N.u.l.l.e.

Nouvel Univers Lunatique et Lacunaire d'Erzébeth

mercredi 23 septembre 2009

Remember me

Si le billet te plaît, il est pour toi.

deskTop1_1024 How happy is the blameless vestal's lot !
The world forgetting, by the world forgot.
Eternal sunshine of the spotless mind !
Each pray'r accepted, and each wish resign'd;
[
Alexander Pope, Eloïsa to Abelard]

Il y a des films qui ne se présentent pas, qui ne peuvent pas se présenter. Et dans cette catégorie, inévitablement, on retrouve Eternal sunshine of the spotless mind, de Michel Gondry. Cette petite merveille est sortie au cinéma en 2004.
Je me souviens être tombée amoureuse de Kate Winslet, et de son instabilité capillaire. Quelques jours plus tard, encore extasiée, je suis allée chez le coiffeur, demandant des mèches bleues (n'est pas Clémentine qui veut, je n'avais déjà plus le courage de me teindre intégralement les cheveux).
La coiffeuse m'a regardée bizarrement.
"Du bleu, sur vos cheveux, ce n'est pas possible."
La frustration a été immense; mais je ne me suis pas laissée emporter par une vague de désespoir, et ai regardé le choix qu'elle me proposait. Je suis ressortie de là avec des mèches oranges et rouges.
(et j'étais très belle)

...

Pour moi, tout commence avec cette scène terrible, où l'on découvre Jim Carrey totalement effondré derrière son volant :

cap001

Cette scène-là n'intervient pourtant qu'à la 17e minute, mais je me souviens encore de l'émotion qui m'a étreinte face à ce revirement de situation, face à ses larmes masculines d'une beauté désarmante.
Joel (Jim Carrey) a appris que sa dernière compagne, l'exubérante Clémentine (Kate Winslet), l'a effacé de sa mémoire. Au sens propre, voyez-vous, car il existe ce centre (Good morning, Lacuna, scande joyeusement la voix de Kirsten Dunst) où l'on peut effacer (matériellement) de son esprit une histoire d'amour qui nous torture trop. Joel et Clémentine étaient séparés; Clémentine ne voulait plus vivre avec ces souvenirs si douloureux. En une nuit, son cerveau a été nettoyé.
Je ne sais pas comment vous réagiriez si la personne que vous aimez (encore, malgré tout), vous avait effacé de sa mémoire. Je crois qu'il ne vaut mieux pas y réfléchir, d'ailleurs... Joel, lui, décide de subir le même traitement. Seulement, au fur et à mesure de cette entreprise vertigineuse, il regrette, et se rattache le plus possible à ses souvenirs.

Peut-être en ai-je déjà trop dit, donc je me tais. On pourrait croire, suite à cette présentation foireuse, que ce n'est qu'un film romantico-niais pour jeunes femmes parfumées à l'eau de rose. Or, c'est loin d'être le cas. Peut-être que certains d'entre vous ignorent qui est Michel Gondry (le réalisateur), mais je vous assure qu'il n'est pas du genre à faire de la soupe fadasse. Au contraire, c'est un homme légèrement halluciné, qui aime torturer l'image, le scénario, afin de créer (c'est réellement de la création totale, à ce stade) un univers particulier, personnel, étrange et curieusement douillet pour le spectateur qui adhère à cette douce folie.
Ici, la masse capillaire de Kate Winslet passe par toutes les couleurs - vert, bleu, rouge, blond, orange - mais ne vous y trompez pas, ce n'est pas, à ses yeux, une quête d'identité dérisoire : "Je ne suis pas un concept, Joel, juste une fille perdue qui cherche la paix intérieure. Je ne suis pas parfaite."
18381643Ces couleurs vont être un point d'ancrage dans le voyage temporel que propose ce film, car, évidemment, sa structure n'est aucunement linéaire (sinon, ce ne serait pas drôle). Nous projetant dans des souvenirs anciens, ou plus récents, notre (seul ?) fil conducteur devient cette couleur de cheveux, qui varie pour nous permettre de nous situer dans le temps... Histoire qu'on ne soit pas totalement à notre tour une personne perdue (qui chercherait la paix intérieure). Il faut pourtant s'attendre à être désarmé; c'est un pacte à passer avec le réalisateur, et les acteurs.
Faisons-leur confiance, remettons-nous entre leurs mains. Nous finirons bien par arriver quelque part... sur la plage de Montauk, peut-être ? ou sur un lac gelé, en pleine nuit ? ou peut-être même dans un souvenir d'enfance...
Joel devra courir pour ne pas perdre Clémentine. Mais, même ainsi...
Les grandes forces de ce film sont : la réalisation surprenante (désarmante; la plupart des effets spéciaux ont été créés lors du tournage, et non en post-production), le scénario d'une richesse inouïe, le jeu délicat des acteurs. Certains ont été étonnés de trouver un Jim Carrey inhibé, presque mal dans sa peau, un homme terne à la vie banale... ça ne m'a pas particulièrement étonnée; et son interprétation, à la fois sérieuse, retenue et sensible fait de ce film l'un de ses meilleurs rôles. Il est un quadragénaire parmi tant d'autres; un homme qui a un peu de mal à rire, avant de rencontrer Clémentine. Jouée par Kate Winslet, donc... une femme qui a du mal à mûrir, qui s'amuse à créer des bonshommes à partir de patates (terrifiant) et qui a besoin de dévorer chaque seconde qui passe, sans quoi elle aurait l'impression de rater sa vie. Clémentine rit, Clémentine aime les corbeaux et les couleurs (en atteste aussi son horrible manteau orange fluo...), puis Clémentine en a marre.
Pourquoi renoncer à effacer sa mémoire, alors que c'est possible...
Lacuna, le nom ô combien judicieux du cabinet médical, est un lieu étouffant quand on comprend ce que les gens viennent y subir. Accueilli par le sourire de Mary (Kirsten Dunst, si touchante), le patient rencontre ensuite le Dr Mierzwiak (Tom Wilkinson) qui prend en charge la récolte des souvenirs, afin de les situer sur un genre de plan mémoriel du cerveau... et de les supprimer. Un par un. Lacuna déborde de gens malheureux qui ne veulent plus souffrir. Mais l'amnésie est-elle réellement meilleure ? Les proches de l'amnésique reçoivent pour ordre de ne plus jamais mentionner l'ancienne relation amoureuse. De toute façon, ce serait incompréhensible : la personne effacée n'existe plus.

Eternal sunshine of the spotless mind est un film rare; à la fois cruellement triste et bourré d'optimisme. Les quelques ficelles secondaires que le réalisateur tire par moments (concernant essentiellement Mary) renforcent l'émotion d'ensemble. C'est un film qui nécessite au moins deux visionnages, pour les curieux qui souhaitent mieux comprendre l'agencement de l'intrigue...
Ceux qui ne le verront qu'une fois comprendront quand même. Ils verront qu'on se souvient parfois plus profondément qu'on ne le croit. Que l'on peut tout faire pour étouffer un sentiment, mais que ce dernier ne s'estompe pas facilement. Il y a des amours qui sont faits pour triompher; et quand c'est démontré aussi intelligemment, il suffit de fermer les yeux, et d'y croire.

Posté par erzebeth à 09:00 - pellicule - Commentaires [25] - Permalien [#]

Commentaires

    Encore une fois, je suis la prem's ici ! Dingue, ça.
    Juste pour dire que tu réussis l'exploit de me donner envie de voir ce film (comment cela pourra être possible, c'est une autre affaire) alors que vraiment Jim Carrey me donne du mal. Chapeau bas !

    Posté par Fantômette, mercredi 23 septembre 2009 à 09:19
  • J'ai les larmes aux yeux. Tu en parles merveilleusement bien, tu écris merveilleusement bien. J'ai été, et je suis toujours, incapable d'écrire quelque chose sur ce film tellement il est profond et bouleversant. Les premières scènes et les dernières scènes surtout. Et puis le dénouement, logique et tellement évident.
    Merci (tu sais ce que ça représente pour moi, un tel billet sur ce film)
    Merci C'est vraiment pas pour rien que nos chemins se sont croisés.

    Posté par Ofelia, mercredi 23 septembre 2009 à 09:25
  • J'ai, moi aussi, littéralement adoré ce film. Il faut dire que les films dramatiques vont beaucoup mieux à Jim Carrey, je trouve (je ne rafole pas des comédies à la Dumb et Dumber dont je n'ai jamais pu regarder davantage que 20-25mn sous peine de péter un câble...!). La prestation de K. Winslet est aussi excellente (même si je suis tout à fait partiale puisque je suis dingue de cette actrice depuis que j'ai vu "Les noces rebelles"). Bref, à recommander, incontestablement !

    Posté par Reka, mercredi 23 septembre 2009 à 10:18
  • une pensée pour toi, donc.

    Posté par amanda, mercredi 23 septembre 2009 à 10:31
  • Un très beau film que cet Eternal Sunshine. Je ne l'ai qu'une fois à sa sortie, et ton très bon billet me donne envie d'y goûter à nouveau... Car c'est vrai que la réalisation est surprenante, et les deux acteurs merveilleux !

    Posté par Yohan, mercredi 23 septembre 2009 à 11:22
  • Une deuxième pensée pour toi! Et sois heureuse, ton billet vient de me convaincre de voir ce film, alors que Jim Carrey, bof.

    Posté par Mo, mercredi 23 septembre 2009 à 11:57
  • Voilà un film que j'ai beaucoup aimé à sa sortie et dont le DVD est à la maison ! (C'est dingue, finalement, tous les DVD que j'ai à la maison !! )

    Et bien sûr, je pense à toi puisque tu le demandes... Dis, c'est pour quoi je pense que c'est ?

    Posté par Caro[line], mercredi 23 septembre 2009 à 14:19
  • Le film, je ne sais pas, mais ton billet est magnifique. De Michel Gondry j'ai vu "Soyez sympa, rembobinez", très réussi mais définitivement pas dans le même registre.

    Posté par Ys, mercredi 23 septembre 2009 à 15:22
  • Je n'ai pas vu ce film. Il m'attend sagement depuis plusieurs années. Mais il me fait peur. J'ai l'impression qu'il traumatise à coup sûr.

    Posté par praline, mercredi 23 septembre 2009 à 17:33
  • Je suis une immense fan de ce film ... Il m'a mise par terre!

    Posté par Romanza, mercredi 23 septembre 2009 à 18:40
  • Oh yes ! Oh yes ! Oh yes !

    Voilà.
    C'est tout.

    Posté par Caro[line], mercredi 23 septembre 2009 à 20:13
  • * Fantômette, pauvre Jim, il est si bon ! Ici, je t'assure, il est méconnaissable.
    Pour voir le film, je te propose : le vol. L'achat. Le vol. Bonne chance.

    * Ofelia, tu es la plus mignonne des Ofelia du monde. Et si tu savais, j'ai torché ça hier soir, alors que je brûlais de fatigue et de joie de vivre (as usual), je ne trouvais pas ça terrible. Mais je n'ai pas effleuré la profondeur de ce film, de toute façon, ça se voit et ça se vit, point barre.

    * Reka, avoir attendu "Les noces rebelles" pour tomber en amour devant Kate, j'admire l'effort ! (j'en suis admiratrice depuis des années). Et la grosse ado qui sommeille au fond de moi avait bien aimé "Dumb et Dumber". A l'époque. Je n'oserais pas ré-essayer aujourd'hui. Mais on est d'accord, ici, Jim est parfait !

    * Amanda, merci !! Ta pensée est tombée PILE au moment où j'en avais besoin. C'est fou. Merci, vraiment.

    * Yohan, je ne sais pas comment tu as fait pour ne pas revoir ce film depuis sa sortie en salles ! Succombe, succombe

    * Mo, mille merci !!!! A midi, je commençais légèrement à me remettre (même si j'étais encore toute chamboulée. Et le suis encore. Hein oui que c'est mystérieux ?)
    Jim Carrey est excellent dans ce film. Je le répète juste au cas où...

    * Caro[line], si je manque de films, c'est bien, je saurai où en trouver ! )

    * Ys, je n'ai pas vu "Soyez sympa...", parce que je ne connaissais pas les références cinématographiques mentionnées dedans, alors, bon. Bof. Je crois que cette histoire d'amour étrange (c'est l'histoire qui est étrange, pas l'amour) pourrait te plaire. Merci pour le compliment

    * Praline, traumatiser ? Oh, non ! Il marque, c'est sûr, il fait mal au coeur, aussi, littéralement. Et quelque part, on frissonne aussi de bonheur. Je t'assure !

    * Romanza, alors on a eu la même vision de ce film ! Une grande oeuvre, surprenante et intelligente.

    * Caro[line], je dirai même plus : OH YES !!!!!!

    Posté par erzébeth, mercredi 23 septembre 2009 à 21:26
  • C'est intenablement mystérieux!!!!

    Posté par Mo, mercredi 23 septembre 2009 à 22:12
  • Moi aussi j'adore ! Et j'aime bien La science des rêves aussi, les deux seuls Gondry que j'ai vus. Et ton histoire de cheveux m'a bien amusée ! Et sinon, ça va mieux ?

    Posté par levraoueg, mercredi 23 septembre 2009 à 22:12
  • Aussi hallucinant que cela puisse paraître, je n'ai pas vu ce film, qui a tout pour me plaire (mais j'ai une bonne excuse, évidemment). Tu as le DVD ?

    Posté par fashion, mercredi 23 septembre 2009 à 22:49
  • (OMG, je n'ai pas aimé ce film non plus. Après Cyrano, je ne suis décidément pas en phase !)

    Posté par Cuné, jeudi 24 septembre 2009 à 07:05
  • C'est terrible, je n'en avais jamais entendu parler... du coup, après ton magnifique billet, je n'ai qu'une envie: le voir maintenant!!

    Posté par Karine:), jeudi 24 septembre 2009 à 12:58
  • * Mo, je t'enverrai un mail pour t'expliquer, va !
    (il faut juste que je n'oublie pas. Ma tête ressemble à une passoire)

    * Levraoueg, "La science des rêves" m'avait considérablement déçue (du tout, je ne suis pas allée plus loin dans ma découverte du réalisateur).
    Quant à ta dernière question, j'allais mal ?
    (je te réponds ce week-end, mille excuses, je me laisse déborder par un rien)

    * Fashion, mais OUI, ça va te plaire ! J'ai le DVD, oui. Tu veux que je te l'envoie avec "Cyrano" ? Tu veux attendre que je monte ? Tu préfères le DVD de Caro[line] qui l'a aussi ? Dis-moi. Je ferai ce que ton coeur te dit

    * Cuné, il y a comme une malédiction cinématographique entre nous !
    Mais ce film est très bizarre, faut dire...

    * Karine, les Québécois ont osé traduire le titre par "Du soleil plein la tête" (je saigne des doigts en écrivant ça), mais cette HORRIBLE traduction ne doit SURTOUT PAS te freiner dans le visionnage de ce film, qui est MERVEILLEUX.
    (je me demande si je suis assez claire...?)

    Posté par erzébeth, jeudi 24 septembre 2009 à 20:28
  • Je vais demander à Caro alors, mais comme je retiens en otage 2 Hugh qu'elle m'a prêtés, je ne sais pas si elle voudra bien me sauver de mon inkulture... )
    (Ne m'envoie pas Cyrano, je n'en aurai pas besoin avant que tu montes.)

    Posté par fashion, jeudi 24 septembre 2009 à 22:40
  • @ Fashion : Tu me donnes quoi en échange ?

    Posté par Caro[line], vendredi 25 septembre 2009 à 13:10
  • * Fashion, vraiment, c'est comme tu veux ! (pour "Eternal", et pour "Cyrano") Je peux faire un envoi groupé, sinon, ça ne me dérange aucunement

    * Caro[line], j'adore ta réponse, c'est bien, ne te laisse pas faire ! )

    Posté par erzébeth, vendredi 25 septembre 2009 à 20:56
  • J'ai hésité à lire ton billet car ce film est une oeuvre importante pour moi. Bravo pour avoir su trouver les mots justes. C'est un film audacieux comme je les aime (sans oublier que je suis une grande fan de Jim Carrey).

    Posté par Theoma, dimanche 27 septembre 2009 à 01:18
  • * Theoma, je comprends tes réticences, alors je te remercie d'autant plus d'avoir quand même lu mon billet... Je sais qu'on peut en parler mieux que moi, mais je crois que ça a attisé la curiosité de certaines, et c'est tout ce que je voulais... Moi aussi, j'adore Jim Carrey !

    Posté par erzébeth, dimanche 27 septembre 2009 à 13:18
  • Un des films les plus marquants que j'ai vu. Des années après, je m'en souviens encore parfaitement. Sans doute parce que c'est un film à la fois universel et intemporel. Il touche l'âme humaine, l'Essentiel...
    Indescriptible aussi. Intraduisible (quelle horreur la traduction du titre!).

    Posté par Mariel, lundi 28 septembre 2009 à 21:08
  • * Mariel, je suis d'accord, la traduction est une boucherie. Quant au reste, évidemment, nous avons le même avis aussi. C'est un film fort, qui peut nous donner à réfléchir sur nos propres amours perdues. C'est toujours mieux de s'en souvenir que de tout détruire en voulant oublier...

    Posté par erzébeth, mardi 29 septembre 2009 à 20:18

Poster un commentaire