N.u.l.l.e.

Nouvel Univers Lunatique et Lacunaire d'Erzébeth

lundi 16 novembre 2009

Veuillez rendre l'âme (à qui elle appartient)

(il y aura au moins une référence culturelle dans ce billet, et elle est dans le titre. Je me sens plus sereine)

L'idée de départ était de faire un billet récapitulatif sur l'œuvre en son ensemble, un billet d'une mauvaise foi redoutable et composé d'arguments douteux.
J'espère tenir parole.

Billet garanti 100% AVEC spoilers, que ceux qui tiennent à découvrir par eux-même les aventures d'Edward et Bella désertent ce blog quelques instants.

wall_twilight_02_copie
~ Fascination ~
~ Tentation ~
~ Hésitation ~
~ Révélation ~
~ de Stephenie Meyer ~
~ traduction de Luc Rigoureau, pour Hachette ~

Publiée initialement pour un public adolescent (mais pourquoi en vient-on toujours à y jeter un œil, nous, adultes ?), La Saga du désir interdit comprend quatre volumes, parus de 2005 à 2008, et vendus à 18 millions d'exemplaires selon l'inscription imprimée derrière chaque tome. Il paraîtrait que ça ait légèrement augmenté depuis : certains sites parlent de 53 millions d'exemplaires vendus.
53 millions.
Dans le monde.
(j'ai la tête qui tourne)

Essayons de voir pourquoi des dizaines de millions de filles (le lectorat masculin doit être, soyons honnêtes, assez limité) ont perdu tout sens commun devant cette saga. Pour cela, posons-nous une question cruciale : mais enfin, que trouve-t-on dans la Saga du désir interdit (j'adore cette dénomination, au cas où vous ne l'auriez pas compris) ?
On y trouve :

~ une adolescente
Vous allez me dire que c'est peu original d'en parler, mais enfin, il faut bien commencer quelque part, et si cette saga connaît un tel succès mondial, c'est bien parce qu'elle permet à la jeune lectrice de s'identifier.
Bella incarne donc cette adolescente, tout ce qu'il y a de plus banal (du moins au début des aventures, soit dans le préambule de Fascination) : elle a des cheveux marron, des yeux marron, un teint pâle et une certaine aptitude à perdre l'équilibre. Parce que sa mère, Renée (...), vient se de remarier et de suivre son journaliste de mari un peu partout où son travail l'amène, Bella accepte de quitter sa terre ensoleillée de Phoenix, Arizona, pour s'installer chez son père, Charlie (chef de la police), à Forks, Washington, où il pleut au minimum tous les deux jours.
Bella a dix-sept ans. A cet âge-là, un déménagement sous-entend forcément l'entrée dans un nouveau lycée. Mama mia, trouvez-moi une seule fille sur terre qui n'a pas eu la trouille en rejoignant un nouveau lycée ! A partir de là, Bella, c'est nous. Enfin, elles (les filles de 15 ans. Moi, merci, j'ai déjà donné).

~ une rencontre qui transforme l'estomac en papillons qui virevoltent
Bella est vite adoptée dans son nouveau lycée, car bien qu'elle soit totalement banale (j'aime insister là-dessus, si vous saviez comme elle est insipide, enfin, vous le savez peut-être déjà, d'ailleurs), elle attire les gentils lycéens autour d'elle. Chic, des copains. Sauf qu'à la cantine (...), sur qui tombe-t-elle ? Sur cinq magnifiques créatures, qui s'isolent des autres élèves et qui semblent curieusement différents.
Tu m'étonnes, ce sont cinq vampires. Parmi eux, il y a ce jeune homme au regard d'ambre (enfin, ça dépend des jours) qui se trouve être le compagnon de Bella pendant les cours de biologie. Le monde est petit, quand même.
Il s'appelle Edward Cullen. Il est très bizarre. Mais Bella est très attirée par cette créature étrange, aux traits si parfaits.

~ de l'amour
Parce qu'à dix-sept ans, c'est comme ça, on tombe amoureuse du premier vampire venu.
Et réciproquement (bien qu'Edward n'a pas réellement dix-sept ans, mais plutôt un siècle environ. Il est né en 1901, le drôle).

~ de l'amour encore
Parce qu'à dix-sept ans, c'est comme ça, on est troublée par le charme brûlant du premier jeune indien Quileute venu, à savoir Jacob Black. Il est gentil, plein d'humour, et accessoirement loup-garou. Oh zut, qui a dit que la vie était tranquille dans les petites villes ?

~ du fantastique, des doutes, des complications
C'est là que l'identification de la lectrice capote un peu; car dans la vraie vie, on tombe rarement sur une famille vampire, qui est fatalement une menace pour nous (Bella étant une créature humaine, elle a du sang qui coule dans les veines. Et rappelez-vous, que mangent les vampires ? Bien), on est rarement impliqué dans des histoires de vengeances inter-clans, on fréquente rarement des personnes avec des dons incroyables : Edward peut lire dans les pensées des gens (sauf dans celles de Bella), une de ses "sœurs", Alice, voit ce qui peut potentiellement arriver dans le futur, un de ses "frères", Jasper, ressent et contrôle les émotions de ceux qui l'entourent. Etc.
Mais que voulez-vous, quand on a dix-sept ans, qu'on s'appelle Bella et qu'on a des yeux chocolat, tout est possible.

~ une réécriture des mythes : les vampires, les loups-garous
Chez Stephenie Meyer, pas de crucifix, ni de cercueil, ni de corps se transformant en poussière à la lumière du jour.
Ici, les vampires peuvent sortir quand ils veulent - tout en devant faire attention au soleil, qui a la fâcheuse tendance à les faire briller de mille feux, comme des diamants étincelants. Ici, il ne faut pas un pieu en plein cœur pour détruire la créature maléfique, il faut, euh, la décapiter et la mettre en pièce, puis la brûler. C'est physique, oui. Puis il y a des vampires gentils, comme la famille Cullen : ils sont végétariens. Et ils ont une vision très personnelle du végétarisme : ils ne se nourrissent pas de sang humain, que de sang animal. Rien de grave, donc - sauf que les autres clans de vampires qui vivent dans le monde sont loin d'être aussi végétariens...
Au fil de l'histoire, apparaît aussi le clan des loups-garous (qui ne s'entend pas du tout avec celui des vampires, mais comme les deux clans sont amoureux de Bella, ils vont trouver des arrangements et des compromis, c'est beau l'amour). Ces bestioles-là ne se transforment pas les soirs de pleine lune, on ne les tue pas avec une balle en argent, et ils ne deviennent pas loups après la morsure d'un des congénères. Non, non, ce ne sont que des fables, ça, voyons.

~ des rebondissements à en faire pâlir les lectrices les plus investies
Vous n'imaginez pas le nombre de personnes qui veulent la mort de Bella (elle sent trop bon pour une humaine, son sang dégage un fumet délicieux qui rend fou tout vampire qui peut la respirer).
Vous n'imaginez pas non plus le nombre de jeunes hommes amoureux d'elle - même si nous ne retiendrons qu'Edward et Jacob, la glace et le feu. Oops, j'ai oublié de vous dire (alors que c'est répété toutes les dix pages, quelle étourdie) : Edward est une créature marmoréenne, il est certes très beau, mais il est glacé et absolument pas confortable dès qu'on le touche (allez faire un câlin à une table en marbre, vous comprendrez). Jacob, lui, est brûlant de fièvre, sauf que c'est son état normal : une fois que l'on devient loup-garou, la température augmente sensiblement. Puis il est tout doux. Et drôle. Et gentil. Et devinez qui Bella va choisir ? On dirait qu'elle n'a été conçue que pour faire de mauvais choix. Dès que deux possibilités se présentent à elle, elle va s'éprendre de la mauvaise. Toujours. Elle m'a fatiguée, vous n'imaginez même pas.
Pendant les trois premiers volumes de la saga, Bella oscille entre Edward et Jacob. Elle sait que le premier est l'homme de sa vie, bien que son statut de vampire soit un léger frein. Mais, même éperdument amoureuse de lui, elle ne peut s'empêcher d'être ambiguë avec Jacob, le pauvre n'attendant qu'une chose, qu'elle fasse le bon choix.
Hélas.
Ça, donc, c'est pour les rebondissements amoureux. Mais il y a de l'action, aussi. Il y a ce fameux vampire qui veut la mort de Bella dans Fascination, puis cette rencontre avec le plus vieux clan de vampires du monde, les Volturi, dans Tentation, sans oublier une guerre terrible dans Hésitation, et une dernière confrontation menaçante dans Révélation, où l'on retrouve encore la clique Volturi. Autant dire que chaque volume comprend son taux d'adrénaline, et même si c'est sans doute là pour justifier cette écriture en quatre tomes, c'est terriblement lassant. Que le monde des vampires soit autant secoué parce qu'une humaine souhaite les rejoindre, que les loups-garous enterrent la hache de guerre pour se rallier aux vampires sous prétexte que cela peut sauver Bella d'une mort certaine, cela fait beaucoup pour une petite mortelle aux traits communs. Mais que ne ferait-on pas par amour ?

Vous pensez que je suis en train de terminer mon exposé, mais en réalité, il commence à peine. J'ai encore été trop gentille, en dévoilant peu de points de l'intrigue. Au lieu de procéder par thématiques, voyons un peu ce que recèle chaque tome (et moquons-nous au passage des titres français) :

* dans Fascination (originellement Twilight, parce que : « C'est le crépuscule, murmura Edward en examinant l'horizon chargé de nuages. [...] C'est le moment de la journée le plus sûr pour nous, dit-il en répondant à l'interrogation qu'il avait lue sur mon visage. Le plus agréable, le plus triste aussi, en quelque sorte... la fin d'un autre jour, le retour de la nuit. L'obscurité est tellement prévisible, tu ne trouves pas ? »), il y a donc la découverte d'un nouvel univers, et comme Bella découvre tout en même temps que le lecteur, c'est comme si ce dernier était tenu par la main et emporté dans un flot d'aventures toutes plus attachantes les unes que les autres (je plaisante, au cas où vous ne l'auriez pas remarqué). C'est le début de la nouvelle vie de Bella, avec son père un peu solitaire, c'est le début de sa vie amoureuse (elle croit défaillir quand Edward l'embrasse enfin), c'est le début des galères (avec ce fichu vampire qui veut sa mort, et qui lui brise la jambe, mais par chance, Edward arrive à temps). Dans Fascination, la vie est encore à peu près belle.

* dans Tentation (originellement New moon, parce que : « Avant toi, Bella, ma vie était une nuit sans lune. Très noire, même s'il y avait des étoiles – des points de lumière et de raison... Et puis, tout à coup, tu as traversé mon ciel comme un météore. Soudain, tout brûlait, tout brillait, tout était beau... »), on s'amuse un peu moins. Suite à une petite mésaventure, l'un des frères d'Edward, Jasper, saute sur Bella pour s'en sustenter. Comme c'est une réaction extrême et dangereuse pour Bella, Edward décide de la quitter. De partir de Forks, Washington, de quitter sa vie et de ne jamais revenir. Tentation, donc, est l'histoire d'une rupture. Je dois être sadique, car c'est finalement le tome le plus réussi de la saga (avec cette trouvaille de l'auteur, qui résume à sa façon quatre mois au fond du gouffre). Ou, sans être sadique, ce tome me plaît peut-être plus parce qu'Edward en est quasiment absent, et parce que Jacob y prend beaucoup d'ampleur - c'est lui qui parviendra à sortir Bella de sa torpeur, de son désespoir. Ils feront des choses très rigolotes ensemble, comme apprendre à conduire une moto ou sauter du haut d'une falaise.
Bella se sent déchirée, et bien qu'attirée par Jacob, elle continue à n'aimer qu'Edward. Quand elle le retrouve, dans la dernière partie du livre, elle en explose presque de bonheur. Sauf que ce coquin refuse de faire d'elle un vampire (son rêve ultime).

* dans Hésitation (originellement Eclipse, parce que : euh, je n'ai pas recopié d'extrait. Mais le titre était justifié, n'en doutez pas une seconde : cela faisait allusion à l'amour que se porte Edward et Bella, amour qui éclipse tout le reste), on atteint la quintessence du ridicule, du pénible, du n'importe quoi. Bella est heureuse avec Edward mais voudrait absolument devenir vampire. Edward lui dit d'accord, mais on se marie avant. Oh non, ça, Bella ne veut pas ! Vous savez pourquoi ?
« Je ne suis pas ce genre de fille, Edward. Je ne suis pas de celles qui se marient au sortir du lycée, de ces rustaudes de province que leurs petits copains ont mises en cloque. Pense à la rumeur, si je t'épousais. Nous ne sommes plus au XIXe siècle, les gens ne s'unissent plus à dix-huit ans ! En tout cas pas les gens intelligents, responsables et mûrs ! Je refuse d'être une rustaude. Ça ne me correspond pas... »
Ces propos sont quand même tenus par une fille qui veut mourir pour devenir vampire, c'est-à-dire : s'engager éternellement. Ne plus jamais revenir en arrière (alors qu'un mariage, bon...). Perdre sa famille par la même occasion (une fois vampire, comment fréquenter encore ses parents, ses amis ? ils verront que ses traits ont changé, et qu'elle ne vieillit absolument pas...). Mais tout ça, ce n'est rien par rapport à un mariage. Ben tiens.
L'autre pan ridicule vient des loups-garous, hélas, et de leur histoire d'imprégnation. Que je vous explique : c'est un genre d'âme sœur. Le loup garou rencontre une fille et comprend à l'instant où ses yeux se posent sur elle, qu'elle est celle avec qui il vivra éternellement. C'est comme ça, c'est immuable, c'est plus qu'un coup de foudre, c'est l'évidence même, c'est impossible à ignorer. Le problème est que cette imprégnation peut avoir lieu à n'importe quel âge. Comprenez : ici, un copain de Jacob s'imprègne d'une fille de... 2 ans. Alors évidemment, l'attirance n'est pas encore physique (encore heureux), mais enfin, le jeune homme passe ses journées avec la petite, et va attendre patiemment qu'elle ait un âge raisonnable pour déclarer sa flamme (son âge à lui ne pose aucun problème : les loups-garous peuvent décider de ne pas vieillir, pendant des décennies s'il le faut. Donc ils finiront par avoir le même âge). Je ne sais pas vous, mais personnellement, ça me tracasse quand même, cette histoire d'imprégnation. Un peu ambiguë, hein.
Après cela, on a droit à une Bella agaçante au possible, qui déclare son amour à Jacob (ah bon ?), qui le veut à ses côtés pour la vie, mais en même temps, elle ne veut pas s'éloigner d'un centimètre d'Edward. Elle s'en veut de faire souffrir tout le monde, elle se flagelle, que la vie est difficile, elle ne peut s'empêcher de vouloir tout, et tout de suite, puis finalement elle accepte de se marier, parce qu'elle sait qu'elle gagnera une transformation vampiresque. Jacob, malheureux comme un amoureux trahi (ce qu'il est), s'enfuit, fou de douleur.

* dans Révélation (originellement Breaking dawn, parce que c'est moins tarte que Révélation. Oui, là encore, j'ai oublié de recopier un passage expliquant le titre original. J'irai en enfer), il se passe des choses incroyables. Bella se marie. Bella part en lune de miel. Belle tombe enceinte d'un bébé vampire. N'est-ce pas adorable ? Son enfant a un cœur qui bat (comme sa maman !) et une peau marmoréenne (comme son papa !), ce qui fait que dès que la petite fille (ohh) bouge dans le ventre de sa mère, elle lui brise des côtes ! N'est-ce pas adorable ? Mais Bella est une martyre-née, elle veut garder cet enfant, qui est le fruit de son amour pour Edward, alors elle accouchera, quitte à y perdre la vie... et à renaître en vampire ! N'est-ce pas adorable ?
Les iris de Bella sont rouge sang (c'est toujours ainsi pour les nouveaux vampires, ça exprime symboliquement le besoin de chair fraîche. Avouez que c'est subtil), sa course est gracieuse, ses traits sont superbes. Bella est une vampire heureuse, et sa mignonne petite fille (dont le prénom est à hurler de rire) est un vrai petit monstre. A une semaine, elle a déjà l'apparence d'un enfant de deux ans, et elle parle. N'est-ce pas adorable ? Elle se nourrit de sang humain et comme papa et maman, elle a un don : elle transmet ses pensées rien qu'en touchant le visage des autres. C'est mignon comme tout. Jacob ne la quitte pas d'une semelle (oui, au fait : il est revenu). Au départ, il voulait tuer cette fillette qui est responsable de la mort humaine de Bella, sauf qu'au moment de lui sauter dessus, il s'arrête, tétanisé. Vous ne devinerez ja-mais. Il est imprégné !! N'est-ce pas adorable ? Un loup-garou qui tombe amoureux d'une petite fille humano-vampire ! Voilà qui résorbera toutes les querelles, qui permettra de vivre dans un monde harmonieux où toutes les créatures demeurent en paix ! Evidemment, avant d'arriver à cet univers paradisiaque, il reste une dernière attaque à contre-carrer, un suspense haletant qui s'éternise sur des pages et des pages pour finalement s'éteindre autour d'une discussion civilisée. On s'en fiche, l'essentiel étant que tout le monde est heureux, tout le monde s'aime, et ce pour l'éternité (et plus encore).

Maintenant, question cruciale : est-ce que tout cela valait un étalage sur 2465 pages ? De vous à moi, je ne crois pas. Ces tensions permanentes entre les différents clans de vampires, ces éternels questionnements existentiels de Bella, auraient largement pu être réduits à une taille plus humaine. Il m'a semblé qu'il y avait de nombreuses répétitions, que Stephenie Meyer étirait certains rebondissements comme s'il fallait remplir son roman, bref, que certaines coupes n'auraient pas affaibli l'ensemble, au contraire.
L'autre souci est que les personnages m'ont paru très distants; trop flous pour créer une certaine intimité avec le lecteur. Bella est insipide et ses prises de position m'ont étonnée plus d'une fois; Edward, lui, est pire que ça (et sa famille de vampires aussi), étant l'assemblage de clichés insupportables - il est beau, quand il passe sa main dans ses cheveux il devient irrésistible, il est mystérieux et attirant, regardez-moi cette peau, ce visage, ces yeux, cette attitude sombre, etc, etc, mais qui a envie d'une perfection glacée ? Il se plaint toujours d'avoir perdu son âme en devenant vampire, et je lui confirme : c'est un personnage sans âme aucune, qui reste distant, insaisissable. Le côté psychologique des personnages est trop mal développé pour permettre de comprendre certaines réactions, pour s'attacher durablement à leurs peines et à leurs doutes. Jacob paraît un peu moins raté, mais il reste encore trop fantasmé pour être crédible, réaliste.
Pourtant, oui, j'ai lu toute la Saga du désir interdit. Cela prouve bien que ça ne m'a pas dégoûtée, que je devais y trouver quelque chose - beaucoup d'humour involontaire, déjà (chaque tome m'a valu de sérieux fous rires, rien que cela, ça vaut de l'or). Ce qui m'a fascinée, c'est de découvrir cette histoire qui passionne les adolescentes du monde entier. Connaître enfin ce qui suscite autant d'engouement, oui, ça m'a subjuguée. Je suis contente de ne pas avoir 15 ans aujourd'hui. Avoir des posters de Robert Pattinson dans ma chambre m'ennuierait profondément. Vous pouvez compter sur moi pour ne pas regarder les adaptations cinématographiques, d'ailleurs, ayant déjà été choquée en voyant des photos de la famille Cullen (si c'est ça leur vision de la perfection, de la beauté mystérieuse, j'ai envie de m'enfuir en courant). Je ne pense pas que la pellicule puisse améliorer ces intrigues répétitives.

Après avoir compris qu'il y avait de l'argent à se faire avec ces histoires de vampires, Stephenie Meyer a commencé à réécrire la saga avec le point de vue d'Edward - le premier roman se serait appelé Midnight sun, or des voyous ont mis les douze premiers chapitres sur internet, alors que tout cela était encore en cours d'écriture par l'auteur. Il y a des fous qui ont mis en place une pétition pour que l'auteur reprenne son roman. En attendant, les fameux chapitres sont disponibles sur le site officiel de Stephenie Meyer et ailleurs pour la version française. Ne me remerciez pas; si votre masochisme vous conduit à lire ces chapitres, sachez qu'on ne peut plus rien pour vous.

Ainsi s'achève ma bouleversante aventure avec la Saga du désir interdit. L'avantage, c'est que je vais pouvoir désormais m'intégrer à la société, et discourir pendant des heures sur les qualités de Jacob, les défauts d'Edward. Quelle chance.

Pour ceux qui veulent découvrir des billets plus conventionnels autour de Twilight peuvent cliquer par là et se délecter ainsi de tous les billets répertoriés sur les différents tomes. Ne me remerciez pas.

Posté par erzebeth à 09:00 - lecture - Commentaires [46] - Permalien [#]

Commentaires

    Su-perbe! Je guettais ton article avec impatience Je t'admire, je me suis forcée à finir le premier tome, je n'imagine pas lire les trois autres. Par contre, tu râtes d'autres bons fous rires avec le film, autant de mauvais acteurs qui sont tous capables de mal jouer en même temps, c'est beau, c'est grand, c'en est presque surréaliste.
    Tu devrais penser à écrire une parodie (ou une suite), tu ferais fortune.

    Posté par Ofelia, lundi 16 novembre 2009 à 09:16
  • Malgré la pauvreté du style, malgré les rebondissements prévisibles, malgré la lenteur de l'action (je l'aime ou je l'aime pas? quand est-ce qu'on couche ensemble?), etc, etc, etc, tous les ingrédients sont là pour séduire l'adolescente.
    Et je dois avouer que j'ai bien accroché: j'ai tout lu, comme toi. Mais je persiste à penser que le 1er tome aurait suffi. Les tomes 2, 3 et 4 sont tantôt ennuyeux, tantôt inutiles.
    J'ai écrit aussi un petit billet sur le sujet (beaucoup plus positif puisque j'ai lu avec plaisir la saga, malgré les longueurs):
    http://www.carabistouilles.com/article-33045473.html

    Posté par Marie L, lundi 16 novembre 2009 à 09:40
  • J'adore positivement ton billet, il est d'une infinie drôlerie.
    Ce qui est étonnant avec cette saga, c'est que je lui ai vu tous les défauts dont tu parles mais j'ai aimé avoir 15 ans de nouveau. )
    Et bienvenue dans la Jacob team! ))

    Posté par fashion, lundi 16 novembre 2009 à 12:48
  • Le premier tome m'attend depuis un an... Et je sens que je vais être une jacobette.
    Le coup de l'imprégnation, ça me fait pensr à Emma et Mr Knightley, et moi aussi ça me tracasse.
    Ton billet me donne envie de lire les trois tomes suivants, même si je n'accroche pas au premier!

    Posté par Mo, lundi 16 novembre 2009 à 13:12
  • Merci de m'expliquer pourquoi tu as lu les 4 tomes car en lisant ton billet, je me le demandais... mais je peux tout à fait comprendre car à l'heure actuelle, je persiste à lire la suite "officielle" de Dracula jusqu'au bout pour savoir jusqu'où les auteurs vont aller.

    En tout cas, je voulais te dire que je t'aime !!! Tu parles si bien de cette saga du désir interdit (je ne connaissais pas ce titre, c'est à se tordre de rire !) (on se croirait chez Harlequin).

    Et comme Ofelia, je te conseille les films. Vivement que je vois le 2 vu tout ce que tu en dis sur l'intrigue !!

    Et dis, c'est quoi le prénom de la fille de Bella et Edward.

    Posté par Caro[line], lundi 16 novembre 2009 à 13:29
  • Je découvre avec intérêt le contenu croustillant du tome 4 (un bébé de pierre ! comme c'est intéressant !). Je n'attendais pas moins que cet accouchement dans la douleur de la part de Bella, tant elle avait montré un sens du sacrifice suicidaire dans le 3e volume.

    Posté par rose, lundi 16 novembre 2009 à 14:36
  • Je suis tombée par hasard sur ton blog en parcourant les liens de canalblog, et j'ai beaucoup aimé la critique de Twilight. J'ai également lu la saga, et j'ai malheureusement accroché lors de la lecture. Il faut dire que même si c'est très mal construit, que la psychologie des personnages est réduite à des poussière et que l'écriture est d'une insipidité affligeante, les thèmes étalés par l'auteur sont les ingrédients qu'il faut pour toucher des milliers d'adolescente en pleine crise identitaires. Qui n'a jamais rêvé au Prince Charmant ? Au mariage ? Au surnaturel ? Et les vampires dans l'imaginaire collectif, depuis Stocker à Rice, sont tellement "sexy"... Je suis toutefois de l'époque Harry Potterienne, et je dois avouer que Twilight est vraiment moins bon que la saga du sorcier (même si le dernier tome est décevant au possible), ne serait-ce que par la maîtrise du suspense, l'imagination déployées, et, il faut le dire, le style.
    Ah, je voulais dire aussi que j'ai lu -je ne sais plus où- que la Saga du Désir Interdit est un pur produit du puritanisme américain. Le souhait de Bella de ne pas vouloir être autre que ce qu'elle n'est, de ne pas rechercher l'aventure (mais la pauvre elle doit en subir des tortures..., de ne pas coucher avant le mariage, ou, comme tu l'as pointé, son désir d'être une vampire et d'être aux cotés de l'être aimé pour l'éternité, son enfant aussi ! Diantre ! Pucelle deux jours plus tôt et la voilà enceinte, ne voulant pas avorter... Si ça ça ne plait pas au gouvernement puritain américain... Enfin bref, plein de petites choses qui sont, vues sous un angle très critique, dangereusement endoctrinantes. Me fait penser à une émission vue à la télé montrant des "fêtes", le thème étant... la virginité jusqu'au mariage ! D'où les fameuses bagues de la chasteté. Du délire total.
    Après ce pavé (merci de m'avoir permis de me défouler),

    Peut-être à bientôt !

    Posté par Morgause, lundi 16 novembre 2009 à 16:08
  • Je ne sais toujours pas si j'ai envie de me lancer, et du coup, je n'ose même pas lire ton billet! Et je ne sais pas si la longueur du billet est un signe. Et je ne sais même pas si t'as aimé. Alors?

    Posté par casanova, lundi 16 novembre 2009 à 16:37
  • Ertzebeth, tu es merveilleuse. Simplement.
    J'adore ton billet, même si je suis une incroyable midinette qui n'a pas vieilli depuis ses 15 ans (et ça fait déjà plus d'une décennie... ayoye!)!

    Posté par Pimpi, lundi 16 novembre 2009 à 19:37
  • @mo : moi aussi le coup de Knightley et Emma, ça m'énerve. C'est comme Clare et whatsisname dans "Le temps n'est rien". Mais là, bon, c'est jacob alors je ne dis rien. ))

    Posté par fashion, lundi 16 novembre 2009 à 20:34
  • Au contraire de toi, je vais me précipiter au cinéma pour voir le 2, alors que je n'ai pas du tout envie de lire la saga. Mais je m'étais bien amusée pendant le premier film ! Tiens tu me donnes même envie de le revoir ce fameux premier !

    Posté par levraoueg, lundi 16 novembre 2009 à 20:44
  • Ah si une question quand même : est-ce que tu penses que le 1er est lisible dés 9-10 ans ? (je prépare mes kdo de Noël)

    Posté par levraoueg, lundi 16 novembre 2009 à 20:45
  • Tout comme Fashion, j'ai vraiment aimé avoir 15 à nouveau (et probablement toute la veulerie que cela signifie aussi, à 15 ans on n'est pas très discriminant). Ceci étant, je me suis épargnée. Pas plus d'un volume par mois, et j'ai commencé en septembre. Les tome 3 m'attend fermement (je viens de commencer le dernier Pat CONROY, oui, avant "Jane Eyre"), spoiler ou pas, je ne crois pas lire la saga pour sa qualité narrative. Euh... en fait je ne sais pas vraiment pourquoi je lis "Twilight"... Et oui, je parle un peu pour ne rien dire. Voualà.

    Posté par Fantômette, lundi 16 novembre 2009 à 21:03
  • * Ofelia, ma chère, tu sais bien que je n'ai aucune imagination. Et si je me mettais à vendre 53 millions exemplaires de mon œuvre, je pourrais légèrement devenir invivable. Les films, je te jure, je peux pas. J'ai une aversion totale pour les acteurs. Au-dessus de mes forces !

    * Marie L, on est au moins d'accord pour la mauvaise qualité de la chose, maintenant, si tu as aimé, c'est totalement pardonnable...

    * Fashion, oh, merci !! Mais comment peut-on aimer avoir 15 ans ? Tiens, Bella dit d'ailleurs à un moment que c'est le rêve de toute femme de rester figée à 18 ans. Mais Isil et moi, on est d'accord : devoir aller au lycée toute sa vie, NO WAY.

    * Mo, roh, comment peux-tu avoir envie de lire la saga alors que je raconte tout dans mon billet ? Sans suspense, je t'assure, la lecture est encore plus longue...
    Et quelle est cette histoire d'Emma/Mr Knightley ? Rappelle-toi, tu es en terre non-austenienne...

    * Caro[line], je t'aime aussi, va !
    Je t'assure que je ne peux épidermiquement pas aller voir les films, en plus, là, t'imagines, les salles vont être pleines d'adolescentes, mon cauchemar absolu. Je ne peux pas survivre à un truc pareil.
    Pour le titre très Harlequin (nous sommes d'accord), je l'ai trouvé sur Wikipédia, c'est le seul endroit où j'ai entendu parler de cette "Saga du désir interdit", mais j'ai adopté ça d'emblée
    Le prénom ? Renesmée. Parce que la mère de Bella s'appelle Renée, et parce que la "mère" d'Edward s'appelle Esmée. Renesmée. Ca me fait hurler de rire.

    * Rose, ton commentaire est parfait Bella est d'un masochisme à toute épreuve, elle sait qu'elle couve un monstre mais non, c'est le fruit de sa chair, l'avortement est inconcevable. Ben tiens.

    * Margause, bienvenue ! Trouves-tu réellement qu'Edward soit un prince charmant ? Bon, je ne suis pas objective, le côté séducteur des vampires ne m'a justement jamais séduite... Mais j'ai un coeur mi-guimauve, mi-sucre, et malgré cela, ces histoires de coeur n'ont pas atteint le mien. Trop froid, trop cliché, tellement cliché...
    Mais tu as raison, c'est une série très chaste, très politiquement correct, on parle même d'influence mormone. J'avoue n'avoir rien lu là-dessus, par écoeurement suite à la lecture de ces 2465 pages, mais ça pourrait être intéressant de creuser un peu...
    "Harry Potter" ? Ca, c'était bien !

    * Casanova, si tu as envie de te marrer, fonce. Mais à dose homéopathique quand même (ne lis pas tout d'un bloc comme Tatie Erzie, ça laisse des séquelles). On ne peut pas dire que j'aie aimé, non, et pourtant, j'ai tout lu. Ahh, le mystère féminin

    * Pimpi, tu me fais rougir ! Et c'est très bien d'assumer son côté midinette, continue !

    * Fashion, ben oui, justement, en lisant cette histoire d'imprégnation, j'ai pensé au "Temps n'est rien" (que je n'ai pas lu, mais ton billet m'avait marquée), moi ça me gêne vraiment.
    Et alors, tu te dévoues pour m'expliquer le lien entre Emma et Mr K. ?

    * Levraoueg, ça va ? Je ne te reconnais pas. Tu vas aller voir ce film pour adolescentes ? Mais c'est un coming-out ou je ne m'y connais pas !!
    (9-10 ans, honnêtement, je trouve ça un peu jeune, mais je n'y connais rien en enfant. Je trouve ça mieux vers 12 ans, mais après, ça dépend de la précocité de l'enfant, et, euh... hum, tu ne veux pas essayer de lui acheter un meilleur livre ?)

    * Fantômette, tu lis "Twilight" parce que tu es une midinette et que tu aimes les musculatures marmoréennes. Avoue tout !
    (si tu le tome 3 avant "Jane Eyre", par contre, je risque de pleurer)

    Posté par erzébeth, lundi 16 novembre 2009 à 21:38
  • Oui, j'ai envie de rire moi aussi, au moins de retrouver ton billet - attention, c'est la gloire pour toi: je lis un livre pour retrouver un billet de blog...
    Emma et MrK, sinon - tu n'as même pas vu le film avec Gwyneth P?: Mr K a tenu Emma bébé dans ses bras et vingt ans plus tard il l'épouse. Je n'ai ps encor elu le roman, mais dans le film on a, dans l'ordre: je t'aime, veux-tu m'épouser, oui, baiser passionné, oh, quand tu avais trois semaines de je te berçais. Moi, ça me fait toujours un peu yerk, cet enchainement...

    Posté par Mo, lundi 16 novembre 2009 à 21:56
  • Ahhhh, j'adore quand tu es comme ça!! Même si j'ai bien aimé, va savoir pourquoi... Mon amour pour la mauvaise littérature est un océan de complaisance parfois! )

    Posté par chiffonnette, mardi 17 novembre 2009 à 08:13
  • Renesmée ? Ah ouais ? Wouah...

    Posté par Caro[line], mardi 17 novembre 2009 à 09:26
  • mouahahahaha- hum, pardon. J'ai lu tout ca d'une traite, j'ai biché, mais c'est vrai, que franchement, quand on y repense...pffff.
    Information qui va j'en suis sûre faire ta journée: moi je les aime chauds-bouillants, donc pour moi c'est Jacob (la table en marbre, merci bien!)

    Posté par Choupynette, mardi 17 novembre 2009 à 09:55
  • Ah, me voilà rassurée ! Ça m'inquiétait, ton apparent engouement pour une bluette à rallonge... Oh oui, j'avoue, moi aussi je me suis envoyé ces milliers de pages d'une traite ou presque, mais c'était du même ordre qu'une compulsion alimentaire, quand tu t'envoies un énorme paquet de chips ou de pistaches et qu'après l'écoeurement te saisit et tu as la nausée (et tu te jures qu'on ne t'y reprendras plus... jusqu'à la prochaine fois !). Et cet Edward froid comme une statue, pour moi aussi c'est no way. Tu as raison, c'est le tome 2 le plus intéressant (ou le moins mauvais, c'est selon), car notre ami marmoréen est très absent (ouf) et que quand son rival au sang chaud occupe la place, c'est nettement mieux...

    Posté par Melanie B, mardi 17 novembre 2009 à 15:18
  • Ah mais oui, j'aime les musculatures marmoréennes. Ni Edward ni Jabob. Les deux.
    Et pour le coup de la table en marbre, je crois que je suis très influencée par le fait que j'ai vu le film avant d'avoir lu le livre, et le "don't move", franchement, c'est du marbre en fusion... Demande à Fashion, voir.

    Posté par Fantômette, mardi 17 novembre 2009 à 18:45
  • Un billet très drôle ! Il y a cpdt du positif aussi, qqes trouvailles que tu occultes. Mais il y a aussi de gros défauts dont tu ne parles pas bcp !!
    Enfin, la saga aura fait couler bcp (trop) d'encre.

    Posté par oranee, mardi 17 novembre 2009 à 18:48
  • Je suis bi-don-née ! Oh, vraiment, des articles comme ça, il faut que tu en fasses plus souvent ! Bon, j'avoue tout : je suis une grosse fan du premier tome, que j'avais lu dès sa sortie, et même en étant consciente des défauts que tu mets en avant, je m'étais complètement laissée aller... comme une môme de 15 ans (non, attention, je n'ai pas dit "pire" qu'une môme de 15 ans... ^^). Pour la suite, j'avais aimé, sauf ce dernier tome, où bon... j'avais trouvé vraiment too much ce qui se passait...
    Je revendique donc mon attachement sans borne et illimité à Edward (celui de Meyer, pas Pattinson) mais je ne crache pas dans la soupe non plus quand il faut aller voir les adaptations. Parce que moi, avoir 15 ans, ça me manque ! )

    Posté par Alwenn, mardi 17 novembre 2009 à 19:52
  • Vivement demain pour la sortie de New Moon !!!! (j'irai le voir ce weekend).
    J'adore ce billet

    Posté par Ankya, mardi 17 novembre 2009 à 20:26
  • * Mo, ce n'est plus de la gloire, à ce niveau-là, c'est la consécration mondiale et absolue ! Quel ego vais-je avoir...
    Ce que tu me dis sur "Emma" m'intrigue beaucoup (pas vu le film, non, je n'aime pas tellement Gwyneth), il me tarde que tu te dévoues pour lire le roman et me dire si la rencontre est identique ! Je suis d'accord avec toi, l'enchaînement des dialogues n'est pas particulièrement judicieux. C'est même dégueulasse (disons-le haut et fort).

    * Chiffonnette, moi aussi j'aime la mauvaise littérature ! Tu vois qu'on est faites pour bien s'entendre !

    * Caro[line], quand le prénom est dévoilé dans le roman, c'est à hurler de rire tellement c'est pathétique. Renesmée.

    * Choupynette, oui, je préfère te savoir à la solde d'un loup-garou. En plus, j'élargis mon vocabulaire (jusqu'à ton commentaire, je ne "bichais" jamais)

    * Melanie B, j'ai dû le lire très vite parce qu'on m'a prêté les livres, que la personne en question est une maniaque du roman (faut pas l'abîmer, faut surtout pas laisser trace de sa lecture), et j'avais peur de garder longtemps ses livres... Puis je vois qu'on est entièrement d'accord, ça me fait très plaisir ! J'adore ta comparaison avec les chips, c'est EXACTEMENT ça.

    * Fantômette, le "Don't move", ça annonce le premier baiser, c'est ça ? C'est un piège à fille, ce genre de scène. J'imagine fort bien le marbre en fusion. Coquinette, va !

    * Oranee, mon billet ne se veut aucunement exhaustif, je n'avais pas le temps ni la motivation pour me lancer dans quelque chose de plus construit, de plus complet. Par contre, les bonnes trouvailles, je ne les vois pas tellement

    * Alwenn, hé, c'est SUPER DUR d'écrire ce genre de billet ! En refaire plus souvent, pfff, j'en fatigue d'avance ! Mais merci d'avoir apprécié
    Ta nostalgie adolescente me fait sourire, tu as raison de te laisser charmer sans te soucier du reste, moi aussi j'apprécie ce qui divertit simplement, sans aller chercher plus loin...

    * Ankya, OUH LA MIDINETTE !!! )
    Bon, allez, je suis gentille, j'espère que le film te plaira !!

    Posté par erzébeth, mardi 17 novembre 2009 à 21:57
  • Non, bien sûr que non, je ne vais pas aller voie ce film ! Je vais y envoyer Filmaoueg. On est très différentes, elle et moi...

    Posté par levraoueg, mardi 17 novembre 2009 à 23:29
  • N'empêche, je voudrais pas dire mais ton billet sur "Twilight" est sacrément (si je puis m'exprimer de la sorte) plus long que çui sur Bukowski.
    *sifflote, sifflote*

    Posté par Fantômette, mercredi 18 novembre 2009 à 14:49
  • Je pense que la révélation de ce prénom n'est rien à côté de toutes les révélations qu'il y a dans "Dracula l'Immortel". Franchement, de la gnognotte à côté de ce monument de la littérature.

    Posté par Caro[line], mercredi 18 novembre 2009 à 22:35
  • * Levraoueg, tu exagères ! Je trouve que Filmaoueg a des goûts très raffinés (et elle est très polie : rester devant un film glacial sans quitter la salle, c'est du respect artistique à grande échelle).

    * Fantômette qui sifflote, il m'est beaucoup plus facile de me moquer, de bavarder, que de parler de ce que j'aime. Dès que ça touche à mes ressentis, ça coince. Là, c'est clair, ça n'a pas coincé.
    Tu vois la différence ?

    Posté par erzébeth, mercredi 18 novembre 2009 à 22:37
  • * Caro[line], j'espère que tu partageras avec nous toutes tes belles trouvailles ! Que l'on se passe un peu le relais pour faire rire nos lecteurs...

    Posté par erzébeth, mercredi 18 novembre 2009 à 22:38
  • Merci pour ce billet vraiment divertissant ! j'ai des amies qui ont vu le premier volet plusieurs fois (et je parle de 4 ou 5 fois) et tombaient folles d'Edward Cullen /R Pattison...Comme quoi, ça ne touche pas que des filles de 15 ans (j'en ai 27 ). Cela dit, je suis étonnée de voir à quel point les media s'interrogent sur la sexualité des personnages : dans le Dracula de Stoker, les vampires sont des créatures totalement subversives et sexuelles...Là, on semble bien dans un univers mormon où ils se marient et font un enfant...le détournement du détourné en quelque sorte...En tout, ton billet ne me donne pas envie de les lire, tu viens de me faire gagner pas mal de temps, merci !

    Posté par Chacha, jeudi 19 novembre 2009 à 00:58
  • J'ai bien avancé le billet, j'espère le finir ce soir.

    Oh my ! Que j'en rigole encore !!!

    Posté par Caro[line], jeudi 19 novembre 2009 à 10:08
  • * Chacha, la vampiro-mania peut toucher à n'importe quel âge
    L'enfant, ceci dit, ici, est un "accident", l'un comme l'autre ignorait que c'était possible. Mais tu as raison de dire que les vampires sont loin d'être des créatures asexuées !

    * Caro[line], c'est ça que j'aime dans "Twilight" : son comique involontaire
    Vivement ton billet !!!

    Posté par erzébeth, jeudi 19 novembre 2009 à 18:47
  • Je sens que je vais être irrécupérable... et aller les 12 chapitres en français...

    Posté par Stephie, vendredi 20 novembre 2009 à 07:05
  • Moui, je vouâââ...

    Posté par Fantômette, vendredi 20 novembre 2009 à 18:24
  • Oh my god, tu es impayable!! J'adore ton billet et en plus, je suis morte de rire!! Faut que je vérifie de trucs alors je vais aller voir New Moon en fin de semaine... question d'approfondir mes deja profondes theories twilightiennes!

    Posté par Karine:), vendredi 20 novembre 2009 à 19:43
  • * Stephie, ENFIN quelqu'un qui l'avoue publiquement ! Parce que tu n'es pas la seule, mais on dirait que les autres ne l'assument pas
    (je précise quand même que je ne fais pas partie de ces lectrices-là. J'ai mes limites)

    * Fantômette, je te sens terriblement convaincue !

    * Karine, bon courage pour la séance ciné, euh, je veux dire, amuse-toi bien !!

    Posté par erzébeth, samedi 21 novembre 2009 à 20:32
  • Et bien moi, j'apprcéie la référence culturelle du titre du billet que je semble être la seule à avoir relevé dans ce dédale d'afficionados de Twilight auquel je suis parfaitement étrangère...

    Posté par Choco, dimanche 22 novembre 2009 à 14:14
  • Ouah mais c'est avec plaisir que j'ai lu ton billet (très long) mais j'adore !!! à quand un prochain sur une autre saga qui sort en France le 20 décembre (j'en donne un petit aperçu sur mon blog)?

    Posté par Hambre, dimanche 22 novembre 2009 à 15:06
  • * Choco, ahhhhh, heureusement que tu es là !!! Je savais bien que quelqu'un finirait par repérer le titre ! Et continue à rester étrangère à Twilight, tu n'y perds rien

    * Hambre, tu veux ma mort ? Je suis allée voir de quoi tu parles, je ne suis pas trop tentée (et la couverture française est hideuse), je préfère attendre que tous les livres sortent, pour me moquer d'un bloc

    Posté par erzébeth, dimanche 22 novembre 2009 à 20:37
  • ah ma petite erzebeth, j'adore tellemetn ton billet que je crois que je vais te pardonner pour samedi... et le pire c'est que je suis d'accord avec à peu près tout (nan tu t'es trompe, le beau-père de Bella est jouer de baseball professionnel et pas journaliste, quoi je pinaille !!!)doncx je disais tu as raison sur à peu près tout et bien entendu j'adooore cette sage (d'ailleurs j'ai lu les chapitres de midnight sun et signé la pétition tu pense...) j'adore avoir 15 ans à nouveau, être bête à manger du foin, me trouver insipide malgré toutes les évidences, et hésiter entre un vampire et un loup garou ***soupir***
    tu me pardonne si je te dis que je vis avec Pip en ce moment et que j'adore aussi ?????

    Posté par yueyin, mardi 24 novembre 2009 à 23:05
  • * Yue, heureusement que tu es là pour me corriger à propos du beau-père de Bella ! Quelle mauvaise lectrice je fais
    Je te pardonne tout, parce que j'aime ton enthousiasme, même quand il concerne des choses qui me plaisent moins (voire pas - exemple : Twilight, Jane Austen, Dr Who ).
    Puis si tu es avec Pip, alors là, je suis ENCHANTÉE ! Et je croise les doigts pour que tu l'aimes jusqu'au bout...!

    Posté par erzébeth, vendredi 27 novembre 2009 à 12:35
  • Arf, en même temps, c'est marrant, tout le monde critique Twilight et tout le monde a réagi à ce billet ! ^^
    Perso, j'ai juste vu le premier film (et encore, j'ai des circonstances atténuantes : une rage de dent et une magnifique coloc' québécoise de 17 ans).

    Je pense que t'as raison sur la longueur : les longues sagas, c'est surtout commercial maintenant (sachant que le SDA était prévu en 1 tome, mais bon la guerre et le manque de papier est passé par là...).
    Après, sur le côté "c'est tellement nul et pourtant je ne peux pas m'empêcher de tout lire", j'ai une amie qui a bien résumé la chose (je pense) : à la lecture, on est à la fois horrifiés devant tant de clichés... et en même temps, tellement heureuses d'avoir une couche de guimauve supplémentaire ! Après, c'est plus ou moins conscient...

    Bon, sinon, j'irai p'tetr voir le 2 au ciné, quand même. Un amérindien loup-garou, je trouve quand même ça super sexy comme idée...

    PS : Hello erzebeth, ô toi grande bloggeuse ! Ca fait un bail, hein...

    Posté par ArwenSW2, samedi 28 novembre 2009 à 17:58
  • Un seul mot : MERCI !!!
    Je n'avais aucunement l'intention de lire cette saga, encore moins de voir les films, et grâce à toi, je sais l'essentiel au cas où ce sujet interviendrait dans les dîners mondains (auxquels j'assiste naturellement très fréquemment ! ).
    PS : et tu dévoiles même le prénom du bébé vampire dans les comm', tu es parfaite !

    Posté par Tamara, lundi 30 novembre 2009 à 13:24
  • * Arwen, ce que ça fait plaisir de te revoir !!
    (et en plus, j'apprends au passage que tu es en coloc', mais alors, c'est la Québécoise qui est venue en France, ou l'inverse ?!)
    Beaucoup de lecteurs, en effet, ont conscience des défauts de la saga, mais il y a apparemment de bons côtés qui priment aussi (ils me sont un peu restés obscurs, je l'avoue). Si tu te contentes de voir les films sans lire ces abominables romans, je te pardonne tout
    (à condition, aussi, que tu te moques des films. Evidemment)

    * Tamara, mais oui, je trouvais ça important de tout raconter afin que les non-lecteurs puissent s'intégrer harmonieusement dans notre terrible société où il y a clairement deux clans : Ceux Qui Ont Lu, et Ceux Qui Ne Savent Pas. La vie est une jungle
    Le prénom du bébé est vachement moins drôle quand on n'a pas lu les romans, mais quand même, Renesmée, ça vole haut.

    Posté par erzébeth, mercredi 2 décembre 2009 à 14:20
  • Tout à fait savoureux! Surement bien plus que les pages commentées...

    Posté par La Nymphette, mercredi 30 décembre 2009 à 23:12
  • * La Nymphette, merci beaucoup ! Il faut dire que cette tétralogie est très inspirante, je n'ai que peu de mérite

    Posté par erzébeth, jeudi 31 décembre 2009 à 18:50

Poster un commentaire