N.u.l.l.e.

Nouvel Univers Lunatique et Lacunaire d'Erzébeth

lundi 29 décembre 2008

« Quand quelqu'un disparaît en Islande, c'est pour toujours. »

La Cité des Jarres
d'Arnaldur Indridason (2000)
traduction d'Eric Boruy, 2005, Métailié

http://www.roadbook.travel/images/Livres-voyage/1684.jpg

Je voudrais donner un conseil aux bloggueurs débutants (imaginez-moi prendre un air suffisant et obséquieux (je sais, ça ne marche pas)) : quand vous êtes sur le point d'écrire un billet de lecture, n'allez surtout pas lire ce que les autres ont déjà écrit sur le même livre. C'est une pratique décourageante et périlleuse - en l'occurrence, je n'aurais pas dû aller lire le billet de Fashion avant de commencer le mien, parce que le sien est parfait, et qu'elle détaille des points que je voulais aborder aussi, mais à partir du moment où elle l'a fait, et avec brio, pourquoi recommencer derrière ?
(parce qu'on a un challenge à boucler, peut-être ?)
Alors, vous laissez passer quelques jours, espérant retrouver votre voix propre sans être influencée par celle des copines, et finalement, ce n'est pas bon non plus, parce qu'entre-temps, vous oubliez un peu que le roman vous avait terrifiée.
Mais je suis un peu peureuse, aussi.

Erlendur Sveinsson,  inspecteur de la police criminelle, se retrouve à enquêter sur un meurtre  qui pourrait sembler banal (un corps retrouvé dans un appartement où rien n'a été volé, on a connu plus folichon) si ce n'était ce papier posé à côté du cadavre, où est écrite une phrase troublante...
Très vite, l'inspecteur est persuadé avoir affaire à autre chose qu'un meurtre "islandais" (pour les enquêteurs, un meurtre islandais est "dégueulasse, voilà tout", comme s'il ne fallait pas chercher plus loin parce qu'il n'y a pas de raisons sous-jacentes aux meurtres commis) et il se met à fouiller dans le passé de la victime, y découvrant notamment la tombe d'une petite fille...
Hop, je ne dis plus rien, alors que l'intrigue se complexifie au fil des chapitres, liant plusieurs personnages et plusieurs destins; du point de départ surgissent quelques ramifications qui font froid dans le dos, dressant un portrait glacial et lugubre de l'Islande actuelle... Comme le dit si bien Fashion, le roman n'en est pas pour autant glauque, sanguinaire : l'auteur nous épargne plusieurs fois le détail de scènes particulièrement dures, se contentant de merveilleuses ellipses, qui soulagent le lecteur tout en attisant son imagination. Cette façon de faire est idéale pour les terrorisées comme moi, même si des scènes a priori banales (comme un homme, dressé sous la pluie, fixant une maison et - surtout - celle qui y habite) suffisaient pour m'inquiéter.
Deux points me semblent essentiels dans un polar : la personnalité de l'enquêteur principal, et l'intrigue. Pour cette dernière, elle s'élargit sur plusieurs pistes, et un certain suspense est mis en place (notamment avec le mot laissé près du cadavre, dont on ne découvre pas la teneur de suite, pauvres lecteurs que nous sommes); mais, à partir du moment où les pièces du puzzle commencent à être réunies, on comprend où cela va nous mener, mais cela ne perturbe en rien le plaisir de la lecture, et l'émotion finale.
Quant à l'inspecteur, Erlendur... (je ne m'attarde pas sur les noms & prénoms en Islande, Fashion explique tout ça très bien) C'est un homme bougon, divorcé, qui s'entend très mal avec son ex-femme, et qui n'a pratiquement plus aucun rapport avec ses deux enfants... à part quand sa fille a besoin d'argent pour s'offrir de la drogue. Cette fille, d'ailleurs, est quand même assez présente dans le roman, et sa présence permet à Erlendur d'exprimer ses émotions (que ce soit de la colère, de la peur, du chagrin...) en dehors de son enquête, qui l'accapare énormément. C'est un homme qui se cache derrière une apparence un peu bourrue afin de ne pas exhiber ses fêlures et ses propres tourments. Mais ses failles, quelque part, l'aident à être humain à l'égard des gens qu'il croise pendant ses recherches.
La Cité des Jarres est un bon polar nordique, prenant et sombre, qui m'a permis de découvrir un univers totalement inconnu, celui des vastes terres scandinaves qui deviennent, chez Indridason, bien mon tranquilles qu'on ne pourrait le croire...
« C’est difficile d’imaginer des enquêtes intéressantes dans un pays où rien n’arrive » aurait dit l'auteur. Pour cette première enquête d'Erlendur, on peut dire qu'il s'en sort haut la main.

Sa série compte actuellement quatre titres (les trois premiers étant disponibles en poche) :
- La Cité des Jarres
- La femme en vert
- La voix
- L'homme du lac

Et même si je n'avais lu que le billet de Fashion avant d'écrire le mien, elle n'est évidemment pas la seule à avoir plongé dans les délices du polar scandinave. Parmi les autres amatrices, on trouve Amanda, Tamara, Papillon, Chimère (qui vous présente les trois premières enquêtes, voilà qui est triplement tentant) et les autres, que j'oublie, parce que l'exhaustivité n'est pas mon fort. 

Posté par erzebeth à 10:00 - lecture - Commentaires [26] - Permalien [#]

Commentaires

    Je comprends tout à fait ton sentiment, c'est pourquoi j'essaie de ne plus lire les billets des autres avant d'écrire les miens (ni même après car alors j'ai honte du mien !) Cela dit, ton billet est brillant et me donne envie de ressortir "La femme en vert" qui dort dans ma PAL depuis bien longtemps. Malheureusement, j'ai tellement de livres empruntés à lire avant !!!

    Posté par Manu, lundi 29 décembre 2008 à 11:13
  • J'aime beaucoup les ambiances nordiques: ce côté totalement horrible sous une apparence lisse, la lumière, les gens bourrus...
    Et je veux aussi un chaton, mais je regarde la taille de mon appartement, et je soupire!

    Posté par Mo, lundi 29 décembre 2008 à 11:14
  • Bien aimé celui-là, et le suivant aussi. Je ne dévore pas Indridason, mais un de temps en temps, c'est pas mal.
    Pour rédiger un billet, je ne vais JAMAIS lire les autres avant, c'est une loi ! Mais j'y vais quand j'ai fini, histoire de voir si quelqu'un dit du mal d'un livre que j'ai aimé, ou l'inverse, et là je peaufine mon texte. Ou alors si j'ai oublié de parler d'un truc évident, ou alors si quelqu'un dit bien mieux que moi ce que je voudrais dire (c'est souvent...) alors je coupe-colle (C'est mal ?) en signalant d'où il vient, comme dans mon billet pour demain. C'est vrai quoi, puisque c'est déjà écrit, pourquoi recommencer en moins bien ?

    Posté par Ys, lundi 29 décembre 2008 à 11:28
  • J'ai offert ce livre à mon père il y a quelques temps, il m'a dit qu'il était très bien!

    Pour ma part, j'ai toujours aimé écrire mais je n'ai pas le don d'écriture... donc à chaque fois que je vais voir un blog je me dis "c'est trop bien écrit!".

    Posté par Ankya, lundi 29 décembre 2008 à 11:32
  • J'ai reçu La femme en vert pour compléter ma collection que je compte lire en janvier. J'ai tellement hâte de plonger dans cet univers et surtout dans le polar que je néglige en général!

    Posté par Jules, lundi 29 décembre 2008 à 14:52
  • Tsss, tsss, chère Erzébeth, il reste toujours des choses à dire, pour un peu tu me ferais rougir, tiens! )) Il y a une atmosphère très particulière chez Arnaldur, et je trouve que les intrigues s'améliorent au fil des romans (il me reste encore "L'homme du lac à lire"). Je suis contente car après ton billet, je suis sûre que les derniers réfractaires se jetteront dessus!
    (sinon, un chaton, mais quelle idée ?))

    Posté par fashion, lundi 29 décembre 2008 à 15:02
  • * Manu, tu n'es pas une maniaque des séries, alors ? Je veux toujours les commencer dans l'ordre... (quoique, tu as peut-être déjà lu "La cité des jarres" !). Sinon, on va organiser des stages anti-honte de billet, ça s'impose visiblement

    * Mo, si tu aimes ce genre d'ambiance, Arnaldur est pour toi !
    (et le chaton, ce qu'il attend surtout, c'est de l'amour. Alors, c'est petit chez moi aussi, mais je m'occuperais telleeement bien de lui qu'il ne ferait plus attention à l'espace, non mais ! Il faut penser po-si-tif).

    * Ys, j'aime beaucoup ta technique, mais elle doit demander pas mal de travail, non ?
    En général, je lis les billets dès que j'ai terminé ma lecture, et je laisse mariner tout ça avant d'écrire mon avis. Moins contraignant

    * Ankya, l'écriture, c'est comme le reste : ça se travaille... alors tu verras qu'au fil du temps, sans même t'en apercevoir, ta rédaction de billets va évoluer, c'est un très bon exercice de tenir un blog...
    Et le livre, pique-le à ton père !

    * Jules, janvier sera donc glacial chez toi Je lirai ton avis avec plaisir, ça me décidera peut-être à me plonger rapidement dans cette "Femme en vert" !

    * Chère Fashion, tu es une vilaine tentatrice, mais de toute façon, je compte bien, un jour ou l'autre, continuer à lire les aventures d'Erlendur... Et que les réfractaires cèdent, oui !
    (pourquoi un chaton ? parce que c'est moins souvent malade qu'un enfant, par exemple ? ) )

    Posté par erzébeth, lundi 29 décembre 2008 à 16:05
  • Tu es taquine...

    Posté par fashion, lundi 29 décembre 2008 à 17:00
  • Oui, je suis désolée, tu ne méritais pas cela en cette période si fiévreuse dans la Fashion's family

    Posté par erzébeth, lundi 29 décembre 2008 à 18:37
  • arrivé par erreur à cet étage un rien fille du père du noel ( comme le fils du père fouettard dans la chanson de Dutronc),
    j'ai bien aimé y voir une cote de Dewey, qui doit trahir la bibliothécarité des propriétaires du lieu, et apprécié tout autant les références à Lolita...
    hélas, je ne lis plus assez , maintenant, pour être encore capable de tenir dignement mon rang sur un blog de coups de coeurs littéraires... mais félicitations tout de même, il me rappelle nostalgiquement tout ce que je ne sais plus aimer...

    Posté par grandméchantloup, lundi 29 décembre 2008 à 18:59
  • En fait, j'avais lu que "La femme en vert" était mieux. Et je deviens de moins en moins maniaque avec les séries depuis que les traductions se font dans le désordre et que je dois suivre la vie des inspecteurs héros de manière complètement chaotique (par exemple la série de Peter Robinson ou de Déborah Crombie dont les premiers tomes n'ont été traduits que des années après que la série ait un grand succès en France !!!) Grrr je peste de ne pas lire l'anglais parfois !

    Sinon pour le chaton, je t'encourage vivement ! Mais pourquoi un chaton? Tant de chats de plus de 6 mois n'ont que peu de chance de trouver un maître à la SPA car tout le monde veut un chaton alors qu'ils ont plein d'amour à offrir ! (bon j'arrête ma propagande défense des animaux )

    Posté par Manu, lundi 29 décembre 2008 à 19:49
  • * Grandméchantloup, votre commentaire est intriguant... je suis loin d'être bibliothécaire mais je travaille à le devenir un jour, et pendant cette attente, je lis, effectivement... Avez-vous un blog ? Votre dernière phrase insinue-t-elle que vous n'aimez plus lire ? Mais, pourquoi ? Voyez, je suis trop curieuse...

    * Manu, il paraît que la série se bonifie de livre en livre, c'est vrai ! Donc je comprends que tu veuilles commencer avec "La femme en vert". Pour l'anglais, même souci, je crois qu'on va devoir s'y mettre !
    (la SPA, j'y pense aussi de temps en temps, et je suis assez d'accord avec toi, mais de toute façon, aucune adoption n'est prévue dans les prochaines semaines, alors j'ai le temps de cogiter ça...)

    Posté par erzébeth, mardi 30 décembre 2008 à 09:33
  • eh non, chère erszebet, dont le nom , en modifiant deux lettres, m'évoque la Hongrie millénaire... je suis de la génération papier, et je résiste vaillamment aux blogs... même si je lis ceux des autres! je fus des siècles durant un érudit bibliophile, et j'en suis un peu sorti maintenant... pour regarder enfin le monde contemporain qui m'entoure... en réalité, je lis encore, mais j'ai perdu pour mille raisons le goût des romans, il est rare maintenant que j'en lise... alors que je dévore des centaines de choses souvent très ennuyeuses, mais qui me passionnent ( ou parfois m'énervent!) car elles sont liées à mes préoccupations du moment, souvent professionnelles...
    j'ai des sentiments mêlés face aux écritures du net, même si je la pratique aussi... en même temps, je suis extrêmement critique face à cela. mais certains blogs sont magnifiques, dont le vôtre... en fait, ce qui me gêne le plus dans les blogs, c'est l'absence de critique extérieure, alors que le papier, pour exister, du moins sous forme de livre, réclame une validation ( parfois mal faite, c'est vrai) du lectorat... le problème dépasse les blogs, et je suis assez inquiet de voir que les étudiants, par exemple, ont totalement perdu cette notion de validation des données, et le fatras de nouvelles qui se déverse sur nous en permanence grâce à la soi disant société de l'information revient finalement à noyer tout le monde dans une ignorance habillée en savoir. ( je m'exprime mal car j'écris beaucoup trop vite, désolé...)nous contournons les falaises d'un continent compact sur lequel nous ne pouvons plus aborder... la "communication" est le meilleur moyen de ne rien dire. Et puis, si vous rêvez de bibliotheques, vous savez comme moi que ce qui est important, pour comprendre l'histoire des bibliothèques, ce n'est pas seulement ce qui s'y trouve, mais aussi ce qu'elles ignorent ou rejettent... idem, il est vrai, pour l'édition...

    mais rassurez vous, je continuerai à vous lire avec plaisir...

    Posté par grandméchantloup, mardi 30 décembre 2008 à 11:03
  • Grandméchantloup, je vous comprends tout à fait en ce qui concerne les étudiants. Voyez, cela fait maintenant 1 an et demi que j'ai terminé mes études... d'informatique. Dans mes promotions/classes je devais être une des rares à lire des livres papier (certains lisaient des livres sur Internet... beurk... et d'autres avaient rangé ces "choses bizarres" dans les vieilleries des grands parents).
    Cependant il y a peu je suis allée à Londres en mode touriste et j'ai été émerveillée de voir tant de gens (jeunes et moins jeunes) lire dans le métro.
    Pour certaines personnes, lire ça "craint" (on me l'a déjà dit... j'ai dû faire une tête très bizarre) car c'est pas technologique.
    Même étant dans le milieu de toutes ces technologies je trouve que lire est reposant et travaille notre imagination ainsi que la part de rêve que nous avons en nous.

    Posté par Ankya, mardi 30 décembre 2008 à 11:57
  • Beau livre !

    Posté par Ville Poème, mardi 30 décembre 2008 à 21:13
  • Tout pareil que Fashion. J'ai pris les Indridasson dans l'ordre, et il me reste "L'homme du lac" à lire (à vrai dire, j'attends la sortie poche). Cependant, Arnaldur gagne en épaisseur à mesure des romans, les intrigues gagnent, elles, en subtilité et humanité délicate. Jamais de pathos ou de croustillant chez Indridasson. Tout en nuances et délicatesse malgré la violence de l'atmosphère ambiante.
    Quant à prévoir des vacances en Islande... ben euh... c'est à dire que...

    Posté par Fantômette, mardi 30 décembre 2008 à 21:20
  • Erzébeth, il ne faut jamais lire les articles de livres lus sur d'autres blogs, cela bloque totalement l'inspiration !! Personnellement, je me sens ridicule, idiote, ignare lorsque je m'essaie à cet exercice ;-D Cela dit, il faut que je commence cet auteur que j'ai dans ma PAL ...

    Posté par Nanne, mardi 30 décembre 2008 à 22:08
  • * Grandméchantloup, il me paraît totalement compatible d'être un érudit bibliophile et un lecteur d'essais... Notre parcours de lecture évolue sans cesse, de toute façon, selon nos besoins et nos envies...
    Quant au reste, je ne suis qu'à moitié d'accord avec vous... Je comprends votre méfiance vis-à-vis des blogs, mais les commentaires (généralement "autorisés") peuvent servir de critique extérieure, non ? Du moins, en partie.
    Pour l'information qui nous noie, je suis au regret de vous dire que les étudiants ne sont pas les seuls à accepter ce qu'ils trouvent (dans la presse, sur internet, à la télé...) sans se poser de questions - c'est un problème plus généralisé, il me semble.
    Je suis d'accord avec le reste... les silences, les absences qui se cachent dans la "communication" peuvent nous apprendre beaucoup si l'on veut bien les considérer. En tout cas, merci de passer, et de laisser quelques mots...

    * Ankya, je ne sais que te répondre, puisqu'ayant suivi des études de lettres, mes chers camarades lisaient généralement... même si, je le reconnais, certains détestaient ça (!!). Je ne sais pas pourquoi les jeunes lisent peu (en même temps, les autres tranches d'âge lisent-elles plus ? en France, je ne sais pas), je ne sais pas non plus si cette idée est juste, je ne sais pas ce qu'il faudrait faire pour donner le goût de lire...
    Et d'un autre côté (attention, je vais blasphémer), est-ce grave de ne pas lire ?

    * Villepoème, nous sommes d'accord ! Et merci de votre visite, je découvre un blog dont le concept est fort amusant !

    * Fantômette, si vous êtes deux à vous y mettre, je ne vais pouvoir que succomber... Quant à toi, quand est-ce que tu t'inscris en bibliothèque ? (oui, je sais, ce n'est pas pratique pour toi... mais "L'homme du lac" t'y attend. Eh si...!)
    Des vacances en Islande, es-tu folle ! Le nom veut dire "terre de glace"... Si tu aimes l'aventure, je crois que la Norvège ou la Finlande peuvent déjà être un bon compromis...

    * Nanne, mon dieu, "ignare" est un mot qui ne me serait ja-mais venu à l'esprit pour te décrire ! Qu'est-ce que c'est que ce petit manque de confiance en soi ? Il va falloir me chasser tout ça, et rapidement ! Non, mais... ce qu'on lit, parfois...!

    Posté par erzébeth, mardi 30 décembre 2008 à 22:22
  • vous commencez à me donner envie d'aller poster mes rêveries littéraires et mes coups de coeur... je commence a trouver ce petit forum bien sympathique, mais je redoute de ne pas avoir le temps d'y rester...

    quand je parle des étudiants, c'est vrai que ce n'est pas forcément mieux ailleurs... mais les étudiants eux, se piquent de savoir et de recherche... En fait, j'ai surtout des sites comme wikipédia dans mon collimateur, quand je parle de picorage culturel immédiat... et, erszebet et ankya, oui, il y a des gens qui sont très fiers comme ça... d'ailleurs, on est plus heureux quand on ne réfléchit pas...

    est ce grave de ne pas lire? bonne question, et toute question est bonne à poser! disons que lire, cela rend parfois intelligent et quelquefois modeste, et puis... c'est si beau de se plonger dans un livre... j'ai quelques livres qui ont totalement changé ma vie, dont les romans d'Eichendorff, quand j'avais 17 et 18 ans... qui m'ont initié à ce romantisme féérique d'ou, plus tard, j'ai eu du mal à émerger... mais sur le moment, quelle force cela m'a donné!

    En réalité j'ai toujours lu, mais beaucoup moins depuis quelques années. Tiens, j'aurais envie de vous parler de l'un de mes auteurs favoris, Claudio Magris, toujours au nom de ma passion pour la Mitteleuropa et le monde danubien...

    sinon, L'Islande est un pays extraordinaire ( j'y suis passé il y a tres longtemps), tout vert et bleu, et en plus, leur économie s'étant effondrée suite à la crise financière, c'est passé de l'un des pays les plus chers du monde à un pays bon marché... leur monnaie ne vaut plus rien. mais évitez l'hiver, c'est un peu froid...

    Posté par grandméchantloup, mardi 30 décembre 2008 à 22:46
  • Ah mais oui, quand vous aurez un peu de temps, écrivez donc sur vos rêveries littéraires ! Cela ouvrira encore de nouveaux horizons, attisera la curiosité, intéressera les gens qui croiseront vos mots...
    Wikipédia n'est pas toujours une mauvaise chose, je pense que si les articles sont rédigés avec sérieux, par des gens qui maîtrisent leur sujet, le résultat peut même être fort bon... mais évidemment, dans une encyclopédie libre, il y a un tri à faire ! Et il faut éviter de se limiter à cette source-là...
    N'était-il pas possible pour vous de rester plongé dans votre romantisme féerique ? Je suis d'accord avec vous concernant la lecture, même si ce n'est sans doute pas l'unique moyen de cultiver son intelligence.
    Eichendorff et Claudio Magris me sont totalement inconnus, voyez, il faut réellement que vous écriviez sur vos coups de cœur...!
    L'Islande est un pays vert et bleu ? Moi qui le voyais blanc, uniquement blanc... Peut-être que certains succomberont devant votre description !

    Posté par erzébeth, mardi 30 décembre 2008 à 23:10
  • cela dépend, si je suis vraiment coincée pour un billet, j'irai lire ce qu'on a écrit sur le livre avant. Mais effectivement généralement j'évite

    Posté par Stéphanie, mercredi 31 décembre 2008 à 09:56
  • Pour moi aussi l'Islande c'était tout blanc... quelle révélation!
    En ce qui concerne votre remarque "est-ce important de lire". Mon humble avis personnel est le suivant: les gens trop terre à terre ont tendance (je dis bien "tendance", ce n'est pas une généralité absolue) à voir les petits malheurs partout. Et ces gens-là sont en général (je dis bien "général") des gens qui ne lisent pas. Du moins c'est ce que j'ai pu constater au cours de ma vie et de mes rencontres. Les gens qui lisent sont plus enclin à l'imagination, au recul. Cela n'est pas le cas de tous les lecteurs, mais la lecture procure une certaine ouverture d'esprit qu'il est nécessaire d'avoir dans la société actuelle. Cela n'engage que moi bien entendu.

    Posté par Ankya, mercredi 31 décembre 2008 à 11:50
  • J'ai découvert l'univers 'Indridadon' avec la femme en vert et dès que je le pourrais je réïtèrerais avec celui ci !

    Posté par anjelica, mercredi 31 décembre 2008 à 13:07
  • * Stéphanie, finalement, on procède un peu de la même manière toi et moi, lire les billets précédents peut débloquer quand on ne sait pas comment débuter le sien !

    * Ankya, je lis un peu et je peux te dire que je suis très douée pour voir des malheurs partout, même là où il n'y en a pas ! Je te taquine, mais je saisis bien ton idée, et elle me paraît assez juste. Même si j'aime penser qu'on peut aussi entretenir son ouverture d'esprit et sa curiosité autrement qu'en lisant...

    * Anjelica, un mot de toi, et je t'apporte ce livre en janvier !

    Posté par erzébeth, mercredi 31 décembre 2008 à 15:57
  • Le nombre de fois où j'ai eu envie de faire un copier-coller d'un billet d'une autre blogueuse et de dire "Voici ce que j'ai ressenti moi aussi..." !!!
    Depuis, je relis les billets des autres après avoir écrit le mien et je ne modifie rien même si je répète.
    Voilà, après cet aparté, tu me donnes très envie de me plonger dans les œuvres de Indridason d'autant plus que tu donnes l'ordre des titres de la série !

    Posté par Cécile, jeudi 1 janvier 2009 à 20:23
  • Cécile, je crois que tu as trouvé la meilleure technique pour la rédaction des billets !
    Et j'ai donné l'ordre des titres en pensant qu'il y avait peut-être d'autres maniaques que moi qui allaient tomber sur mon billet...

    Posté par erzébeth, jeudi 1 janvier 2009 à 22:11

Poster un commentaire