N.u.l.l.e.

Nouvel Univers Lunatique et Lacunaire d'Erzébeth

samedi 6 juin 2009

« La résolution désespérée d'être père »

J'ai déjà dû vous le raconter une douzaine de fois, mais j'étais une lectrice dévouée à Maupassant dans ma jeunesse (le goût des histoires tordues m'est venu très tôt). Pourquoi l'avoir délaissé en grandissant ? Ce n'était pas aimable de ma part; quoi de mieux, pour me faire pardonner, que de retourner vers lui en lisant une de ses courtes (mais fantastiques !) nouvelles ?

L'héritage
de Guy de Maupassant
(nouvelle publiée pour la première fois en 1884)
André Versaille éditeur, 2009

http://image.evene.fr/img/livres/g/9782874950360.jpg

Tout démarre dans un ministère; les fonctionnaires qui y travaillent plaisantent entre eux, aspirent à gagner plus d'argent (ils savent que quelques-uns parmi eux vont avoir droit à un avancement), rêvent de voir leur quotidien légèrement amélioré. Dans le petit groupe, nous croisons Cachelin, un veuf qui vit avec sa fille unique et sa vieille sœur. Cette dernière est d'une richesse inouïe mais elle ne cèderait pas une pièce même au plus malheureux; elle préfère économiser à outrance, et offrir tout son héritage à Coralie (la fille de Cachelin).
Coralie épouse un des collègues de son père, le jeune et arriviste Lesable - et, la tante décède... laissant plus d'un million de francs.
Ah, on pourrait croire que la belle vie va commencer dès le lendemain de sa mise en terre... hélas ! Coralie n'obtiendra l'argent que si elle devient mère d'ici trois ans. Rien d'impossible, n'est-ce pas ? Sauf que le jeune couple n'arrive pas à enfanter... Les mois, les années passent... Peut-on laisser filer un million de francs ?

Cette nouvelle de 110 petites pages est un régal perpétuel; et quel plaisir de retrouver la plume de Maupassant - qui peut paraître si simple, si légère, alors qu'elle égratigne absolument tout le monde sur son passage. Maupassant dresse un portrait assez caustique de la vie des petits fonctionnaires, dont la vision est étriquée par leur travail répétitif et peu épanouissant; ils en viennent à rire des lacunes des autres, parce qu'il n'y a plus que cela à faire pour combler les journées. Bien qu'on ne sache pas directement où nous mènent les premières pages de cette nouvelle, elles rapportent des conversations délectables et des faits qui ne le sont pas moins sur un univers professionnel qu'on préfère connaître via la fiction que par la réalité.
Ceci n'est qu'une gentille mise en bouche, car la suite sera bien pire. Une fois que les deux jeunes sont mariés et qu'on remarque vite que leurs ébats sont stériles, les deux Cachelin (le père et la fille, donc) crachent du venin dans chacun de leurs mots - car évidemment, s'il n'y a pas d'enfant, c'est la faute du mari. Coralie, elle, ne peut être qu'en dehors du terrible problème. La méchanceté de ces gens avides d'argent dépasse l'entendement; et je vous laisse imaginer la pression qui repose ensuite sur les braves épaules de Lesable...
Les personnages sont en permanence sous tension, tout cela parce qu'on ne peut pas perdre une somme qui bouleverserait (positivement) la vie des heureux gagnants. L'amour est totalement absent de cette nouvelle; seul l'appât du gain compte. L'ensemble donne presque le tournis, tant Maupassant fait preuve (une nouvelle fois) d'une efficacité redoutable. Non seulement on boit du petit-lait tout au long de la lecture grâce au style maîtrisé, aux propos qui vont à l'essentiel, mais en plus ce style est au service d'une histoire captivante. Certains rétorqueront que l'on peut rapidement deviner où l'auteur nous emmène, mais le suspense ne me semble pas indispensable pour apprécier l'ensemble du texte.
Tenez, pour le plaisir, une petite pique :

« Elle n'avait plus pour lui le charme sensuel des premiers temps, et bien qu'il eût toujours un désir éveillé, car elle était fraîche et jolie, il éprouvait par moments cette désillusion si proche de l'écœurement que donne bientôt la vie en commun de deux êtres. »

Que ceux qui ont encore envie de se marier se dénoncent.

Cette petite édition (car oui, le format est minuscule, quel bonheur : cela rentre dans n'importe quel sac à main) est accompagnée d'une préface de Pierre Assouline (qui ne dit que du bien, soit) et aussi (surtout) d'une postface de Bernadette Dubois qui présente (très globalement) la vie de Maupassant, mais c'est un petit plus qui m'a séduite et qui me donne envie de retrouver Guy pour de plus longues lectures encore...

Et parce que j'aime vous gâter, voici la présentation de l'éditeur.

Posté par erzebeth à 09:15 - lecture - Commentaires [19] - Permalien [#]

Commentaires

    Je l'ai acheté il y a deux jours car j'aime Maupassant et trouve cette petite collection très jolie.

    Posté par Stephie, samedi 6 juin 2009 à 12:01
  • Comme toi, dans mon adolescence, j'étais une lectrice plus qu'assidue de Maupassant et tu me donnes l'envie de m'y replonger avec cette nouvelle.

    Posté par Restling, samedi 6 juin 2009 à 14:25
  • C'est vrai que c'est un régal. On devine pourtant très vite ce qui va se passer et en même temps il y a un certain suspens, une tension comme tu dis. En revanche la fin, comme le début, m'a semblé un peu décevante. Comme elle traîne en longueur, on attend un nouvel événement, en vain. Et on se rend compte alors que l'histoire n'était qu'un prétexte à une galerie de portraits.

    Posté par levraoueg, samedi 6 juin 2009 à 17:44
  • Je suis passée au travers du syndrome Maupassant, moi, aussi bien à l'adolescence qu'à l'âge adulte J'ai encore essayé récemment mais rien à faire, je m'y ennuie assez vite.

    Posté par Cuné, samedi 6 juin 2009 à 17:45
  • C'est une édition très belle et très pratique à transporter partout, même dans une poche de veste ! Maupassant est toujours un instant de bonheur à lire, rien que pour sa manière de décrire l'aspect sombre des personnes ! Cette édition a sorti un ouvrage de Rilke sur Rodin et un extrait du "Voyage en Orient" de Gérard de Nerval ...

    Posté par Nanne, samedi 6 juin 2009 à 20:13
  • J'ai beaucoup lu Maupassant quand j'étais jeune et j'ai envie de m'y remettre. La nouvelle en question, je l'ai vue à la télé il y a 1 an ou 2, dans la série de dramatiques tournées pour France 2.

    Posté par Aifelle, samedi 6 juin 2009 à 20:54
  • Soit elle tue son charmant mari, soit elle va fricoter ailleurs pour voir si elle peut efficacement se faire engrosser.
    Bon, je ne ferai pas l'apologie du mariage, mais j'ai quand même trouvé un homme qui me supporte depuis vingt ans, et ça, c'est fort (parce que ce n'est même pas pour l'appât du gain, je suis dépensière comme pas une !)

    Posté par Ys, samedi 6 juin 2009 à 21:51
  • Comme toi j'ai dévoré Maupassant dans ma jeunesse et l'ai un peu abandonné depuis... Voilà qui donne envie de s'y replonger !

    Posté par praline, samedi 6 juin 2009 à 22:42
  • Tiens, je ne l'ai pas lue, celle-ci! Un oubli à réparer! )

    Posté par fashion, dimanche 7 juin 2009 à 10:02
  • * Stephie, tu verras, cela se lit très rapidement... et il me tarde de connaitre ton avis ! La collection est fort sympathique, c'est vrai.

    * Restling, ah oui, je te le conseille vivement ! J'y ai retrouvé le Maupassant cynique et quelque peu désenchanté que j'aimais...

    * Levraoueg, je suis d'accord, l'issue est assez limpide, mais comme elle n'est jamais clairement énoncée, ça me plaît encore plus... Alors comme ça, tu t'es quand même un peu ennuyée ? C'est dommage... Est-ce que tu vas en parler sur ton blog ?

    * Cuné, c'est évident que ça reste particulier, tu fais bien de ne plus insister et de consacrer ton temps de lecture au grand Charles !

    * Nanne, tu as raison, le regard de Maupassant ne pardonne pas grand-chose, mais c'est délicieux ! La collection démarre visiblement, mais c'est vrai qu'elle propose des titres très alléchants... et qui s'adaptent à tous les sacs à main, même les plus petits, que demander de plus ?

    * Aifelle, il va falloir sauter le pas, alors ! Maupassant le mérite bien
    L'adaptation était bonne ?

    * Ys, et pourquoi elle ne ferait pas les deux, tuer son mari ET fricoter ailleurs ? (et tant qu'on y est, on ajoute : elle se rend compte qu'elle est vraiment stérile, et elle se suicide. Bam. Joyeuse lecture, non ? On devrait se lancer dans l'écriture, je crois !!)
    Sinon, on dirait que tu as trouvé l'homme qui te correspondait tout à fait...

    * Praline, il est toujours temps de s'y remettre ! Avec ce livre ou un autre... il reste indémodable, le petit Guy !

    Posté par erzébeth, dimanche 7 juin 2009 à 10:18
  • * Fashion, on a tous de monstrueux oublis à réparer, mais ici, au moins, ça se lit très rapidement

    Posté par erzébeth, dimanche 7 juin 2009 à 10:20
  • Un peu plan-plan l'adaptation, avec Eddy Mitchell et Chloé Lambert.

    Posté par Aifelle, dimanche 7 juin 2009 à 18:49
  • * Aifelle, je ne connais pas Chloé Lambert, mais Eddy Mitchell, euhhhh... je n'aurais pas pensé à lui, curieusement
    La nouvelle est mieux, j'en suis certaine !

    Posté par erzébeth, dimanche 7 juin 2009 à 19:52
  • Un auteur que je n'avais pas lu cela fait bien longtemps !!!

    Posté par Hambre, dimanche 7 juin 2009 à 20:08
  • J'ai plein de livres de Maupassant en attente, mais tu donnes furieusement envie de lire celui-ci !

    Posté par Lilly, lundi 8 juin 2009 à 18:21
  • * Hambre, il va falloir remédier à ça, si tu en as encore l'envie...

    * Lilly, pour une fois que c'est moi qui te tente, ahhhh, laisse-moi savourer ça !!

    Posté par erzébeth, lundi 8 juin 2009 à 21:15
  • Tiens tiens. Une bonne occasion de relire du Maupassant à ce que je vois!

    Posté par Choupynette, samedi 13 juin 2009 à 10:38
  • J'ai encore un Sade à lire dans cette collection mais mon billet sur le Kipling est déjà prêt ! Jolie initiative, même si je suis moins fan des couvertures que certains d'entre nous

    Posté par Lou, dimanche 14 juin 2009 à 15:39
  • * Choupynette, d'ailleurs, on devrait saisir la moindre occasion pour le lire !

    * Lou, j'irai lire ton billet avec plaisir. Qu'est-ce qui te déplaît dans la couverture, son côté sombre ?

    Posté par erzébeth, lundi 15 juin 2009 à 20:35

Poster un commentaire