N.u.l.l.e.

Nouvel Univers Lunatique et Lacunaire d'Erzébeth

mercredi 8 avril 2009

Envers et carnation !

... ou l'allusion à Dickens (épisode 1)

Le Bon Gros Géant
de Roald Dahl (comment voulez-vous prononcer ça ?), 1982
dessins de Quentin Blake
traduction de Camille Fabien

http://boutique.codes-sources.com/images/image.imgx?f=L2ltYWdlcy9waS85Yy9iMy8wYy8yMDM5ODIwNTQxLTIwMHgyMDAtMC0w&type=anBnP3A9bjY=&dm=ZGkx

"Chaque fois que je me sens un peu mélancoleux, j'avale quelques goulées de frambouille et je redeviens tout folichon."

Il y a quelques temps, je vous avais demandé des conseils en matière de littérature jeunesse et malgré mon silence criant qui a suivi, je n'ai absolument pas oublié les différentes pistes que vous m'avez proposées (même si je suis loin de les avoir suivies, hé, depuis quand écoute-t-on les conseils qu'on sollicite ?). J'ai quand même noté Le bon gros géant, recommandé par Malice, Co et d'autres probablement (mais je ne vais pas lister tout le monde, je ne suis pas aux César, en train de remercier tous ceux qui ont croisé ma route, hein).
On rencontre ici une petite Sophie, vivant dans un orphelinat, et un peu trop curieuse, car voilà qu'elle surprend en pleine nuit un spectacle qu'elle n'aurait jamais dû voir : cette ombre dans la rue est bien trop grande pour être celle d'un homme normal... la preuve est que cette "chose" l'emporte loin de l'orphelinat pour l'emmener dans son pays, un endroit déserté par les hommes de terre, et pour cause : vivent là dix géants, tous plus répugnants les uns que les autres. Tous ? Non, évidemment : il y a le Bon Gros Géant (qu'on appellera BGG par la suite, c'est plus pratique et même dans le roman ils ne s'en privent pas), celui qui a emporté Sophie, et le seul de la contrée à être gentil, à ne pas manger d'hommes de terre, et à distiller chaque nuit de jolis rêves dans les chambres des enfants...
Évidemment, vous seriez enlevé par un géant, vous risqueriez de mal le supporter; Sophie oscille entre terreur et fascination, cette dernière l'emportant une fois qu'elle a la certitude que le BGG ne la mangera pas.
Le BGG est très différent de ses congénères : il est bien plus petit qu'eux (sept mètres, seulement !); il n'est pas omnivore; il est gentil; il s'exprime d'une manière totalement savoureuse, parce qu'il n'a jamais été à l'école, et qu'il a appris à lire et parler tout seul... Sophie s'amuse parfois à corriger son élocution, et au fil des pages naît une belle relation entre eux. Il n'empêche que pendant ce temps, les autres affreux se régalent d'hommes de terre chaque nuit qui passe et décidément, non, Sophie ne peut supporter ça sans rien faire. N'y aurait-il pas un moyen de se débarrasser de Croqueur d'Os, de l'Avaleur de chair fraiche, et des autres ?
Écrite pour un public (fort) jeune, cette histoire reste un régal pour les adultes - le langage biscornu du BGG donne constamment envie de sourire, et certains passages sont vraiment irrésistibles, comme la chasse aux rêves et tout ce qui s'ensuit. Il me semble aussi que l'auteur s'en donne à cœur joie (cette expression est trop ridicule, je ne pouvais pas résister) dans la dernière partie, avec le maître d'hôtel de la Reine et les allusions à son flegme permanent (je sais que ce n'est pas du tout intéressant de lire ce genre de références quand on ne connaît pas le roman, mais je m'en fiche, c'est encore mon blog, je le remplis comme je v(p)eux).
Cette première excursion dans le monde de R. Dahl m'a charmée; ça doit être délicieux de lire cette histoire avec un enfant, je visualise bien les différentes expressions qu'il pourrait prendre selon les passages lus... à ce propos, il y en a un qui me paraît particulièrement cruel - quand le BGG se fait battre par les autres géants. Cela doit être important pour les petits qui se font bousculer à l'école, mais je dois dire que tout ça m'a réellement fait mal au cœur. Mais un jour je grandirai, promis. En attendant ce moment béni (ne soyez pas trop pressé non plus, je suis assez lente), permettez-moi d'expliquer le sous-titre de ce fantabuleux billet avec une citation :

"- Une nuit, dit le BGG, j'étais en train de souffler un rêve par une fenêtre et tout d'un coup j'aperçois ce livre posé sur la table de chevet, à côté du lit d'un petit garçon. J'en avais vraiment très envie, crois-moi, mais je n'ai pas voulu le voler. Je ne ferai jamais une chose pareille.
- Et comment avez-vous fait pour l'avoir ? interrogea Sophie.
- Je l'ai emprunté, répondit le BGG avec un sourire, je l'ai momentanément emprunté.
[...]
Sophie prit le livre dans la main du géant.
- Nicolas Nickleby, lut-elle à haute voix.
- par Darles Chickens, précisa le BGG."

Ainsi donc, quand on est un géant et qu'on veut apprendre à lire et à écrire, on le fait avec Dickens. Je ne sais pas si ça va donner envie aux enfants de découvrir ce curieux auteur, mais ça a ré-enclenché en moi l'envie de lire Dickens...

Et comme le dirait ce cher Bon Gros Géant, cette aventure dahlienne est délexquisavouricieuse, et il serait dommage de se priver d'un tel plaisir !

Malice et Nicolas sont de mon avis.

Posté par erzebeth à 09:15 - lecture - Commentaires [17] - Permalien [#]

Commentaires

    Dahl est vraiment un pilier de la littérature jeunesse ! Pour les grands il a écrit Mon oncle Oswald que j'avais bcp aimé !

    Posté par freude, mercredi 8 avril 2009 à 10:44
  • Je suis ravie que tu ais aimé En fait c'était l'instituteur de CM1 qui nous l'avait fait lire, et une fois par semaine on faisait séance lecture/écoute avec la version sur K7 audio. Je crois que cela reste un de mes meilleurs souvenirs d'école !
    Roald Dahl ( beh oui c'est imprononçable, mais il était d'origine Norvégienne, ceci explique cela) fait aussi référence à Dickens dans "Matilda"

    Posté par Co, mercredi 8 avril 2009 à 10:54
  • Je classe Dahl comme auteur pour les grands enfants plutôt. Certains de ses contes sont vraiment cruels, et à lire "ça doit être délicieux de lire cette histoire avec un enfant, je visualise bien les différentes expressions qu'il pourrait prendre selon les passages lus... ", je pense que nous ne sommes pas en désaccord total ;o)

    Posté par Lilly, mercredi 8 avril 2009 à 11:58
  • Je ne l'ai jamais lu, ce conte... mais s'il y a référence à Dickens, je sens que je vais noter!!! Ca doit être drôle quelqu'un qui parle un peu comme dans un roman de Dickens!

    Posté par Karine :), mercredi 8 avril 2009 à 12:44
  • J'ai lu ce livre qd j'étais tte petite, et j'en gardes un souvenir impérissable, comme pr la plupart des roald dhal ! C'est curieux que d'y repenser, prtt ça remonte pas si loin que ça tt de même !

    Posté par oranee, mercredi 8 avril 2009 à 13:22
  • * Freude, merci pour cette recommandation, j'ignorais que "Mon oncle Oswald" touchait un public plus adulte (je comprends maintenant que j'ai vu l'histoire...), et je tenterai bien ce versant de Dahl, chic !

    * Co, j'adore ton souvenir d'école, je comprends que ça t'ait autant marquée !!
    Et en plus tu me conseilles implicitement de lire "Matilda". Ah, ces jeunes...

    * Lilly, je te vois venir, avec ton amour immodéré pour les enfants, je t'imagine bien leur lire les passages les plus cruels pour voir leur mine s'allonger et pâlir...
    Et je me suis peut-être trompée en parlant d'un public fort jeune, mais moi, tu sais, je ne suis pas douée en enfants

    * Karine, je préfère te prévenir, personne ne parle comme Dickens... le géant est amoureux d'un des livres de Charles, mais c'est presque tout. Ceci dit, ce conte vaut le détour, il est charmant !!

    * Oranee, j'a-do-re les lectures qu'on fait enfant et qui nous marquent dans le temps... je n'ai jamais lu Dahl petite, mais j'imagine que ça doit un peu émerveiller, oui !

    Posté par erzébeth, mercredi 8 avril 2009 à 19:54
  • Rô-alde Dahl.

    Posté par francofou, mercredi 8 avril 2009 à 20:08
  • Tu me donnes envie de relire du Roald Dahl. Je me rends compte que j'ai beaucoup oublié ce roman. Et puis au moins maintenant je comprendrais les allusions à Dickens !

    Posté par Tiphanya, mercredi 8 avril 2009 à 20:48
  • Un auteur que j'aime d'amour. Il en a de la chance. (oui, je sais, je raconte N'Importe Quoi mais c'est la fatigue)

    Posté par fashion, mercredi 8 avril 2009 à 22:15
  • Cher Francofou, merci pour ce cours de prononciation ! Mais le Dahl, alors...? c'est un "a", un "ô" ? un "â" ? Voyez comme c'est délicat.
    Le plus simple est sans doute de ne jamais parler de lui en public.

    Tiphanya, et ça se relit tellement vite ! Du Dahl avec un zeste de Dickens, ça ne se refuse pas...

    Posté par erzébeth, mercredi 8 avril 2009 à 22:18
  • Fashion, la fatigue te rend égocentrique ? ))
    (et c'est un blog de N'Importe Quoi, de toute façon, mais un lieu où les visiteurs n'atteindront jamais le niveau de N'Importe Quoi du propriétaire. Que les choses soient claires )
    Et je comprends que tu l'aimes d'amour, cet homme-là !

    Posté par erzébeth, mercredi 8 avril 2009 à 22:20
  • Merci pour ce beau billet ! Ah ! mais je le savais que le BGG est un livre doudou
    Et bien moi aussi je suis sur la même ligne que Fashion Un auteur que j'aime d'amour. Mais en ce qui me concerne c'est normal il est né le même jour que moi le 13 septembre (mais bien sûr pas la même année non comme même pas).Voilà par contre je ne connais pas trop ces écrits pour adulte (j'ai lu seulement deux nouvelles de lui en folio 2€ donc c'est mince)

    Posté par Alice, jeudi 9 avril 2009 à 10:40
  • Alice, merci à toi de m'avoir conseillé l'auteur et ce livre en particulier, c'était délicieux
    Je crois qu'en tant que presque jumeaux, tu vas devoir t'intéresser à son œuvre d'adulte ! Il va se vexer si tu le négliges en partie

    Posté par erzébeth, jeudi 9 avril 2009 à 20:32
  • Finalement, si je comprends bien, c'est un genre de remake pour la jeunesse de King Kong ou de La belle et la bête, non ? Sinon, ne le dis pas à l'illustrateur, mais je trouve la couverture hideuse (mais il faut dire que je n'aime pas les couvertures qui font obstacle à l'imagination du lecteur) !

    Posté par levraoueg, jeudi 9 avril 2009 à 22:06
  • Levraoueg, je ne peux que m'insurger, parce que tes références sont ambiguës ou parlent clairement d'attirance amoureuse, et là, ce n'est pas-du-tout le cas ! Juste de l'amitié. C'est pour les enfants, oh, quand même
    Ce que tu dis sur la couverture est amusant, rien ne t'empêche ensuite de te créer tes propres images, non ?

    Posté par erzébeth, vendredi 10 avril 2009 à 17:15
  • J'ai vu "Charlie et le Chocolaterie" mais je ne l'ai pas lu et "Le bon gros géant" non plus. Mais j'avais prévu de les acheter alors je ne vais pas tarder !!!!

    Posté par Hambre, lundi 13 avril 2009 à 13:00
  • Hambre, tu verras, "Charlie et la chocolaterie" (version Burton) est somme toute assez fidèle au roman, même si c'est évidemment repris à la sauce Burton... mais c'est très sympa, et même drôle par moments ! Ce sont des achats rafraîchissants

    Posté par erzébeth, lundi 13 avril 2009 à 18:43

Poster un commentaire