N.u.l.l.e.

Nouvel Univers Lunatique et Lacunaire d'Erzébeth

samedi 28 novembre 2009

"Moi, cette femme, je l'aime plus que les abricots au sirop"

Figurez-vous qu'il m'est arrivé quelque chose d'adorable (non, je n'ai pas adopté de chaton, à mon plus grand désarroi).
Il y a quelques semaines de ça, ma sœur m'a tendu un paquet avec un air particulièrement inquiet.
"C'est pour ton anniversaire, qu'elle me dit (alors que l'événement remontait déjà à plus d'un mois), et c'est un livre." Sacré événement : elle ne m'en offre jamais, car vous comprenez, j'en ai déjà tellement, elle a toujours peur de se tromper, d'acheter un doublon.
Un sourire au coin des lèvres, je m'empare du paquet, commence à l'ouvrir. Il contenait L'ombre du vent, de Carlos Ruiz Zafon.
Je l'ai déjà lu (ce qu'elle ne pouvait pas savoir car, mes amis, aucune personne de ma famille ne connaît l'existence de blog, et entre nous : pourvu que ça dure). Je l'ai déjà lu, donc, mais je ne le possédais pas.
C'était tellement touchant que ma sœur ose m'offrir un livre que j'ai un peu menti, en disant que non, je ne l'avais pas lu, que c'était très chouette qu'elle me l'offre parce que j'en avais entendu beaucoup de bien (ça, c'est vrai), vraiment, merci beaucoup, tu as très bien choisi.

 

Je me suis dit que pour lui faire honneur (à ma sœur, au livre, à ce que vous voulez), j'allais le relire.
Il va de soi que je ne vais pas vous refaire un billet en bonne et due forme (en imaginant, d'ailleurs, qu'il existe un réel protocole à suivre, un peu de fantaisie ne fait pas de mal), puisque j'ai déjà tout raconté
il y a un certain temps
. L'histoire, depuis, n'a pas changé - remarquez, ça n'aurait pas été un mal de voir quelques modifications mais chut, c'est mon côté mauvaise langue qui ressort immanquablement.
Au premier abord, je dois reconnaître que cette relecture m'a permis d'apprécier un peu mieux certains points du roman, dont l'ambiance générale et l'écriture qui, sans être particulièrement travaillée, ciselée, permet au lecteur de voguer dans cette étrange histoire avec douceur. Oui, c'est agréable de suivre Daniel dans son apprentissage de la vie, dans sa découverte du monde, de voir toutes les figures plus ou moins fantasmées qu'il rencontre au fil de ses recherches risquées et maladroites. Avant tout, L'ombre du vent est une quête, à la fois personnelle et littéraire. Tout doucement, Daniel se fond dans cet homme-mystère qu'il cherche à saisir à travers les souvenirs de ceux qui l'ont connu. L'auteur s'est évertué à créer un parallèle ô combien symbolique entre ces deux-là (le jeune homme et l'écrivain oublié), déployant quelques passerelles entre ces deux vies (avec notamment le stylo qui aurait appartenu à Victor Hugo); on sent à quel point Ruiz Zafon a voulu lier ces deux destins en prouvant la force des mots et de l'amour, mais quelque chose reste coincée dans cette machine, il y a un moment où l'invraisemblance la plus totale l'emporte sur la volonté de raconter une belle histoire. Certains comportements demeurent incompréhensibles, comme si les personnages tenaient à souffrir, à se sacrifier, comme s'il n'y avait pas la possibilité de vivre une vie plus tranquille, plus douce que celle qu'ils se construisent (alors qu'en fait : si). Il aurait fallu alléger quelques traits caricaturaux (ah, ce Fumero de flic, devenu une pourriture jusqu'à la moelle, pourriture assoiffée de vengeance meurtrière, tout ça parce qu'il n'a pas eu la fille qu'il convoitait quand il était ado) (je schématise, mais j'ai le droit : l'auteur le fait aussi), il aurait fallu éviter quelques rebondissements pathétiques (le fameux lien de parenté, qui surgit au détour d'une révélation parce qu'il faut bien expliquer tout ce qui s'est passé avant, ah, je vous jure, ce lien de parenté... est ridicule), il aurait fallu aussi éviter d'écrire quatre épilogues, surenchère inutile typique de l'auteur qui veut tout raconter, qui ne veut pas laisser d'interrogations au lecteur, qui veut montrer que l'histoire continue, que le flambeau brûlera encore, toujours, tant qu'il y aura des gens pour sortir des histoires du Cimetière des Livres Oubliés. Ce dégoulinement de bons sentiments est agaçant.
L'ombre du vent n'est pas un mauvais roman, mais ses bonnes intentions et ses rebondissements boiteux nuisent à la qualité de l'ensemble. Il aurait fallu plus d'ambiguïté, plus de mystère, moins de fantastique. Mais lisez-le, si vous ne l'avez pas encore fait, lisez-le lors d'un trajet en train, ça vous permettra de vous concentrer sur autre chose que les conversations des voisins. Lisez-le un week-end un peu triste, lisez-le pendant les vacances de Noël si vous avez besoin d'une échappatoire, lisez-le en été si vous avez du mal à vous concentrer sur le bord de la plage. Lisez-le, ou ne le lisez pas, d'ailleurs. J'ai été contente de le relire, même si j'ai conscience que ce n'est pas un livre important.
Par contre, je maintiens ce que je disais dans mon premier billet : je suis toujours candidate pour être Gardienne du Cimetière des Livres Oubliés. Remarquez, je n'en suis pas si loin...

Pour ceux qui trépignent d'impatience à l'idée de lire un vrai billet concernant ce livre, je ne peux que vous renvoyez chez B-o-B.

Posté par erzebeth à 14:10 - lecture - Commentaires [17] - Permalien [#]

Commentaires

    commencé hier soir... ce gros pavé... mais au vu des quelques pages lues, il me semble bien parti pour figurer parmi mes coups de coeur...

    Posté par mazel, samedi 28 novembre 2009 à 14:41
  • Je te trouve dure, mais je ne peux que faire preuve d'honnêteté intellectuelle (rien que ça), et reconnaître que quelques grosses ficelles nuisent à la construction générale du roman et aux personnages qui pour le coup sont réjouissants.
    Mais c'est quand même un des romans les plus sympa que j'ai lu cette année.

    Posté par May, samedi 28 novembre 2009 à 16:29
  • Et bien moi, j'ai adoré !!! Et je trouve carrément trop dure !!!

    Posté par Lounima, samedi 28 novembre 2009 à 17:31
  • * Mazel, oui, c'est une histoire qui accroche l'attention, et c'est bon signe que tu sois déjà sous son charme ! Je te souhaite d'apprécier jusqu'au bout

    * May, non mais tu as raison, c'est vraiment une lecture sympa, et j'ai bien aimé relire ce roman, ça n'a pas été une corvée du tout. Mais je trouve quand même que l'engouement est légèrement disproportionné, même si je vois très bien ce qui a pu autant plaire dans le lectorat.

    * Lounima, je suis désolée, je suis vraiment si dure que ça ? Je n'ai pas fait exprès, je ne voulais pas le démolir, j'aurais dû insister plus aussi sur les bons côtés... Je comprends que tu aies aimé, oublie les aigris de mon genre, va

    Posté par erzébeth, samedi 28 novembre 2009 à 17:46
  • Je le commence demain

    Posté par Hambre, samedi 28 novembre 2009 à 18:05
  • Tiens, regarde ce qu'on en disait chez les rats :
    http://www.ratsdebiblio.net/ruizzafoncarlos.html
    Moi j'étais super enthousiaste et aujourd'hui je n'en ai plus un traite souvenir, alors tu vois... Et toutes celles qui mettaient des bonnes notes émettaient en même temps une légère objection.

    En tout cas c'est fort aimable de ta part de jouer les c'est super je ne l'ai pas lu merci beaucoup avec ta soeur

    Posté par Cuné, samedi 28 novembre 2009 à 18:09
  • C'était un joli geste de la part de ta soeur

    J'ai aimé ce livre mais il est vrai que je me suis posée la question de comprendre pourquoi il avait eu tant de succés ?

    Posté par anjelica, dimanche 29 novembre 2009 à 12:37
  • Ah, tiens, te rvlà !!!

    J'ignorais jusqu'à l'existence de Zafon jusqu'à ce qu'on m'offre "Le jeu de l'ange" (Il semblerait que Zafon soit un auteur qu'on offre). Si la première partie du roman m'a séduite (avec semble-t-il les mêmes ficelles que L'ombre du vent", mais contrairement à toi, je suis faite d'un bois tendre ), la seconde en revanche a fini par m'agacer de son trop de propension à la souffrance, de son méchant trop abject, de son les-livres-sont-notre-immortalité, blablabla...
    Je suis toujours triste de mes déceptions littéraires. C'est ici le cas.

    Posté par Fantômette, dimanche 29 novembre 2009 à 13:16
  • Ce qui a de bien dans ce livre, c'est qu'il a une suite qui pourrait très bien s'intégrer à un certain challenge...
    Comme je ne l'ai pas lu je vais raconter ma vie : moi aussi j'ai eu un livre en cadeau de ma soeur et moi aussi je lui ai dit : "Formidable, justement j'avais envie de le lire...". Mais là où nous histoires diffèrent, c'est que je ne l'avais pas encore lu et surtout je n'avais pas du tout envie de le lire. Et je me suis aperçue suite à ton billet, que je l'avais toujours et toujours pas ouvert depuis 2 ou 3 ans. C'est un livre d'Anna Gavalda Qu'il faudrait que je me décide à ouvrir un de ces jours...

    Posté par levraoueg, dimanche 29 novembre 2009 à 13:49
  • Je crois que je voulais écrire "ce qu'il y a de bien", mais je ne sais pas pourquoi mon clavier s'emballe parfois... et il fait des majuscules étranges... sacré ordi !

    Posté par levraoueg, dimanche 29 novembre 2009 à 13:53
  • Il m'attend, j'espère que je ne serai pas rebutée par les défauts que tu y as trouvés!
    Bon courage pour les cartons!

    Posté par Mo, dimanche 29 novembre 2009 à 21:34
  • Ben je vais le relire aussi, car en lisant "Le jeu de l'ange", je me suis apperçue que j'avais presque totalement oublié la trame de "L'ombre et le vent"... enfin bon, c'est pas le livre du siècle, mais je l'avais dévoré en trois jours, et ça fait du bien aussi des livres qui nous déconnectent à ce point du quotidien

    Posté par Cryssilda, dimanche 29 novembre 2009 à 22:43
  • Raaaaaaa c'est beau cette secrète démonstration d'amour fraternel! (ça existe un mot pour entre soeurs?)
    J'avais entendu les critiques du Masque et de la Plume descendre en flèche le Jeu de l'Ange, donc cet auteur ne me tente pas trop (ben oui, je fais ce qu'on me dit de faire)

    Posté par casanova, lundi 30 novembre 2009 à 08:37
  • Par rapport à ton futur poste : pourquoi, tu vas travailler aux archives ?!
    Et je partage ton avis sur ce livre. Je me suis demandé plusieurs fois pendant sa lecture pourquoi il avait tellement enflammé la blogosphère. Je l'avais trouvé pas mal sans plus, et j'étais restée sur ma faim. Mes souvenirs datent un peu, cela dit.

    Posté par Melanie B, lundi 30 novembre 2009 à 13:10
  • (Bon courage à toi !!)

    Posté par Cuné, mardi 1 décembre 2009 à 06:38
  • @Levraoueg : n'écoute pas les intellos bien-pensants, Gavalda est formidouble. Un baiser sur le front les jours de chagrin.

    @Casanova : sororal (pour une fois que je sais un truc, je le crie haut et fort !!)

    Posté par Fantômette, mardi 1 décembre 2009 à 18:46
  • * Hambre, j'espère que tu l'as terminé depuis !
    (dit celle qui l'a lu en pratiquement dix jours...)

    * Cuné, merci de ressortir ces avis-là, preuve que je ne suis pas en décalage total !
    Et tu aurais vu le visage inquiet de ma soeur, honnêtement, c'était impossible de lui dire la vérité Surtout que ça me faisait quand même plaisir de le relire (et ça va l'encourager à me refaire des cadeaux-livres, maybe !).

    * Anjelica, voilà, je suis comme ça : j'ai apprécié, mais avec modération. Mais pas de quoi regretter la lecture non plus !

    * Fantômette, je comprends que tu sois triste, mais allez, va, il y aura d'autres meilleures rencontres... Ce petit Ruiz Zafon est légèrement surestimé, il est tout gentil, tout mignon... Bon. Je te souhaite de plus apprécier le prochain livre qu'on t'offrira !

    * Levraoueg, un challenge, hum, mais où ça donc ?! Je vais passer mon tour, je ne peux officiellement pas lire un roman qui s'appelle "Le jeu de l'ange", rien que de l'écrire, je frissonne.
    Dis, c'est quel Gavalda que tu as reçu ? "La consolante" ? Tu sais qu'il est merveilleux ? Ta soeur serait tellement contente de voir que tu l'as lu !
    (les ordinateurs ont parfois un libre-arbitre très prononcé, le mieux est de ne pas les froisser, et les laisser faire...)

    * Mo, hum, je suis curieuse de savoir ce que tu en penseras ! Je suis parfois trop intransigeante, peut-être que tu le seras moins...
    Les cartons et moi-même te remercions !

    * Cryssilda, entièrement d'accord, parfois les livres permettent de créer une bulle un peu hors-temps, hors-vie, et oui, ça fait du bien. Que le roman soit un chef-d'oeuvre ou non

    * Céline, oui mais d'autres critiques l'ont fatalement encensé ailleurs. Alors, qui croire, qui écouter ? (quel cruel dilemme, pardon, je suis infâme)
    Pour ta devinette de vocabulaire, hélas, Fantômette m'a devancée (pour une fois que je savais répondre, moi aussi !!).

    * Melanie B, non, pas exactement les archives, et puis après, tout dépendra de mon lieu d'affectation, mais je peux croiser quand même de très beaux Livres Oubliés

    * Cuné, MERCI ! J'ai justement déménagé hier. Pfiouuu.

    * Fantômette, quelle belle image, celle du baiser sur le front ! J'aime beaucoup. Et j'appuie ton avis : oui, Gavalda fait du bien. Un petit bonbon magique.

    Posté par erzébeth, mercredi 2 décembre 2009 à 14:32

Poster un commentaire