N.u.l.l.e.

Nouvel Univers Lunatique et Lacunaire d'Erzébeth

samedi 10 octobre 2009

Depuis, j'ai aussi acheté des chaussures

monroe12 Si je tenais un blog digne de ce nom, je devrais vous gratifier d'un billet de lecture, mais ne cherchez pas, la machine est toujours rouillée.
Je suis sûre que c'est à cause des tags qu'on m'a infligés en pagaille ces derniers temps; c'est mauvais pour la santé, je l'ai toujours dit. Ou du moins pensé.
Je ne baisse pas les bras pour autant. J'ai juste environ 34 problèmes urgents à régler pour essayer d'alléger mon esprit (et mon inconscient, parce que les rêves tordus, merci bien), et une fois que je serai un peu plus détendue et disponible, j'espère que ce blog va de nouveau ressembler à quelque chose.
(non, je plaisante)
(il n'a jamais ressemblé à rien, le pauvre)
(mais je l'aime comme ça)

A part ça, si vous voulez savoir, ma copine Sophie est partie vivre au Canada, et autant lundi soir j'avais trop bu pour être réellement triste (au restaurant, on a quand même réussi à partir dans un fou rire avec une simple phrase comme : "Alors ça, c'est une tomate séchée ou je ne m'y connais pas". Surtout que c'était du poivron rouge), autant mardi soir, j'étais à jeun, et assez triste. C'était peut-être mercredi, remarquez. Mais qu'importe.
Je fumais ma seconde cigarette de l'année (je fais ça quand je suis très triste et quand je sais où j'ai caché mon paquet, les deux éléments se rencontrant finalement assez peu, tant mieux pour mes poumons), accoudée à la fenêtre, en regardant mon quartier. La nuit était en train de tomber, et en scrutant un immeuble un peu plus loin ou encore les maisons avoisinantes, je captais certains gestes. La femme qui rentre chez elle, allume le séjour. Sort fermer les volets quelques minutes plus tard. Les jeunes sur leur balcon (ils boivent ? ils fument ?) qui décident finalement de rentrer (il fait froid ? ils ont faim ?). Je regarde ces petites vies se mouvoir sous mes yeux, et cela me plait. J'aime ces instants fugaces, j'aime imaginer la vie des autres. Leurs habitudes. J'ai besoin de sentir que d'autres vivent près de moi.

A part ça, la semaine a été longue, et inintéressante. Mais dans le cadre de mon défi "Un cadeau par semaine" (instauré le 23 septembre, suite à une bonne nouvelle que je fête donc de manière élargie dans le temps), je me suis retrouvée dans un magasin de vêtements. En réalité, j'avais surtout besoin de m'acheter des chaussures, mais la logique féminine reste nébuleuse même pour ses propres représentantes. J'ai acheté un haut noir (ce qui est très, très original de ma part - pour tout vous dire, alors que je passais mes dernières vacances chez ma sœur, au moment d'accrocher une lessive, elle a rétorqué : "Mais c'est pas possible, là, j'ai l'impression de loger une gothique !"). Au moment de passer en caisse, la vendeuse a jugé bon de me cirer les pompes (j'ai horreur de ça) : "Quel excellent choix, il est vraiment très beau".
Oui, bah, si tu le dis.
"Si je peux me permettre, comme c'est un haut très original, je vous conseille de le porter avec un pantalon assez classique, une coupe droite ou une coupe [mot incompréhensible de moi-même], et ajoutez aussi un petit gilet de garçon de café, ça fera un look très sympa. Hihi."
J'ai dû me retenir de vomir.
Elle a cru que j'étais une fashion victim. La drôle. Alors que je ne comprenais même pas le langage qu'elle employait, alors que je veux tout, sauf un look très sympa. Intérieurement, je me suis dit : Penser à ne plus retourner dans ce magasin.
Mais j'y retournerai quand même, je le sais. Et je porterai mon haut avec ce que je veux, bordel.

Avant d'achever ce billet inutile, une anecdote de travail.
Pour ceux qui ne le sauraient pas, je travaille en bibliothèque. Donc, fatalement, il y a des moments où je me retrouve à enregistrer les prêts des mignons petits étudiants qui veulent réfléchir et potasser depuis chez eux avec les beaux ouvrages qu'on met à leur disposition. Evidemment, parmi ces étudiants, il y a des étrangers.
Vendredi, une gentille petite Espagnole (ou Italienne, hein, ne soyez pas pointilleux), s'approche de moi avec une pile de livres et, maîtrisant mal les pronoms français (comme je la comprends), me demande :
"Je peux vous emprunter ?"
Il m'a fallu tout mon sang-froid pour ne pas partir dans un fou rire, et pour ne pas lui répondre que, bien qu'elle me paraissait adorable, je n'étais pas empruntable (je suis une exclue du prêt, moi, madame), et que je pouvais encore être utile professionnellement à mes collègues.
Mais, à elle seule, elle venait de sauver cette semaine ô combien pénible.

Maintenant, sachez que ce billet n'est mis en ligne que pour me faire honte (= "ohmondieu, comment puis-je afficher de telles conneries aux yeux de gens qui me connaissent"), ce qui devrait avoir pour effet kiss-cool de m'inciter à écrire rapidement un billet de lecture.
Avouez que c'est habile.
A fort bientôt, donc !

Posté par erzebeth à 19:45 - égocentrisme - Commentaires [21] - Permalien [#]

Commentaires

    J'ADORE ce billet... A bientôt !

    Posté par Elleby, samedi 10 octobre 2009 à 20:25
  • Mais tes lecteurs adorent les billets inutiles !!! Et l'inutile en général, d'ailleurs.
    Sinon c'est vrai que mourir dans une bibliothèque pour un écrivain... En tous cas , je n'aimerais pas être le lecteur qui a posé la question qui tue ! (et non d'ailleurs, celle-là je n'aurais jamais eu l'idée de la poser) (et en plus, je ne rencontre jamais les auteurs ou alors exceptionnellement et en silence)

    Posté par levraoueg, samedi 10 octobre 2009 à 22:03
  • J'adore toujours quand tu pars comme ça en bulle!!! Et bon, ceci dit, se retrouver dans un magasin de vêtements quand on a besoin de chaussures, je trouve ça très normal, moi... et l'inverse aussi, tiens!!!

    Posté par Karine:), samedi 10 octobre 2009 à 22:20
  • Mas il est très bien ce billet! Quelle femme n'est jamais partie acheter un pantalon pour revenir avec un pull? Et quelle pro du monde des livres, quelle qu'elle soit, n'a jamais souri aux immanquables questions saugrenues?
    Celle que j'ai le plus souvent (i.e. plusieurs fois par jour), c'est "vous êtes ouverte tout à l'heure?"... Mais je suis une femme toujours très ouverte, moi...

    Posté par kali, samedi 10 octobre 2009 à 22:35
  • C'est le genre de billet que j'aime ! Plein d'humanité, de vraie vie et d'humour

    Posté par Celsmoon, samedi 10 octobre 2009 à 22:52
  • je copie entièrement Celsmoon, moi non plus, je n'ai pas honte

    Posté par anjelica, samedi 10 octobre 2009 à 23:27
  • "je suis une exclue du prêt, moi, madame"

    J'a-do-re.

    (Et tu fais bien de fêter la bonne nouvelle toutes les semaines, je devrais t'imiter tiens. Comment ça j'ai rien à fêter ? Je suis sûre que je peux trouver. D'ailleurs, là, pour me consoler d'avoir vu un film nul je bois un verre de Tariquet. Je sens que je suis bien partie, finalement.)

    Posté par fashion, samedi 10 octobre 2009 à 23:28
  • Moi si un bel italien (ou un espagnol, ou un japonais tiens, ou un Doctor, ça sentirais le vécu ça) me demande si je suis empruntable, je pense que je me paye un petit abandon de poste!

    Posté par chiffonnette, dimanche 11 octobre 2009 à 06:14
  • Bon courage ! L'envie reviendra. (En attendant, ta plume me fait rire, c'est déjà énorme, non ?)

    Posté par Caro[line], dimanche 11 octobre 2009 à 10:28
  • * Elleby, oh, MERCI !! C'est très gentil

    * Levraoueg, je me suis fait la même réflexion que toi, je détesterais être le gars qui a posé l'ultime question ! (sur un sujet, effectivement, qui n'avait pas lieu d'être abordé) Et je suis comme toi, je rencontre les auteurs en silence (ouf, on prend moins de risques !)

    * Karine, mais oui, toutes les femmes font ça ! Mais de toute façon, ce qu'on achète est toujours utile, n'est-ce pas ?

    * Kali, mazette, tu as droit à cette question plusieurs fois par jour !! Il faudrait leur apprendre à lire les horaires, qui doivent bien être affichés quelque part
    (ce qui me fait rire aussi, c'est quand un étudiant rend ses livres avec du retard, et quand c'est une fille et que je dis "Vous avez 3 semaines de retard", j'ai envie de lui conseiller d'aller acheter un test de grossesse )) )

    * Celsmoon, oh, c'est affreusement gentil, merci !!!

    * Anjelica, eh bien, ça fait bien plaisir de retrouver son blog le dimanche matin et d'y lire ces gentilles choses !

    * Fashion, comment ça, tu n'as rien à fêter ? Il faut inventer. Ou tu fêtes ma bonne nouvelle avec moi. Le Tariquet, c'est sympa, mais il va quand même falloir passer un cran au-dessus dans l'échelle des cadeaux (oui, c'est un défi très difficile).
    C'était quoi, le film nul ?

    * Chiffonnette, comment peux-tu être devant ton ordi à 6h14...
    Evidemment, si la question est posée par un gentleman de la meilleure espèce, je crois que je l'autoriserai à m'emprunter pour trois semaines
    (mais c'est rare, hélas)

    Posté par erzébeth, dimanche 11 octobre 2009 à 10:35
  • * Caro[line], c'est affreux, en te lisant, me vient subitement en tête une chanson de Johnny Hallyday. Hum. Oui, l'envie reviendra, suffit d'être patiente...
    Mais si je te fais rire, bon sang, j'en suis RAVIE ! Merci

    Posté par erzébeth, dimanche 11 octobre 2009 à 10:36
  • pantalon coupe slim, boot cut ?? je te conseille le boot cut
    ok je sors
    moi je veux bien t'emprunter pour égayer mes dimanches matins, hein
    @ fashion : fame ? (pas aimé !!)

    Posté par amanda, dimanche 11 octobre 2009 à 10:54
  • @amanda : je suis prête à parier que, vu le gilet de garçon, le pantalon conseillé était slim. ) Sinon, Fame c'est épouvantable de nullité et surtout de sérieux, ce qui est le pire des défauts de ce genre de film.
    @erzébeth : tu dis, hein, si tu veux que j'arrête de flooder tes coms. )

    Posté par fashion, dimanche 11 octobre 2009 à 11:41
  • * Amanda, non, c'était pas le slim, parce que ça, je connais. Boot cut, c'est déjà plus probable.
    Là où je travaille, nous pratiquons le prêt week-end : tu peux donc m'emprunter à partir de vendredi midi, mais tu dois me ramener absolument avant lundi midi (en vérité, il vaudrait même mieux que tu me déposes dans la boîte à livres le dimanche soir, parce que c'est moi qui fais l'ouverture le lundi matin, ils ont besoin de moi, les pauvres). Bref. Hum. Réfléchis quand même aux inconvénients (je ne fais pas le ménage et je suis difficile à table).

    * Fashion, personne ne me conseillerait de porter un slim, ou alors, crois-moi, je vomirais réellement. (quelle classe !)
    Je ne savais même pas qu'un nouveau Fame était sorti, comment peux-tu avoir l'idée d'aller voir ça ?
    (et floode autant que tu veux, ce genre de billet existe essentiellement pour ça !)

    Posté par erzébeth, dimanche 11 octobre 2009 à 13:12
  • Pour "Fame", je suis d'accore avec Fashion, ce film se prend trop au sérieux et manque sérieusement de galipettes. Mais il te vide bien la tête et c'est tout ce que je lui demandais!!
    Un commentaire en rapport avec le billet? Ben, je l'aime, moi ce billet, je le trouve poétique et sensible, et drôle aussi. J'adore la demande de l'étudiante; ça me fait penser à mes propres bourdes quand j'étais à l'étranger!

    Posté par Mo, dimanche 11 octobre 2009 à 14:53
  • Ne change rien, on t'a dit !

    Ces billets inutiles sont grandement utiles en ces temps de productivité et d'efficience. Et tu sais quoi, comme toi j'ai toujours adoré regarder les gens vivre chez eux. Quand j'étais étudiante, c'est quasi la seule chose qui pouvait me conduire à mon bureau (je l'avais installé contre la fenêtre avec vue sur les gens).
    C'est chouette cette idée du cadeau de la semaine, ça compense les bourriques des magasins de fringues qui sont à même de débiter des considérations couturières comme si elles dissertaient de l'avenir du monde. A moins que ce soit ça, l'avenir du monde, acheter le truc qui ira avec l'autre truc (que tu vas aussi acheter)et qui sera totally has been dans trois semaines ??

    Posté par Fantômette, dimanche 11 octobre 2009 à 20:45
  • Les billets racontage de vie et totalement inutiles sont les bienvenus Mais ça tu le sais, tu te fais prier :p
    Un cadeau par semaine c'est sympa comme principe (sauf si ça part en "1 jeu PS3" par semaine... là c'est moins drôle), je vais peut être participer, mais plus tard. Et les livres ne comptent pas bien entendu. Bonne fin de weekend ! (il est 23h11, le weekend est encore là).

    Posté par Ankya, dimanche 11 octobre 2009 à 23:21
  • * Mo, mais les étrangers sont adorés par les autochtones ! J'ai travaillé au service d'inscription de mon ancienne fac, et quand j'entendais les Irlandais (au hasard) arriver avec leur accent délicieux et leur regard perdu, je les chouchoutais plus que les autres

    * Fantômette, je remarque que tu as été une étudiante aussi studieuse que moi...!
    Et je tiens à te rassurer, jamais je ne cèderai aux conseils pathétiques d'une vendeuse zélée, je ne sais même pas ce qui est à la mode ou ce qui ne l'est pas (de toute façon, mes copines me disent sans arrêt que je fais 19e siècle, je ne sais pas si c'est très sympa de leur part, mais bon, ça prouve comme je suis fashion victim), et je... mince ! on est lundi ! Je vais m'offrir quoi, cette semaine ?

    * Ankya, tu as deviné, j'adore me faire prier
    Et les cadeaux restent raisonnables, promis. Par contre, si, dans ma vision des choses, les livres comptent ! Une semaine, mon cadeau a été "Les années difficiles" de Bauchau et crois-moi, vu son prix, c'est un VRAI cadeau !

    Posté par erzébeth, lundi 12 octobre 2009 à 08:40
  • Mais dis vouar... Tu déménages, tu déménages, mais... tu quittes Toulouse ? A quoi ça sert que je retourne si souvent chez Ombres Blanches ?

    Posté par Fantômette, lundi 12 octobre 2009 à 20:38
  • Chouette un billet non littéraire
    De quoi réjouir tous les lecteurs - vu tout ceux qui se plaignent de lire toujours des billets sur le même livre, voici de quoi les distraire de manière plaisante.
    @ Fashion : J'avais raison. Enfin pas moi, mais les critiques que j'avais lu. Mais c'était l'occasion de vous voir ))
    @ Erzébeth : Je sais, je squatte :s

    Posté par uncoindeblog, lundi 12 octobre 2009 à 20:48
  • * Fantômette, je crois que je vais t'écrire en privé pour mieux t'expliquer
    (curieusement, pour une fois, je n'ai pas encore envie de raconter ma vie on the blog)
    Ombres blanches, c'est parce qu'on s'y est croisés la dernière fois ? Tu trouves ça beau d'utiliser cette excuse pour acheter des livres la conscience tranquille ?

    * Delphine, oops, demain, mon billet parle d'un livre dont tout le monde a entendu parler ces dernières semaines
    Je trouve que vous, les Parisiennes, vous utilisez le prétexte de passer du temps ensemble pour aller voir des grosses daubes au cinéma. Vous me faites peur )

    Posté par erzébeth, mardi 13 octobre 2009 à 21:51

Poster un commentaire