N.u.l.l.e.

Nouvel Univers Lunatique et Lacunaire d'Erzébeth

mardi 2 juin 2009

So long, Marianne

Parce que je fais partie de ces chanceux qui ont eu droit à un long week-end, et parce que je ne pouvais décemment pas en profiter pour aller paresser au soleil (rappelez-vous, je n'aime pas le soleil. J'aurais dû m'appeler Morticia Addams, la vie est mal faite) (ceci dit, je suis sûre que l'Erzébeth d'origine était plutôt lugubre aussi, alors l'honneur est sauf), je disais donc, au lieu de faire comme tout le monde, j'en ai profité pour aller dans un des rares endroits encore un peu frais : le cinéma !
Et comme il fallait fêter ce long week-end, je me suis offert deux séances - et comme les deux ont été réussies...

Ceci dit, les deux films sont diablement différents, j'en suis presque gênée de les présenter dans le même billet, tant pis.

good_morning_englandGood morning England (de Richard Curtis), pour commencer, est loin d'être un film parfait (en plus, j'étais mal assise, ce qui compte énormément pour l'appréciation générale) mais ça a fonctionné sur moi dès les premières minutes. Je ne vais pas vous détailler toute l'intrigue (on suit une radio pirate qui émet du bon rock depuis la mer du Nord) parce que ceux qui avaient envie de voir ce film l'ont déjà fait (je suis un chouïa en retard) et puis au final, tout cela me semble surtout un bon prétexte pour : écouter du rock (la bande-son est omniprésente, il ne pouvait pas en être autrement), s'amuser avec cette bande de DJ tous plus cinglés les uns que les autres (et éventuellement rire de leurs blagues, qui ne sont pas toujours d'une grande finesse mais le contraire aurait été très curieux), se régaler avec des acteurs qui livrent ici de très bonnes prestations (j'ai un faible énorme pour Philip Seymour Hoffman, qui m'a plu au-delà de l'imaginable dans ce film, et pour Bill Nighy qui est parfait, tout le monde ne peut qu'être de mon avis; mais les autres sont réussis aussi, Rhys Ifans est méconnaissable (si, je l'ai trouvé sexy; alors qu'il jouait quand même le coloc' abominable d'Hugh Grant dans Notting Hill ! je ne m'en remets pas), Tom Sturridge a l'air d'avoir 17 ans mais il est mignon comme tout, les autres DJ sont tout autant déjantés les uns que les autres, bref, c'est un feu d'artifice quasi-permanent). Je pourrais lister quelques défauts (certaines facilités scénaristiques peut-être, des passages qui auraient pu être allégés) mais qu'importe, l'essentiel était de faire une comédie entraînante (je crois), et c'est réussi de ce point de vue-là. Ce qui est extraordinaire, c'est que ça m'a donné une furieuse envie d'écouter de la musique - ça ne m'arrive jamais - et que je ne vais pas tarder à m'acheter la BO, histoire de prolonger ma rencontre avec Radio Rock...
Les avis d'
Isil (son passage sur le préservatif me fait hurler de rire), de Choupynette, de Ys de Cryssilda et de Yohan of course !   


_t__italien Le deuxième film est radicalement différent, puisqu'il s'agit d'Un été italien, de Michael Winterbottom. Permettez-moi de vous dire que si vous êtes dans une phase particulièrement optimiste, que vous riez sans interruption et que vous ne savez plus ce que ça fait de pleurer, je vous conseille de regarder ce film-ci : pouvoir lacrymal garanti. Et ce dès la première séquence.
Imaginez une mère avec ses deux filles (la plus jeune doit avoir 8-9 ans, l'aînée 16-17 ans), qui s'amuse pendant un trajet en voiture. On voit ces trois personnes rire; il y a comme un air un de bonheur, de bonheur simple, entre elles. Puis on sent une tension monter parce qu'on sait, nous, spectateurs, que l'instant est éphémère. On sait qu'un accident va avoir lieu, et que la mère va mourir.
La suite, c'est l'histoire d'un deuil; l'histoire d'une culpabilité. L'histoire d'une petite fille qui hurle en se réveillant la nuit, parce qu'elle veut qu'on lui rende sa mère. L'histoire d'un père qui décide de quitter Chicago et de partir un an, avec ses enfants, vivre en Italie, comme si fuir, quitter leurs repères, était la recette idéale pour continuer à vivre.
On a donc un père (Colin Firth, dont l'interprétation est à la fois très juste, sobre, et émouvante) qui tente de faire au mieux avec ses deux filles, dont l'aînée est en pleine crise adolescente et qui cherche à exister dans le regard des jeunes de son âge et dont la cadette, une enfant adorable, passe du temps à faire des dessins teintés de gris et de noir, et reçoit la visite (imaginaire, vous l'auriez compris) de sa mère, qui vient lui dire qu'il faut continuer à vivre...
Les deux filles sont incroyablement bien interprétées, et la plus petite des deux est réellement bouleversante; même des scènes a priori anodines deviennent émouvantes grâce à son jeu extrêmement naturel et sincère. Ce film a des allures de documentaire dans sa mise en scène, et cela renforce évidemment son côté réaliste et l'émotion qui plane au-dessus des acteurs tout au long du film. Il y en a qui ont trouvé l'ensemble assez cliché, personnellement j'ai plongé littéralement dans l'ambiance et j'ai eu plus d'une fois les larmes aux yeux (j'ai dû me retenir, je ne conçois pas de pleurer au cinéma). Il m'a semblé que Gênes renforçait l'aspect étouffant de l'histoire, à cause de ses ruelles, de ses plages bondées, de ses routes vertigineuses et de sa chaleur palpable... de ses ombres, aussi, parce que l'esthétique du film joue beaucoup sur les ombres, sur ces personnages qui ont décidément du mal à revenir vers la lumière, tout en cachant le plus dignement possible leurs chagrins respectifs. Un été italien est émouvant dans sa retenue, on est inquiet pour la petite famille estropiée mais on sent aussi tellement d'amour qu'on espère qu'une reconstruction sera possible. Vraiment un "joli" film.

(Vous aurez reconnu le titre du billet; comme on entend cette chanson dans Good morning England, et que la mère, dans Un été italien, s'appelle Marianne, il m'a semblé que mon choix de titre était merveilleusement judicieux)

Posté par erzebeth à 09:15 - pellicule - Commentaires [14] - Permalien [#]

Commentaires

    Tu sais ce que je pense du premier, et le deuxième n'est résolument pas pour moi. Et comment fais-tu pour aller voir deux films aussi différents dans la même journée !? Moi aussi je suis allée au ciné hier, mais pas parce que je n'aime pas le soleil (plus il fait chaud, mieux je me porte), mais parce que ce cher petit ciné va fermer pour travaux pendant trois mois, ouin, c'était le plus près pour les v.o. (80 km. aller retour quand même...). Bref, j'ai vu le dernier Almodovar et j'ai été un peu déçue : très en dessous de "Volver" ou "La mauvaise éducation", heureusement que Penelope Cruz illumine le film...

    Posté par Ys, mardi 2 juin 2009 à 10:17
  • Je vais voir le premier demain, je sens que ça va être un agréable moment de détente !
    PS : la police que tu as choisie pour ton blog-it et qui est très jolie est par contre très difficilement lisible.... Faudrait augmenter la taille ou en changer...

    Posté par bladelor, mardi 2 juin 2009 à 10:49
  • Pour Good Morning England, je te conseille en effet la bande originale, qui te replongera dans l'ambiance musicale de ce film déjanté !

    Posté par Yohan, mardi 2 juin 2009 à 11:29
  • Je veux voir les deux! Le premier pour l'ambiance et le deuxième pour Colin, bien entendu! Je verrais n'importe quoi, pour Colin!!

    Posté par Karine:), mardi 2 juin 2009 à 12:54
  • J'ai vu le premier et j'ai l'impression d'avoir dit partout ce que j'en avais pensé, je ne vais pas recommencer. )
    Sinon, quand je pense que j'ai raté le deuxième parce que j'avais trop de travail, que tu le savais et que tu me nargues quand même avec ce joli billet, ça me plonge dans un état profondément bouleversifié, limite dépressif. Ce sera pour la sortie DVD, na.

    Posté par fashion, mardi 2 juin 2009 à 14:17
  • J'ai aimé aussi Good morning England malgré ses défauts et cette histoire de préservatif (ben oui, il est assez craquant ce petit jeune et il est majeur alors tout va bien )

    Posté par Isil, mardi 2 juin 2009 à 14:33
  • Isil a raison, il est craquant ce petit jeune. Presque autant que Zac.

    Mouhahahahaha.
    ))

    Posté par fashion, mardi 2 juin 2009 à 18:45
  • * Ys, qui a dit que j'avais vu ces deux films le même jour ?
    C'est fort dommage pour ton petit cinéma, et d'un autre côté, positivons : il choisit bien sa période, l'été est moins riche en (bonnes) sorties ciné...
    Après, n'aimant ni Almodovar (sauf "Tout sur ma mère"), ni Penelope Cruz, tu penses bien que je vais m'abstenir de voir "Etreintes brisées"... mais c'est dommage que tu aies été déçue !

    * Bladelor, il faudra revenir me dire ce que tu en as pensé ! Bon film, en tout cas
    J'ai changé la taille de la police, est-ce mieux ? merci de me l'avoir signalé !

    * Yohan, je te donne le droit de rouspéter quand j'oublie de te mettre en lien. Je suis aussi organisée qu'une truite. Pour la BO, je me dis en plus que c'est une excellente introduction musicale quand on est profane en la matière... puis je mérite bien un petit cadeau de temps en temps !!

    * Karine, tu serais déçue, on le voit peu, Colin... mais il reste excellent.

    * Fashion, oui, j'ai lu ton avis di-thy-ram-bi-que sur "Good morning england"
    Le second t'aurait déprimée encore plus que ton travail, je t'assure... mais allez, oui, en DVD ! Puis il y aura Dorian Gray pour te faire patienter

    * Isil, je suis désolée mais je suis d'accord avec le second commentaire de Fashion : on dirait qu'il a 17 ans, Carl, physiquement et mentalement ! (dire que dans la vraie vie, on a le même âge... je parais 20 ans de plus. Bon.)
    J'aurais plutôt choisi Gavin ou The Count, mais je sens que je ne dois pas avouer ce genre de choses publiquement, donc je me tais. Hum.

    * Fashion, j'ai lu je-ne-sais-où que Zac avait remporté un MTV awards pour, euh, "High school musical" (c'est le bon titre ?), j'ai pensé à toi en l'apprenant
    (et tous les autres prix ont été raflés par Twilight, je me demande vraiment quel âge ont les votants ) )

    Posté par erzébeth, mardi 2 juin 2009 à 19:49
  • J'ai adoré GME, l'autre film, je ne l'ai pas vu, car tu sais que Colin n'est pas mon grand amour... )

    Posté par Choupynette, mardi 2 juin 2009 à 19:49
  • J'ai raté "l'été italien" il ne passe plus chez moi, tant pis, je guetterai le DVD (je viens de commander la relieuse du gué, ma PAL ne te dit pas merci).

    Posté par Aifelle, mardi 2 juin 2009 à 20:09
  • Je n'ai vu que Good Morning england, qui est une pépite, un moment très agréable !!

    Posté par Océane, mardi 2 juin 2009 à 21:00
  • Je découvre "Un été italien" dans ton billet, au point que je me demande s'il est sorti par chez moi... Sinon, le 1er m'avait bien plu ! Et ce week-end, j'ai fait comme toi. Je suis entrée dans un ciné, juste pour échapper au soleil, prête à voir n'importe quoi et c'est d'ailleurs exactement ce que j'ai fait. Le seul film pas encore vu qui passait à cette heure là s'appelait "Jusqu'en enfer". C'était pas terrible, et comme j'avais un peu mal à la tête, les hurlements de la demoiselle possédée par le démon ont failli me faire fuir au milieu du film. Mais j'ai repensé au soleil brûlant, et j'ai choisi les hurlements. Bien m'en a pris, car la fin, quoiqu'attendue, n'était pas trop mal.Et je précise qu'il doit faire quand même 10 degrés de moins par chez moi !

    Posté par levraoueg, mardi 2 juin 2009 à 22:32
  • * Choupynette, je ne suis pas amoureuse non plus, mais je reconnais que ses talents d'acteur savent me captiver !

    * Aifelle, un tel commentaire me fait une pression terrible, et si tu n'aimais pas le livre ? Bon. Je croise les doigts pour que ça te plaise autant qu'à moi...

    * Océane, on est bien d'accord ! Cela met en forme, ce genre de film.

    * Levraoueg, je crois qu' "Un été italien" a eu une petite distribution... Je n'irai pas voir "Jusqu'en enfer", pas du tout mon style de film, mais ça m'amuse que tu te sois dévouée pour aller le voir, ce qu'on ne ferait pas pour fuir le soleil !!

    Posté par erzébeth, mercredi 3 juin 2009 à 18:29
  • Bon finalement je ne vais pas le voir ce soir, j'ai eu le bon goût de tomber malade à la veille de mon départ pour Paris, intelligent, mmmm ?
    Peut-être irai-je le voir là-bas...
    Encore un chouia plus grand pour la police, ça se lit mais en faisant un effort...

    Posté par bladelor, mercredi 3 juin 2009 à 20:51

Poster un commentaire