N.u.l.l.e.

Nouvel Univers Lunatique et Lacunaire d'Erzébeth

samedi 14 février 2009

Et patati, et patata

La dernière fois que le Club Lire & Délires (zut, j'ai oublié d'insérer le logo !) s'est réuni, c'était autour du magnifique thème Galipettes et muscles utiles. On avait légèrement copié ce thème aux Théières. Mais que voulez-vous ! Il appelait à la détente, à l'amusement, aux choix amusants.
On a été mauvaises comme tout (sauf
Yue Yin, qui a fait un billet sur la rencontre plutôt que sur ses lectures, non mais regardez-moi cette fainéante !).
Je crois qu'il n'y a que moi, dans le monde entier, pour se concentrer sur ce thème joyeux et jeter mon dévolu sur : Le diable au corps de Raymond Radiguet.
Mais j'ai des circonstances atténuantes, oh, ne me conspuez pas dès mon retour, merci.

http://images.madmoizelle.com/fiches/photos/L/le-diable-au-corps_raymond-radiguet_080726010051.jpg

Publié en 1923, ce roman heurta un peu la bienséance de l'époque. Imaginez : l'auteur était jeune (20 ans - il en avait 18 quand il finissait d'écrire Le diable au corps), son roman abordait des thèmes légèrement sensibles et immoraux - je vais détailler. Voyez, déjà, les premières lignes :

"Je vais encourir bien des reproches. Mais qu'y puis-je ? Est-ce ma faute si j'eus douze ans quelques mois avant la déclaration de la guerre ? [...] Que ceux déjà qui m'en veulent se représentent ce que fut la guerre pour tant de très jeunes garçons : quatre ans de grandes vacances."

On comprend que cela gêne - 9 millions de morts, et 4 ans de vacances pour d'autres.
Le narrateur (jamais nommé) est donc un jeune garçon un peu protégé, qui étudie avec facilité, qui vit un peu dans son monde. Puis il y a cette promenade, au bord de l'eau, avec son père et des amis de ce dernier. Il y rencontre Marthe, qui est un peu plus âgée que lui. Quelque chose - mais quoi ? - l'attire chez cette jeune femme, pourtant promise (et bientôt mariée) à un autre. Seulement, c'est la guerre. Et tandis que Jacques, le mari, part au front, le narrateur se rapproche de Marthe, jusqu'à ce qu'ils deviennent amants...
Vous le voyez poindre, le scandale ? Non seulement il y a adultère, mais adultère entre un (très) jeune garçon et une gentille demoiselle, et qui plus est, adultère pendant que le mari risque sa vie au combat. C'est gênant.
La relation de Marthe et du jeune garçon est loin d'être saine; ils se cachent de leurs parents, mais ceux-ci comprennent ce qui se passe... Et le narrateur, du fait de son immaturité et des bouleversements, sans doute, qui ont lieu dans son esprit, ne cesse de s'interroger sur ce qu'il ressent. Le lundi, il est fou de Marthe et espère que Jacques mourra bientôt. Le mardi, sa maîtresse le dégoûte et se montre d'une méchanceté incroyable à son égard.
C'est ainsi que le protagoniste m'a paru particulièrement tête-à-claque. J'ai eu du mal à suivre ses réflexions, à le comprendre. La pauvre Marthe, amoureuse et esseulée, lui pardonne ses sautes d'humeur, s'attache de plus en plus au fil des semaines. Leur passion semble faite pour durer - ils sont à l'abri, derrière les volets clos, tandis que Jacques... oh, et puis Jacques, on s'en fiche !
L'autre caractère scandaleux du livre vient de son approche autobiographique : le petit Radiguet aurait, lui aussi, connu les joies de l'amour fort jeune, avec une demoiselle plus âgée... elle s'appelait Alice, ce qui est un plus joli prénom que Marthe, mais empêchez-moi de partir dans ce genre de remarques, ou je vais abandonner ici ce billet, alors que j'ai encore des tas de choses passionnantes à écrire (en fait, non, et je cherche justement une issue).
Ce roman correspondait malgré tout à la thématique du club, mais l'ensemble m'a paru tellement curieux que le propos m'a échappée. Ce n'est pas mal écrit du tout; il y a même de très belles pages, de très belles tournures. Mais ce n'est pas assez enflammé pour paraître passionné, ni assez poussé pour paraître malsain, dérangeant (du moins de nos jours). Le diable au corps n'est pas un mauvais roman, loin de là, mais il m'a laissée de marbre.

« Ses deux mains s'accrochaient à mon cou; elles ne se seraient pas accrochées plus furieusement dans un naufrage. Et je ne comprenais pas si elle voulait que je la sauve, ou bien que je me noie avec elle. »

En plus, en me documentant sur internet, je découvre que :
- le héros s'appelle François. Je ne m'en étais pas rendu compte; ou alors, on l'a baptisé pour l'adaptation cinématographique ?
- Raymond Radiguet aurait nié la part autobiographique de ce roman. A la limite, on n'en a cure, n'est-ce pas ?

Kalistina et Nibelheim en parlent aussi (et mieux que moi)

*     *     *

Autrement, au niveau du club, je vous laisse aller chez Yue Yin pour trouver les différentes lectures des autres demoiselles. En sachant que le plus grand fou rire de la journée nous a été offert par la lecture de Bluegrey...
Le prochain thème ? Gourmandises ! Et croyez-moi, cette fois, j'ai des pistes solides.

Posté par erzebeth à 09:15 - lecture - Commentaires [27] - Permalien [#]

Commentaires

    Tu es peu convaincue, mais ton billet est tellement passionnant que je meurs d'envie de le lire maintenant. Les citations sont superbes !

    Posté par Lilly, samedi 14 février 2009 à 10:16
  • Ce titre "patati, patata" est une citation du roman ? Blague à part, voilà un tout petit roman pas désagréable à lire, sans plus c'est vrai, mais je l'ai quand même relu il n'y a pas longtemps avec plaisir (je me suis tout de même étonnée de le voir parmi les 1001 livres qu'il faut avoir lus dans sa vie, car je me demande si ce n'est pas une référence très franco-française). Enfin ce que j'aime bien ce sont les passages sur leur amour partagé pour les Fleurs du mal, ou les moments où ils écrivent ensemble des lettres au mari... Et sinon je ne me souviens pas non plus du prénom du narrateur, mais je souviens que le bébé s'appelle comme lui (peut-être le prénom est-il dit à la naissance ? je ne sais plus...)

    Posté par levraoueg, samedi 14 février 2009 à 10:56
  • Ben c'est bien beau tout ça, mais des galipettes, est-cequ'il y en a (t'as vu, je n'évoque pas les autres muscles utiles, je reste chaste sur ton blog !)?

    Posté par Ys, samedi 14 février 2009 à 13:11
  • Moi j'avais bien aimé, au point de le relire quelques années après - mais je l'ai lu assez jeune, vers quinze ans je dirais, j'ai du m'identifier au narrateur... J'avais trouvéle tout émouvant, et très humain.

    Posté par Mo, samedi 14 février 2009 à 13:28
  • Même si tu n'es pas convaincue (et loin de là)... tu m'a donné bien envie de le lire!! Il y a de ces choses bizarres, dans la vie!!

    Posté par Karine :), samedi 14 février 2009 à 14:06
  • Lilly, tu gagnes la palme de la fille la plus adorable de la journée, merci !! Et il y a d'autres passages très bien écrits, tu verras...

    Levraoueg, non, le "patati patata" est de moi (admire mon imagination) parce que je me trouvais ennuyeuse en parlant de ce roman.
    Quant aux listes d'incontournables, elles sont parfois très surprenantes... Je confirme que l'enfant s'appelle comme le narrateur, seulement on ne dit pas le prénom de l'enfant, ça, j'en suis certaine. Je pense fort qu'on l'a "baptisé" pour le film, pour des raisons pratiques...

    Ys, oui, il y a des galipettes ! (ouf, hein !) Et ce sont généralement des passages très bien écrits... mais les galipettes restent rares, ce n'est pas le centre de l'intrigue !

    Mo, je comprends entièrement qu'on puisse être touché par cette histoire. Très humain ? Oui, aussi. Leurs réactions sont très humaines, mais j'ai trouvé le narrateur trop détaché du reste du monde, presque insensible aux gens qui l'entourent, finalement...

    Karine, ça me fait immensément plaisir, tu penses ! Je ne voulais pas dégoûter les gens de découvrir cette histoire

    Posté par erzébeth, samedi 14 février 2009 à 14:24
  • Et la Saint Sylvestre ? Moi ce que j'aime dans les blog-it, c'est qu'aux yeux des lecteurs futurs, ils font passer les commentateurs pour des cinglés. Ah mais je sais : tu es née un 31 décembre !

    Posté par levraoueg, samedi 14 février 2009 à 16:30
  • Levraoueg, je partage entièrement ton ressenti pour les blog-it, c'est justement un tel défaut du concept que je l'adore d'autant plus (oui, j'ai une logique toute particulière !). J'adore aussi ta déduction, mais elle est fausse
    C'est vrai que je déteste la Saint Sylvestre. Et des tas d'autres journées, en fait. Mais j'ai voulu faire court, pour ne pas ennuyer outre-mesure mon modeste auditoire. Après, sinon, on va me dire grincheuse.

    Posté par erzébeth, samedi 14 février 2009 à 20:40
  • Comme Mo, je l'ai lu très jeune et j'avais beaucoup, beaucoup aimé... Il faudrait que je le relise pour voir ce que j'en penserais aujourd'hui.

    Posté par Alwenn, samedi 14 février 2009 à 21:13
  • Je l'ai lu il y a longtemps et je l'avais bien aimé mais de là à le ranger dans les Galipettes, hum. )
    Ton blog-it me fait mourir de rire : la soirée fut-elle bonne ?
    (je viens pour ma part de découvrir un brun tout à fait comestible))

    Posté par fashion, samedi 14 février 2009 à 23:52
  • Alwenn, à croire que ce livre-ci mérite d'être lu dans sa prime jeunesse...! A ma décharge, je n'étais pas non plus tellement concentrée sur ma lecture, ça a dû jouer sur mon avis final...

    Fashion, je devais au départ lire "L'amant de Lady Chatterley" mais franchement, en janvier, qui a envie de lire un roman aussi déprimant ?
    Et ma soirée, oh, n'en parlons pas, j'ai dû renoncer à cause d'une sombre histoire de fatigue, je bats de merveilleux records en ce moment (alors que je ne pose même pas de moquettes, moi !), alors ce sera pour un autre soir... what a shame !
    Qui est le brun ?

    Posté par erzébeth, dimanche 15 février 2009 à 10:14
  • Je viens de lire ton blog it : désolée, pour "le livre du temps" je n'ai que le tome 2 (en deux exemplaires en plus !)

    Posté par Ys, dimanche 15 février 2009 à 11:19
  • C'est Alex dans "Ce que pensent les hommes". *soupirs*... Bref.
    Tu as changé le blog-it plus vite que ton ombre, dis moi! ) Je ne sais même pas de quoi tu parles. Qui est ce Prévost, hum, un beau blond ?
    (et je ne peux pas croire que tu n'aies pas regardé "Furtif", ce film doit pleurer dans son boîtier) (mouhahahaha, j'imagine déjà ta tête quand tu verras ce chef d'oeuvre) (il faudra IMPERATIVEMENT faire un billet) (of course)

    Posté par fashion, dimanche 15 février 2009 à 11:43
  • Ben moi j'ai commencé la saison 1 du Dr. Je trouve ce personnage très bien imaginé. J'ai d'ailleurs beaucoup aimé le 1er épisode. Je n'en ai pour l'instant vu que 4 ou 5, mais c'est toujours pareil ! Je vais continuer quand même un peu, mais je me demande comment ils ont fait pour tenir autant de saisons...

    Posté par levraoueg, dimanche 15 février 2009 à 19:38
  • Ys, rassure-moi, tu parles de la bib où tu travailles ? Pourquoi, autrement, aurais-tu uniquement le second tome, et deux fois... (même, d'ailleurs : vous n'avez pas le premier tome ?)

    Fashion, je te suis pour Alex, je ne l'ai pas trouvé "beau", mais c'est l'homme que j'ai préféré, et de loin, dans le film !
    Guillaume Prévost est un auteur qui a écrit une série en trois volumes, qui s'appelle "Le livre du temps", mais je me suis lancée dedans sans être sûre que la biblio détenait les trois volumes, et je m'en mords un peu les doigts...
    Un billet sur "Furtif" est évidemment prévu, en fait, non, ce sera même mieux : un billet sur Josh ! )

    Levraoueg, il est certain que la série est très académique dans son traitement, mais personnellement, ça me rassure (il y a un malade - on fait de faux diagnostics et son état s'aggrave vers la 20e minute - et après, l'illumination et un happy end (ou pas)). Après, les personnages ne sont pas très fouillés non plus (on les connaît mal, disons), mais House est un monstre d'irrespect et de cynisme, et j'adore ça ! J'espère que tu iras au moins jusqu'au dernier épisode de la première saison, tu verras, il est très surprenant... et tu auras envie de le revisionner de suite !

    Posté par erzébeth, dimanche 15 février 2009 à 20:38
  • Pas lu le roman mais vu le film qui malgré la lumineuse présence de Gérard Philippe, m'avait un peu ennuyée (c'est moche un peu, oui, je sais).
    N'empêche.
    N'empêche qu'il n'y a pas si longtemps, une enseignante américaine a fait quelques années de prison pour avoir eu une liaison avec un de ses élèves mineur.

    Posté par Fantômette, lundi 16 février 2009 à 09:24
  • Ben non ! Tu crois pas que ça serait grave si à la bibbliothèque où je m'occupe des achats il y avait deux fois un tome deux et pas de trois !? C'est chez moi ça les deux tomes deux et c'est dû aux vents de folie qui soufflent sur les attachées de presse qui envoient, n'envoient pas, réenvoient... je n'ai pas encore compris leur logique...

    Posté par Ys, lundi 16 février 2009 à 10:13
  • Oui, le narrateur est vraiment "tête à claque" par moment... Et c'est justement en partie pour cela que j'ai trouvé son personnage "bien construit", car finalement ce n'est encore qu'un gamin, immature, qui se retrouve pris dans une situation qu'il ne sait pas géré, et donc passe du plus fol enthousiasme à la cruauté la plus vile... comme les font tous les ados...

    Posté par BlueGrey, lundi 16 février 2009 à 15:27
  • je comprends absolument rien à tes commentaires mais sinon tu me fais pensé que je n'ai toujours pas écrit mes billets pour mes lectures du club hoiulalala elle est en retard la pas belle yueyin
    et sinon j'ai été voi c que pense les hommes, c'est moi ou ça parle surtout des femmes sans compter qu'elles sont TOUTES bien attaquées de la tête ???

    Posté par yueyin, lundi 16 février 2009 à 20:17
  • Fantômette, je ne suis pas sûre que ce soit la même chose - je ne légitime pas pour autant ce fait divers, et puis on a eu encore plus tragique en France avec "Mourir d'aimer", non ?
    Certes, dans le roman et dans ces histoires vraies, il est question d'amours impossibles, mais les données me semblent différentes...

    Ys, tu gères ta bibliothèque comme tu veux, tu sais )
    Non mais ça m'étonnait aussi, mais ton explication m'éclaire. Tu devrais les revendre, ces livres...

    Buegrey, encore une fois (car c'était déjà le cas au resto), tu parles mieux que moi de ce roman Et je comprends que cette approche de l'adolescence ait pu te plaire !

    Yue, de quels commentaires parles-tu ? (tu crois que les autres me comprennent, eux ? je commence à avoir peur)
    Oui, tu es en retard, mais personne ne t'en veut
    Pour le film, tu as entièrement raison, mince, ça ne parle pratiquement que des femmes... et elles sont fêlées, oui, clairement. Mais ça fait du bien : on sort de là en se disant qu'on est bien plus normales qu'elles

    Posté par erzébeth, lundi 16 février 2009 à 20:23
  • Non, elles ne sont pas toutes fêlées : je vais raconter ma vie mais le couple Aniston et Affleck, c'est clairement mon homme et moi. A un point que j'ai fini par me pincer tellement Lyle est exactement comme ça, pour tout. Trop bizarre.

    Posté par fashion, lundi 16 février 2009 à 22:12
  • ah bon Fash et alors tu l'as quitté pour qu'il accepte de se marier avec toi ????? ça c'est bizarre je trouve Bon d'accord c'est peut être la moins fêlée de toutes...
    erzebeth, je ne parle pas précisément des tiens, mais de ceu de tout le monde qui semblent répondre à des blog it que j'ai pas vu bouhouhou...
    Bon je dois retourner au cinéma cetee semaine, qu moins deux fois (je profite de l'absence des monstres)... tu as des suggestions ? Ah et je peux t'enregistrer dr H si tu veux... j'ai trouvé comment on grave ensuite... si si si !!! l'autre jour j'ai gravé match point que j'avais enregistré on tv et ça a marché (bon c'est en français certes mais c'est bien quand même)

    Posté par yueyin, lundi 16 février 2009 à 23:01
  • On aurait dû préciser 'Galipettes ' qui laissent de marbre

    Posté par anjelica, lundi 16 février 2009 à 23:07
  • La seule différence c'est qu je ne veux pas me marier non plus. Donc ce n'est pas un sujet de discorde. ) (pardon Erzébeth de polluer tes commentaires ainsi)

    Posté par fashion, mardi 17 février 2009 à 08:07
  • ah voilà... je savais bien que tu ne ferai pas un truc pareil fashion... sorry erzebeth )

    Posté par yueyin, mardi 17 février 2009 à 19:14
  • J'ai adoré "Le Bal du Comte d'Orgel" mais je ne m'en souviens pas du tout !! Il serait tant de revoir ces classiques... Je ne pensais pas que ce livre était si palpitant

    Posté par Lou, mercredi 18 février 2009 à 14:18
  • * Fashion, permets-moi de te dire que si tu as un homme aussi gentil, dévoué, merveilleux, que le Ben Affleck du film, je suis positivement jalouse
    Il n'a pas un petit frère, Lyle ? Non ?

    * Yue, pfff, merci mon FAI qui me fait répondre avec un décalage complet à ton commentaire... mais bon, du coup, j'imagine que tu as trouvé des films sans moi !! :-/

    * Anjelica, c'est tout à fait ça ! On a voulu faire original, et du coup, on l'a payé... mais j'ai acheté mon livre pour le prochain thème, et je sais que ce sera mille fois mieux !

    * Fashion, arrêêêête d'afficher ton amour épanoui sur mon blog, ça devient indécent !!! )

    * Lou, cette lecture ne m'a pas donné envie de continuer à lire Radiguet, mais si tu dis que son deuxième livre était bon, je vais au moins me renseigner sur l'histoire...

    Posté par erzébeth, samedi 28 février 2009 à 08:36

Poster un commentaire