminant du film est l'épisode de la tuerie, évidemment, puisque tout est basé dessus. Et mon avis là-dessus est assez contradictoire : le réalisateur insiste trop dessus, en revenant inlassablement sur la même scène (où l'on voit un professeur agoniser dans le couloir, charmant), et d'un autre côté, on ne comprend pas ce qui a déclenché cette horreur. Pourquoi Michaël décide brusquement d'exterminer tout le monde ? Mystère.
Mais petit à petit, une certaine tension dramatique monte et on sait qu'on ne sera pas épargné, en tant que spectateur (dans la dernière partie, j'étais terrifiée sur mon siège); la caméra revient sans cesse dans ses toilettes, où étaient réfugiées Diana et Maureen quand les coups de feu ont commencé à retentir. Malheureusement, Michaël les trouve... et leur dit qu'une des deux va mourir. Et même si on sait ce qui se passe, on appréhende, on ne veut pas voir, on ne veut pas savoir.

Tout s'emballe, on ne contrôle plus rien, et les lumières surgissent à nouveau dans la salle.
Il m'a fallu du temps pour comprendre. Puis, tous les éléments se sont mis en place, et alors que je trouvais jusque-là le film de bonne facture bien qu'un peu bizarre, j'ai réalisé à quel point il était maîtrisé, et réussi. La vie devant ses yeux fait froid dans le dos (rien que pour son thème - qu'est-ce qui pousse un jeune à commettre de tels meurtres ?), et on ne sait pas trop si on frissonne de peur ou d'émotion.
Les acteurs sont excellents (j'ai bien réfléchi, et j'ai décidé d'accepter Uma Thurman dans ma liste des grandes actrices); on sent à quel point les personnages sont tous fébriles, il leur en faudrait peu pour se relever ou au contraire tomber. Oui, tout est fragile.
C'est un film marquant, qui nous retourne. J'espère qu'il rencontrera un bon public, il le mérite atrocement.

A noter que c'est une adaptation de La vie devant ses yeux, de Laura Kasischke. Cuné l'a lu, et j'ai l'impression que le réalisateur a été bien fidèle au roman. Tant mieux.

La vie devant ses yeux, de Vadim Perelman - actuellement en salles, donc 

Posté par erzebeth à 09:09 - pellicule - Commentaires [18] - Permalien [#]

Commentaires

    Euh... Le livre me tente bien, au moins on peut tout jeter. Ce genre de films me plaît généralement, mais je n'ai jamais le courage d'aller les voir.

    Posté par Lilly, samedi 27 septembre 2008 à 10:45
  • Je crois que je vais y aller, malgré des critiques mitigées, rien que pour Uma, qui se bonifie divinement avec l'âge et parce que je veux lire ce roman.

    Posté par fashion, samedi 27 septembre 2008 à 10:59
  • Je vais rester sur le livre, je pense. Parce que maintenant que j'ai lu ton billet, j'ai envie de savoir. Et ce genre de films n'est pas vraiment pour moi...

    Posté par Mo, samedi 27 septembre 2008 à 12:19
  • * Lilly, je ne comprends pas ton commentaire, qu'est-ce que tu entends par "on peut tout jeter" ? Peut-être que le film te fera moins peur quand il sortira en dvd, on est toujours plus en sécurité chez soi !

    * Fashion, si on est d'accord sur Uma Thurman, je suis ravie ! Oui, vas-y (tu aurais tort de t'en priver, avec ta carte illimitée !) et reviens en parler ici (uniquement si tu as aimé, bien sûr ).

    * Mo, ta réaction est amusante, le livre est identique au film, alors pourquoi le premier te convient, et pas le second ? A mon avis, ça peut être aussi sanguinolent dans le roman. Je ne sais pas. Tu me diras ?

    Posté par erzébeth, dimanche 28 septembre 2008 à 13:38
  • Oulala, c'est tentant mais je sens que ça va me traumatiser. J'ai envie de pouvoir dormir tranquillement après moi !

    Posté par praline, dimanche 28 septembre 2008 à 13:48
  • Je vais probablement lire le livre... mais je ne sais pas pour le film. Là, bien entendu, tu vas demander pourquoi!!!

    Je réponds donc tout de suite: Moi + film + fusils + gros bruits de "bang bang" = fille cachée en dessous du divan ou du fauteuil de cinéma, les yeux fermés et les oreilles bouchées. Du coup, je manque la moitié du film et j'ai l'air d'une folle!! Quand je lis, j'ai au moins la capacité d'auto-censurer les images évoquées (c'est quand même pas évident de lire les yeux fermés!!!)

    Posté par Karine :), dimanche 28 septembre 2008 à 16:17
  • Je crois que je vais aussi devoir regarder ce film en dvd, car il n'a pas tenu longtemps à l'affiche de ma petite ville. C'est à n'y rien comprendre. Parfois un film mineur est programmé pendant 3 mois alors que d'autres ne restent qu'une semaine. Certains passent en même temps dans tous les cinémas de la ville avec 3 spectateurs maximum à chaque séance et d'autres ne passent jamais. Ah les joies de la province ! Tout ça pour dire que j'adore par principe ce genre de films même un peu ratés, alors si en plus celui-ci est réussi, j'enrage encore plus contre cette mauvaise distribution. (:-

    Posté par Levraoueg, dimanche 28 septembre 2008 à 22:24
  • * Praline, je te comprends, il faut protéger son sommeil. Ceci dit, j'ai très bien réussi à dormir

    * Karine, il faudra que tu me donnes ta recette d'auto-censure littéraire, ça m'intéresse ! Si l'histoire est effrayante, la lire n'adoucit pas mes peurs du tout...!
    Là, le film reste très sobre (à part quand on voit le prof dans le couloir, bon...); c'est plus "psychologiquement" que ça m'a effrayée.

    Posté par erzébeth, dimanche 28 septembre 2008 à 22:28
  • Levraoueg, ce sont les mystères de la programmation... et la dure loi du commerce ! J'avais eu le même souci avec "Magnolia" (qui était sorti en 2000), que je voulais voir à mon retour de vacances, et la guichetière m'a dit que le film avait fait un tel bide (60 personnes en une semaine !!) qu'ils l'avaient vite enlevé de l'affiche...
    Oui, ce film-ci est bon, peut-être que tu peux patienter (d'ici le DVD...) en lisant le roman ? La structure et l'intrigue semblent identiques, c'est toujours mieux que rien...

    Posté par erzébeth, dimanche 28 septembre 2008 à 22:32
  • Je n'aime pas voir le sanguinolent et le violent. Mais le lire ne me pose pas vraiment de problème...

    Posté par Mo, lundi 29 septembre 2008 à 10:20
  • On se ressemble assez sur ce sujet, alors...
    (mais je t'assure que ça reste supportable, dans le film)

    Posté par erzébeth, lundi 29 septembre 2008 à 20:37
  • La lecture du livre m'a un peu dérangée. J'ai un problème avec la toute fin du livre. Du coup, j'ai voulu aller le voir le film cette après-midi et voilà qu'un imprévu m'a empêcher d'arriver à temps pour la séance de 13h et je n'avais plus le temps d'aller à la séance suivante. Apparemment, le film semble assez fidèle au livre. Pourvu que le film soit maintenu à l'affiche demain !

    Posté par virginie, mardi 30 septembre 2008 à 20:33
  • correction : 'un imprévu m'a empêché" (j'aime pas les fautes dans un texte, j'espère que c'est la seule !!)

    Posté par virginie, mardi 30 septembre 2008 à 20:35
  • Ne t'inquiète pas, on sait tout ce que c'est, on tape vite et on ne se relit pas, et bim, c'est ce moment-là que la faute de frappe choisit pour se manifester.
    J'espère que le film passe encore dans ta ville; qu'est-ce qui te dérange dans la fin du livre ? (hum, délicat de poser cette question publiquement, puisqu'il ne faut rien dévoiler). Ça t'a déçue ?

    Posté par erzébeth, mercredi 1 octobre 2008 à 21:52
  • En effet, difficile d'exprimer ce qui me chiffonne dans la fin de ce livre sans spoiler.Cela dit, je n'ai en rien été déçue par ce livre. Je n'ai pas vérifié aujourd'hui que le film passait encore, mais c'est certainement le cas, il suffit juste que je trouve le bon créneau pour y aller.
    Laura Kashischke est en tous cas en pleine actualité. J'ai lu aujourd'hui qu'un nouveau titre paraît chez Bourgois "La couronne verte", toujours sur le thème de la fin d'adolescence, et que "A moi pour toujours" va sortir en poche.

    Posté par virginie, mercredi 1 octobre 2008 à 22:23
  • Oui, ce sera intéressant que tu le vois, tu auras forcément un autre regard que moi, par exemple, qui ne connaissais pas l'histoire...
    Merci pour ces infos concernant Laura Kashischke, tout ça me donne bien envie de la découvrir, elle m'intrigue beaucoup !

    Posté par erzébeth, jeudi 2 octobre 2008 à 18:27
  • j'ai peur rien que de te lire mais enfin j'avoue que l'idée est intéressante...

    Posté par yueyin, vendredi 3 octobre 2008 à 13:55
  • Ohh non, faut pas avoir peur comme ça !! Ce n'est pas non plus du Stephen King, et ça n'a en rien perturbé mon sommeil, alors tu peux y aller les yeux fermés...!

    Posté par erzébeth, vendredi 3 octobre 2008 à 18:51

Poster un commentaire