N.u.l.l.e.

Nouvel Univers Lunatique et Lacunaire d'Erzébeth

mercredi 2 juin 2010

« Le tableau est un seuil »

Je ne sais pas si vous êtes comme moi, à vous sentir bête parfois quand vous visitez un musée.
Vous vous retrouvez devant un tableau, ça arrive généralement devant un tableau connu, réputé, et vous vous dites "Ah".
C'est pas possible, là, quelque chose m'échappe, c'est qu'une fille habillée en noir qui n'ose même pas sourire franchement, elle est où, l'émotion ?
Et vous êtes frustré, parce que vous sentez clairement qu'avec des explications, avec une remise en contexte historique, vous comprendriez. Vous n'aimeriez pas forcément plus (quoique), mais vous saisiriez pourquoi ce tableau, plus qu'un autre, a accroché le regard pendant des années (des siècles).

Avide de comprendre ce qui se passe autour de moi, ma curiosité a été comblée avec ce livre-ci :

Comment regarder un tableau
Françoise Barbe-Gall
édition du Chêne, 2008 – 311 pages

http://ww2.ac-poitiers.fr/arts_app/IMG/jpg/f_barbe_gall.jpg

Un bel objet, tout d'abord, qui donne envie de s'en approcher, de se l'approprier. Étant sensible au charme de la Jeune fille à la perle, j'imagine que ça a dû jouer dans mon premier contact avec le livre... mais l'intérieur est à la hauteur. Les pages glacées mettent en valeur les tableaux représentés, et tout un jeu de couleurs nous mène vers différents types de perceptions possibles lorsqu'on se retrouve face à un tableau.
L'introduction, déjà, met en confiance :

« Mais la peinture intimide : célèbre ou non, un tableau possède une aura qui n'échappe à personne et qui, selon les cas, attire ou déconcerte le spectateur en lui donnant le sentiment que sa première impression, aussi forte soit-elle, pourrait être dépassée, approfondie. »

« Le spectateur le moins averti peut cependant saisir l'atmosphère générale d'un tableau. Et ce qu'il en perçoit ne saurait être sous-estimé. Aussi candide puisse-t-elle paraître, y compris à ses propres yeux, sa réaction est toujours une réponse valide à ce que l'œuvre propose. »
(c'est moi qui souligne)

Voici donc un ouvrage qui se met à la portée de tous, et qui tient ses engagements d'un bout à l'autre. Le principe est assez simple : les tableaux sont répartis selon de grands axes sensibles (comme par exemple Dépasser le choc du premier regard, ou Contempler un monde sublime) et sont ensuite analysés avec attention et humanité.
La présentation est parfaite, d'une clarté infinie pour les néophytes de mon genre. Prenez une double page. Sur celle de gauche, le tableau en son entier. Sur la page de droite, en-dessous de sa présentation (peintre, époque, support et matériel, lieu d'exposition) commence une analyse toute en finesse, qui s'étend sur 3-4 pages - ces dernières étant entrecoupées de parcelles agrandies du tableau, des détails sur lesquels l'auteure voulait mettre l'accent. Puis, pour clore cette petite étude sensible (F. Barbe-Gall y mêle des impressions imaginaires, extrêmement pertinentes par ailleurs), une page est consacrée à une étude plus universitaire du tableau - et apporte précisions sur le peintre, ou l'époque, ou sur le genre pictural représenté. Et cela sans jamais tomber dans la niaiserie ni dans la suffisance. Un régal.

L'auteur ne présente pas non plus sa pensée comme la seule valable, le lecteur & spectateur est tout à fait libre d'apporter son propre ressenti à ce qu'il lit, mais ce qu'il y a de formidable, c'est que l'explication éclaire vraiment l'œuvre d'un jour nouveau.
J'ai aimé apprendre sur des œuvres que je découvrais parfois, je suis même restée concentrée face aux tableaux d'inspiration biblique (parce que j'ai appris que certaines ombres, certains gestes, certaines lumières en disaient bien plus sur la vérité du tableau que la scène représentée), j'ai bu les éclairages concernant Vermeer, Monet, Constable, j'ai découvert que Kandinsky et Rothko pouvaient m'émouvoir, j'ai été renversée par Le Printemps, de Botticelli :

botticelli_primavera

Tableau qui fourmille de références (qui me passaient au-dessus de la tête, évidemment), d'espoirs en transit, et d'une douce mélancolie.
« Vénus, au centre, ne préside pas seulement à l'aimable réunion. Elle veille à la justesse de sa mise en scène, répartit d'un côté et de l'autre les natures et les rythmes contraires. Elle assure l'équilibre des forces opposées et d'une indispensable complémentarité : l'action instinctive de la nature à sa gauche, puis, à sa droite – c'est dans cette direction qu'elle s'incline et lève la main – la fluidité ininterrompue du temps. »

Comment regarder un tableau est une bonne introduction à l'analyse picturale, j'ai picoré l'ouvrage avec un goût de miel dans la bouche, c'est intelligent et à la portée du profane, je recommande vivement à ceux qui seraient curieux de voir quelques tableaux décryptés.

Posté par erzebeth à 10:00 - lecture - Commentaires [20] - Permalien [#]

Commentaires

    Je note, je note, je note ! Cet ouvrage a l'air très intéressant. Un tableau avec des explications, même s'il ne nous plaît pas, est toujours plus intéressant. Et puis si c'est compréhensible, c'est encore mieux.

    Combien de tableaux sont présentés dans cet ouvrage ?

    Posté par Caro[line], mercredi 2 juin 2010 à 11:52
  • Dans le même genre, je ne peux m'empêcher de te conseiller deux auteurs que tu connais peut-être déjà: d'abord l'histoire de l'art de Gombrich, chez Phaidon, un grand classique; et ensuite Daniel Arasse, dont j'ai lu "Histoires de peintures" et "On n'y voit rien", les deux parus en Folio si je ne me trompe pas, les deux lumineux, précis, enjoués, intelligents, érudits, fins... Un must!

    Posté par Mo, mercredi 2 juin 2010 à 13:01
  • Je me sens comme un quiche quand je vais dans un musée alors peut-être que si je me documentais bien avant ça serait plus chouette

    Posté par Kikine, mercredi 2 juin 2010 à 14:25
  • J'ai eu pas mal de cours d'histoire de l'art au début de mes études, mais je fais malheureusement partie des gens qui sont souvent démunis face aux oeuvres. Je connaissais ce titre de nom, et il faudrait que j'y jette un oeil. Sinon, j'utilise presque toujours les guides-audio proposés dans les musées, ils sont d'un grand secours.

    Posté par Lilly, mercredi 2 juin 2010 à 16:34
  • Ce livre a l'air chouette ! comme Mo, j'adore les livres de Daniel Arasse, à la fois drôle et érudit(je me rappelle bien d'une étude du (très long) cheveu chez Marie-Madeleine ). En plus léger et anecdotique, j'aime bien aussi les livres qui compilent les tableaux autour d'un thème - figures de saints par ex (j'en ai un aussi sur les scènes autour de la nourriture, les allégories des aliments... qui est très bien) ; ça permet de se repérer dans les sujets traités (plus que dans l'histoire de l'art, certes).

    Posté par rose, mercredi 2 juin 2010 à 17:28
  • Alors ça je note très précieusement. J'ai vraiment besoin de ce genre d'ouvrage. Je me permets de plussoyer Mo et Rose sur Gombrich et Arasse (TOUT Arasse, il est merveilleux)

    Posté par casanova, mercredi 2 juin 2010 à 20:12
  • j'ai eu la chance au court d'une visite ily a longtemps d'avoir une guide qui nous expliqué beaucoup de choses sur comment regarder un tableau. Et c'est vrai que l'on découvre une foule de détails et de significations incroyables.

    Posté par Choupynette, mercredi 2 juin 2010 à 20:30
  • Si tu veux me le prêter, je dirai pas non.

    Posté par Ofelia, mercredi 2 juin 2010 à 21:20
  • Je suis comme toi, les grands classiques de la peinture me sont souvent impénétrables et c'est super frustrant de savoir que c'est par manque de culture picturale et faute d'avoir appris à regarder un tableau (enfin certains styles). Ce bouquin a l'air passionnant et si j'avais le temps de plonger dans cet univers inconnu, je me jeterais sur ce livre...

    Posté par choco, jeudi 3 juin 2010 à 18:22
  • Oh voilà qui me dit bien ! Je suis une quiche en peinture, pour parler élégamment. J'ai toujours l'impression de ne pas savoir étudier un tableau "comme il faut", ou en tout cas de ne pas savoir le décrypter, de ne pas avoir les connaissances pour ça. Et rien de pire que d'arriver devant un "chef-d'oeuvre" et de ne rien ressentir. Même si évidemment, on n'est pas obligé d'aimer les chefs-d'oeuvre.
    Il y a combien de tableaux étudiés dans le livre ?

    Posté par Louise Paradise, jeudi 3 juin 2010 à 23:31
  • * Caro[line], oui, c'est génial pour ça, ce décryptage permet vraiment de regarder différemment des tableaux qui nous seraient passés au-dessus de la tête.
    Combien de tableaux de présentés ? Zut, je ne sais plus guère. Une cinquantaine, environ (mais je dis ça presque au hasard, je n'ai JAMAIS su chiffrer quoi que ce soit)

    * Mo, tu es merveilleuse ! Merci, merci pour ces références ! Car je ne connais pas du tout, figure-toi, et que ça m'intéresse d'en apprendre plus. Je note ça précieusement !!

    * Kikine, on a le même rapport aux musées, alors
    Mais sinon, il y a les audioguides aussi, et parfois il y a de bonnes explications d'écrites à côté des tableaux, ça aide un peu aussi...

    * Lilly, je n'ai jamais testé les audio-guides, parce que je craignais que ça fausse un peu la visite - puis je ne sais pas rester concentrée longtemps, alors si le gars parle mollement dans mon oreille, ce n'est guère possible. Alors je me contente de noter certains noms, certains titres, sur un bout de papier et de faire des recherches chez moi (quand j'y pense). Je testerai quand même un audio-guide, à une expo dont le sujet m'intéresse beaucoup (ça m'aidera à rester concentrée).

    * Rose, ah mais c'est très bien un regroupement par thèmes, ça permet de survoler plusieurs périodes et d'avoir une idée de l'exploitation de la thématique, tiens, je vais fouiner par là aussi !

    * Casanova, si tu plussoies Mo, je n'ai plus guère le choix. Je vous fais entièrement confiance. Les yeux fermés.

    * Choupynette, quand le guide est passionné par ce qu'il fait et qu'il partage des tas de petites choses, ça doit être génial ! Et ça cultive l'envie de se rendre dans les musées

    * Ma merveilleuse Ofelia, comme je te l'ai dit, hélas, triple hélas, c'était un emprunt de bibliothèque. Tiens, un jour, il faudra que je te demande si tu es inscrite à une quelconque bib, d'ailleurs.

    * Choco, le temps, tu le trouveras quand ton envie s'amplifiera, c'est ce qui m'est arrivé
    Ces éclairages font du bien, on apprend tout en ayant l'impression de s'amuser, je conseille vraiment !

    * Louise Paradise, entièrement d'accord avec tout ton commentaire (enfin, je ne dis pas que oui, tu es une quiche, mais : je pense les mêmes choses à mon égard). Je ne sais pas pour le nombre de tableaux, entre 40 et 50. Ou moins ? Je n'ai jamais su compter.

    Posté par erzébeth, dimanche 6 juin 2010 à 11:10
  • j'aime beaucoup l'idée, du coup je note tout ce livre et les references de Mo )) c'est partiiii!

    Posté par yueyin, dimanche 6 juin 2010 à 20:51
  • Je vois que tu confirmes tout le bien que j'ai entendu à propos de ce livre. Sinon, d'un point de vue pratique, je recommande les audio guides POUR ENFANTS (celui de la tapisserie de Bayeux, par exemple est formidable) ou le squat de visites guidées pour groupes d'enfants (au MAM, en particulier).

    Posté par Fantômette, dimanche 6 juin 2010 à 21:06
  • * Yue, ah je suis sûre que ça t'éclaterait en plus ! Et avec un peu de chance, Cabanis aura ça dans ses rayons

    * Fantômette, squatter une visite pour enfants, c'est trop difficile pour moi, ça signifie : supporter les enfants. Ceci dit, la dernière fois que je suis allée à Orsay, une guide a présenté une sculpture à des petits alors que j'étais assise juste à côté, et en cinq minutes, elle leur a montré plein de trucs que je n'avais pas vus. Donc je retiens malgré tout ta fort bonne idée

    Posté par erzébeth, lundi 7 juin 2010 à 17:25
  • Je te le dis ! Les tableaux du douanier Rousseau expliqués aux enfants au MAM : pas un qui moufte, et vas-y que je te cherche le petit singe, et vas-y que je te dessine le tigre caché. Et d'un coup, je me suis mise à aimer ces curieux tableaux.

    Posté par Fantômette, lundi 7 juin 2010 à 22:03
  • * Fantômette, arrête, tu vas me donner réellement envie ! Le Douanier Rousseau a une peinture très étrange, mais c'est un étrange qui m'attire. Il y a d'ailleurs un de ses tableaux décortiqués dans ce livre, "L'enfant à la poupée" :
    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/5e/Rousseau_L%27Enfant_%C3%A0_la_poup%C3%A9e_Orangerie_RF1963-29.jpg
    Et ça me fait un peu penser à Diego Rivera, qui me fait fatalement penser à Frida Kahlo, et hop, la boucle est bouclée, l'art, c'est merveilleux

    Posté par erzébeth, jeudi 10 juin 2010 à 21:19
  • Je connais la version "Comment parler d'art aux enfants ?" de la même. Ce livre me fait bien envie. J'ai le même problème face aux œuvres dans les musées et je dois à mon inculture un grand moment de ridicule au Louvre, face à un tableau de Friedrich. Mais je vais t'épargner le récit très ennuyeux de ce grand moment, je ne voudrais pas casser l'ambiance.

    Posté par Isil, mardi 15 juin 2010 à 15:17
  • * Isil, si tu repasses par ici, je t'avoue que je serais bien curieuse de connaître ton anecdote Vas-y, tu ne crains rien, il n'y a que moi qui lis tous les commentaires; et je saurai garder le secret )

    Posté par erzébeth, mercredi 16 juin 2010 à 22:08
  • Je vais dire quelque chose qui ne va pas apporter grand chose ici : je suis tout à fait d'accord avec toi !!

    Posté par Emeraude, dimanche 27 juin 2010 à 11:06
  • Quand je me sens bête devant un tableau

    Je pense à un passage d'un film idiot avec Jane Birkin et Gérard Jugnot qui campait son garde du corps amoureux... Ils visitaient une galerie d'art contemporain et Jugnot était perplexe devant le livre d'or où il s'est finalement décidé à écrire "bien peint" ce qui prouve qu'il y a encore largement plus bête que moi devant un tableau (même si c'est au cinéma)

    Posté par Cécile 2 Quoide9, lundi 26 juillet 2010 à 15:57

Poster un commentaire