N.u.l.l.e.

Nouvel Univers Lunatique et Lacunaire d'Erzébeth

vendredi 3 octobre 2008

CKZ 114

Acide sulfurique
d'Amélie Nothomb
Albin Michel, 2005

http://accel11.mettre-put-idata.over-blog.com/0/33/18/09/Francophone/51uHDiGgUxL.-AA240-.jpeg

Voici sans doute l'un des plus polémiques des romans d'Amélie Nothomb; il y avait effectivement de quoi faire parler.
Dans cette fiction, les émissions de télé-réalité ont pris une telle envergure qu'il n'y a plus de limite au sordide, à l'horreur.
C'est ainsi que Pannonique (précision : c'est une fille) est arrêtée et envoyée dans un camp de concentration, avec d'autres individus choisis tout aussi arbitrairement, dans la rue.
C'est ainsi que Zdena, fille sans envergure ni charisme, accepte de devenir kapo et de martyriser les prisonniers. Ces derniers sont filmés en permanence : quand ils travaillent, quand ils boivent leur soupe claire, quand ils se font battre.
Chaque matin, les kapos exécutent deux prisonniers.
Les spectateurs raffolent de cette émission, qui bat tous les records d'audience.

Le lecteur, lui, suit particulièrement le parcours de Pannonique (rebaptisée CKZ 114, car tous les prisonniers perdent leur identité), une beauté qui attire l'œil des spectateurs, et donc des producteurs. Il faut que cette fille-là souffre (= on la bat plus que les autres) sans pour autant la martyriser (= ne pas abîmer son joli visage). Pannonique est tellement magnétique que le kapo Zdena en tombe amoureuse - au point d'outrepasser son rôle de tyran.
Mais je ne vous raconte pas tout...
Forcément, le postulat de départ était là pour faire grincer les dents; on ne plaisante pas avec les camps de concentration. Même quand on aborde le sujet sérieusement, historiquement, il faut y aller avec des pincettes. Là, imaginez, on transforme l'horreur en émission télévisée ! Sordide rapprochement.
Pourtant, ça reste du Nothomb; c'est-à-dire que même si le sujet est lourd, il y a quelque chose qui allège un peu la situation. Le style de l'auteur ? Les prénoms des personnages ? Les différentes réflexions sur l'écriture, sur l'omniprésence de la télévision dans notre quotidien (et les dérives que cela implique) ? Tout cela permet de prendre un peu de distance; les romans de Nothomb suscitent rarement l'empathie.
Tout ça est délicat : après avoir lu ce texte, je ne sais toujours pas ce que je pense de cette réappropriation douteuse de l'Histoire. En réalité, ça ne m'a pas du tout dérangée; Amélie Nothomb se sert de ce contexte pour dénoncer la puissance de la télévision, puissance destructrice autant pour les gens qui regardent les émissions, que pour ceux qui y passent. Il y a aussi cette Pannonique à l'intelligence fine, qui préserve son humanité du mieux qu'elle peut en discutant avec les autres prisonniers, en les empêchant de se résigner. Sa présence, sa beauté, son altruisme, apportent de l'espoir à ceux qui la côtoient. Pourtant, seule, elle ne pourra rien faire pour que la mascarade cède.
D'une manière générale, l'intrigue n'est pas crédible un seul instant - mais elle inquiète aussi, et suscite bon nombre de questions. Dommage, pourtant, que Nothomb reste trop en surface, qu'elle plaque par-ci par-là des discussions qui paraissent préfabriquées (je veux dire : des discussions qui manquent de réalisme, où les intervenants brillent d'intelligence en exprimant leurs idées avec des tournures accrocheuses); je trouve que Nothomb a une certaine "froideur" dans ces romans, et celui-ci n'en est pas exempt. Curieux mélange, qui aboutit à un livre très curieux, que j'oublierai vite tout en y pensant longtemps (...). Parce que certaines questions méritaient d'être posées, et parce que la romancière belge a ce ton inimitable (d'autres diraient : ce ton agaçant) qui me fait adhérer à peu près à tout ce qu'elle raconte.
Acide sulfurique est un roman étrange, qui ne déroge pas à la règle : il plaira aux amateurs de Nothomb, il agacera les autres. Et même ceux qui aiment seront sans doute partagés.

« Tandis qu'elle peinait au déblaiement des gravats, elle eut une crise de haine en pensant aux spectateurs. C'était une implosion lente qui partait de la cage thoracique et qui montait aux dents, les changeant en crocs. « Dire qu'ils sont là, avachis devant leur poste, à savourer notre enfer, en feignant sûrement de s'en indigner ! Il n'y en a pas un pour venir concrètement nous sauver, cela va de soi, mais je n'en demande pas tant: il n'y en a pas un pour éteindre son téléviseur ou pour changer de chaîne, j'en mets ma main à couper. » »

Les avis fort complémentaires de Catherine & Laurence et Jaqlin - Lilly, quant à elle, n'a écrit aucun billet sur ce livre. Nous le déplorons; mais elle n'est pas la seule dans ce cas, alors nous essayons de lui pardonner ce manque d'exhaustivité blogguesque.

Posté par erzebeth à 08:30 - lecture - Commentaires [19] - Permalien [#]

Commentaires

    Dansle genre dénonciation de la TV réalité, tu as "Running Man" de Richard Bachman (Stephen King) qui s'en sort bien en s'appuyant sur une nouvelle de Sheckley (adaptée au ciné :"Le prix du danger") et un roman récent pour ados, pas mal : "Le dos au mur" de Christophe Lambert (rien à voir avec l'acteur). Je n'ai lu que "Hygiène de l'assassin" d'Amélie Nothomb et ça m'a bien plu.

    Posté par Ys, vendredi 3 octobre 2008 à 10:28
  • Ah super, merci pour ces références ! Le seul hic, c'est que S. King n'est pas autorisé à entrer chez moi (j'ai trop peur d'avoir peur), mais je note avec plaisir ce que tu me proposes, ça peut être très intéressant de voir différents traitements de ce thème.
    "Hygiène de l'assassin" fait partie de ses bons romans, ravie qu'il t'ait plu !

    Posté par erzébeth, vendredi 3 octobre 2008 à 19:02
  • Bon alors du côté du cinéma il y a aussi "The truman show" (super bien !) et y'en a aussi plein d'autres de moins bien, dont un que j'ai vu mais dont je ne me souviess ni du titre, ni du réalisateur, ni des acteurs... mais ça se passe sur un bateau...
    Ca c'est du commentaire !

    Posté par Levraoueg, vendredi 3 octobre 2008 à 19:59
  • Je t'en conjure Erzébeth, enlève ce lien ! Mon billet sur ce livre est l'un des pires que j'ai pu écrire. Sinon, je partage complètement ton avis, une fois de plus...

    Posté par Lilly, vendredi 3 octobre 2008 à 20:34
  • "il agacera les autres" : je n'essaye même pas, à vrai dire. Nothomb = no, thanks.

    (désolée pour ce commentaire tellement inutile

    Posté par amanda, vendredi 3 octobre 2008 à 20:56
  • * Levraoueg, oui, "Truman show" était excellent... et ton autre conseil cinématographique donne juste les infos nécessaires pour trouver de quoi il s'agit, c'est parfait ! )

    * Lilly, tes désirs sont des ordres, je ne vais pas laisser le lien s'il ne te plaît pas... Je m'en voudrais de froisser notre entente cordiale

    * Amanda, au contraire, ton commentaire est très utile. Imaginons qu'on participe au même swap un jour et que je dois te préparer un colis, je sais au moins que si j'y glisse un Nothomb, tu risques de m'en vouloir à vie. Heureusement que je suis au courant !!

    Posté par erzébeth, samedi 4 octobre 2008 à 10:34
  • J'y ai cru... deux secondes... T'es pas cool ;o))

    Posté par Lilly, samedi 4 octobre 2008 à 11:34
  • Tous tes lecteurs doivent être en train de rechercher l'article de Lilly en question, poussés par une curiosité malsaine... Plutôt Jane Austen qu'Amélie Nothomb pour moi, cependant...

    Posté par rose, samedi 4 octobre 2008 à 14:53
  • C'est avec ce titre que j'ai commencé à ne plus aimer Nothomb ...

    Posté par Leiloona, samedi 4 octobre 2008 à 18:19
  • Ce n'est pas que j'aie quoi que ce soit à dire sur ce roman là (je ne l'ai pas lu et ton billet ne me donne pas envie de m'y mettre non plus...) mais bon, je passais par là alors je fais coucou.
    Coucou !

    Posté par Fantômette, samedi 4 octobre 2008 à 19:06
  • Je n'ai pas lu celui-là (en fait je n'ai lu que quelques livres de Nothomb... et il n'en fait pas partie...) mais à l'heure actuelle, bien entendu, je suis en train de chercher frénétiquement l'article que Lilly ne veut pas qu'on lise! Délinquance post-juvénile, tu dirais??

    Posté par Karine :), samedi 4 octobre 2008 à 19:49
  • * Lilly, je suis dé-so-lée, ça me faisait bêtement rire ! Est-ce que la troisième version de la chose te convient ?...

    * Rose, excellent choix de ta part, je crois que beaucoup opteraient plutôt pour Jane Austen ! Quant à Lilly, je me le suis justement permis parce que ce blog ne fait pas 20 000 visites par jour, et que donc, la curiosité malsaine restera limitée...

    * Leiloona, bienvenue par ici, même si c'est pour m'avouer un fait totalement tragique ! As-tu lu son petit dernier ? Il pourrait te réconcilier avec Amélie, je pense...

    * Fantômette, c'est fort aimable de ta part ! Comme tu es polie et gentille, tu es pardonnée pour le reste. Bonne suite de week-end !

    * Karine, tu m'amuses ! Si par hasard tu tombes sur son billet (impossible : elle n'a évidemment rien écrit à ce sujet), je ne te dénoncerai pas, promis. Ça restera entre nous. (c'est surtout que, si Lilly l'apprend, elle risque de me maudire sur onze générations...)

    Posté par erzébeth, samedi 4 octobre 2008 à 20:38
  • Erzébeth, j'adore la modification de la fin du billet! Je vais en rire pendant quelques heures et je reviens. ))
    Sinon, Lilly, je ne comprends pas : il était pas mal ton billet (ben oui, vu ce que tu en disais, j'avais bien évidemment cliqué tout de suite sur le lien par curiosité tout à fait saine, évidemment et sans esprit de contradiction aucun, of course).

    Posté par fashion, dimanche 5 octobre 2008 à 08:26
  • Merci de rire Fashion, je ne suis pas sûre que ça soit encore au goût de Lilly, mais courage, demain, un nouveau billet fera oublier celui-ci... )
    Son billet me convenait aussi, il exprimait clairement ce que je pensais, mais soit, je conçois qu'on n'aime pas forcément tout ce qu'on met en ligne...

    Posté par erzébeth, dimanche 5 octobre 2008 à 10:46
  • La troisième version fera l'affaire, je ne te maudirai pas sur onze générations, promis ! Sinon, pour mon billet, j'avoue que tout ce dont je me souvient est la date approximative à laquelle je l'ai posté. Or, tous les billets publiés dans les premières semaines d'existence de mon blog méritent révision, voire suppression complète...
    Mais je note que la prochaine fois j'enverrai un mail menaçant pour ôter à tout esprit malsain de venir contempler l'objet de ma honte !

    Posté par Lilly, dimanche 5 octobre 2008 à 19:10
  • Je l'ai lu... mais je n'en garde AUCUN souvenir, même après avoir lu ton billet ! Il faut croire que l'acide m'a ravagé la mémoire !

    Posté par Tamara, dimanche 5 octobre 2008 à 19:42
  • * Lilly, merci d'accepter ce compromis et de ne me lancer aucune malédiction !
    Par contre, ce serait affreusement dommage de revoir/supprimer tes premiers billets, ça montre au moins à quel point on évolue, et en l'occurrence, il n'y avait vraiment pas de quoi avoir honte de ton billet !

    * Tamara, tu me fais rire ! Que tu n'en gardes aucun souvenir exprime clairement ton attachement à ce livre, au moins il n'y a pas d'ambiguïté...

    Posté par erzébeth, dimanche 5 octobre 2008 à 22:24
  • Tragique, je ne sais pas !

    Ce qui me dérange, ce sont ses publications dignes d'un métronome de conservatoire, la taille de la police de ses romans, les trop nombreux dialogues qui rendent ses romans insipides.
    Je suis dure ? Oui ... je le suis toujours quand j'ai été déçue.
    Puis il y a tellement d'autres auteurs qui me plaisent que je n'ai pas vraiment envie de replonger dans un Nothomb.

    Posté par Leiloona, mardi 7 octobre 2008 à 12:50
  • Non mais je te comprends entièrement; ça peut finir par lasser, et je suis tout à fait d'accord avec toi, si ça ne t'amuse plus, tu as bien raison d'aller voir ce qui se fait ailleurs...

    Posté par erzébeth, mardi 7 octobre 2008 à 21:20

Poster un commentaire