N.u.l.l.e.

Nouvel Univers Lunatique et Lacunaire d'Erzébeth

mercredi 21 juillet 2010

« Ce qu'elle a de plus ou de moins, je ne sais...

... Simple fleur poussantAu-delà de l'enclos »(haïku de Thierry Cazals, cité dans le roman) On est tous plus ou moins engoncés dans des certitudes que l'on ferait bien de tempérer de temps en temps. Par exemple, j'étais persuadée que j'aimerais Philippe Jaenada, le jour où j'ouvrirai enfin un de ses romans. Mais en attendant ce jour-là, je n'ai jamais pensé qu'il pourrait me décevoir, que je pourrais ne pas être convaincue, que je pourrais être agacée par ses légendaires parenthèses.Bien qu'il faille généralement se méfier de cette... [Lire la suite]
Posté par erzebeth à 10:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]

lundi 19 juillet 2010

« Grands dieux, vous ne pouvez donc jamais agir comme tout le monde ? »

Tante Mamede Patrick Dennis (Auntie Mame : an Irreverent Escapade - 1955)Flammarion, 2010 (1ère édition française, Salvy Editeur, 1994)traduction d'Alain Defossé, 382 pages Quelle plaie, la famille. Il n'y a vraiment qu'Oliver Twist pour prétendre qu'il y a des désavantages à être orphelin. C'est un peu ce que doit penser Patrick, le narrateur de ce roman, quand il se retrouve envoyé chez sa mystérieuse tante Mame, après la mort de son père. L'étrange femme, légèrement fantasque, vit à New York dans une demeure luxueuse, entourée... [Lire la suite]
Posté par erzebeth à 10:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
jeudi 8 juillet 2010

« Vous êtes la nouille croustillante dans la salade de la vie »

La passerellede Lorrie Moore (A Gate at the stairs, 2009)Éditions de l'Olivier, 2010, 361 pagestraduction de Laëtitia Devaux « La vie était insupportable, et pourtant tout le monde la supportait. »Une fois qu'on l'a rencontrée, on peut difficilement oublier Esther Greenwood; figurez-vous que je lui ai trouvé un genre de grande sœur, un double littéraire qui aurait vécu à notre époque.Tassie quitte la ville de son enfance, un endroit où il ne se passe rien, pour faire ses études dans un lieu un peu plus civilisé où elle va, pour sa... [Lire la suite]
Posté par erzebeth à 09:30 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
lundi 28 juin 2010

« Pour réduire ce feu, il faudrait le déluge »

Déluged'Henry BauchauActes Sud, mars 2010170 pages Il y a quelque chose d'émouvant à tenir entre ses mains ce qui sera sans doute le dernier roman publié du vivant d'un auteur. Henry Bauchau, 97 ans, ne change pas; il continue de graviter autour des thèmes qui lui sont chers, et qui ont alimenté son oeuvre et sa vie. Ne me demandez pas une présentation formelle de Déluge; ma lecture un peu brouillonne remonte il y a plusieurs semaines. J'ai lu ce Déluge comme chacun des autres livres qui me passent sous les yeux - un crayon à... [Lire la suite]
Posté par erzebeth à 10:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
mercredi 2 juin 2010

« Le tableau est un seuil »

Je ne sais pas si vous êtes comme moi, à vous sentir bête parfois quand vous visitez un musée.Vous vous retrouvez devant un tableau, ça arrive généralement devant un tableau connu, réputé, et vous vous dites "Ah".C'est pas possible, là, quelque chose m'échappe, c'est qu'une fille habillée en noir qui n'ose même pas sourire franchement, elle est où, l'émotion ? Et vous êtes frustré, parce que vous sentez clairement qu'avec des explications, avec une remise en contexte historique, vous comprendriez. Vous n'aimeriez pas... [Lire la suite]
Posté par erzebeth à 10:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
lundi 31 mai 2010

« Un grumeau de farine dans la pâte à crêpes de l'univers »

Quatrième étagede Nicolas AncionLe grand miroir, 2006 – Pocket, 186 pages « Louise vit seule dans son appartement vieillot et, quand le tram pénètre sous la gare du Midi, elle se dit que vivre seule c'est un peu comme vivre tout court, c'est la manière dont on regarde les choses qui fait la différence. » (quand j'étais petite, j'avais des lunettes de soleil teintées en rose; je les ai perdues depuis) On pourrait dire que c'est une histoire qui se passe en hauteur, et pourtant, ce que j'en retiens, c'est la noirceur des caves et... [Lire la suite]
Posté par erzebeth à 10:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

mercredi 26 mai 2010

La balle perdue

(titre du premier chapitre) Une prière pour Owende John Irving (A prayer for Owen, 1989)traduction de Michel Lebrun pour les éditions du Seuil, 699 pages « Je pense que sa voix vient du démon !- C'est stupide ! s'insurgea ma grand-mère. Stupide de croire que sa voix vient de Dieu ou du diable ! Elle vient du granit, voilà d'où elle vient ! Depuis qu'il est bébé, il respire toute cette poussière ! C'est ça qui a détruit sa voix et paralysé sa croissance ! » ... « IL Y A TROIS CHOSES DONT JE SUIS SÛR. JE SAIS QUE MA VOIX NE... [Lire la suite]
Posté par erzebeth à 09:00 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
lundi 24 mai 2010

« Les crimes entraînent leur propre châtiment »

La dame en blancWilkie Collins (The woman in white, 1860)traduction de L. Lenob, Phébus Libretto, 554 pages Il y a des fois, comme ça, où on ne sait pas par quel bout commencer. Alors on papillonne, on cherche l'inspiration dans une tasse de thé, dans les cris des enfants qu'on entend jouer dehors (c'est poétique, n'est-ce pas), et finalement on se retrouve à fureter dans les billets déjà écrits, jusqu'à ce qu'on relise cette phrase de cette chère Renarde : "L’impression générale que me laisse ce livre est similaire à... [Lire la suite]
Posté par erzebeth à 10:10 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
lundi 10 mai 2010

C'est un homme féroce, impitoyable, un loup

Les Hauts de Hurle-Vent d'Emily Brontë (Wuthering Heights, 1847)Livre de poche, affreuse édition de 1965, traduction de Frédéric Delebecque441 pages Je propose qu'on fasse comme si je n'avais relu Les Hauts de Hurle-Vent le mois dernier.Parce que, comme lors de ma première lecture de ce roman (je pense que j'étais mineure à l'époque, oh mon dieu, voilà qui nous fait remonter au moins à sept ans en arrière !) (ceci juste pour énerver celles qui se croient vieilles) (je suis plus vieille que vous), je disais donc, comme lors de ma... [Lire la suite]
Posté par erzebeth à 09:00 - - Commentaires [33] - Permalien [#]
lundi 26 avril 2010

« Tu me manques mon amour et je ne sais pas le dire »

C'est une histoire qui a commencé un samedi de juin, l'année dernière. Comme toujours lors de ce festival littéraire toulousain, la ville rose affiche des températures scandaleuses, insupportables. Même en fin de journée. Quelques happy few (que je laisse dans l'anonymat par simple paresse de mettre les liens vers leurs blogs respectifs) et moi-même sommes là pour écouter Bernard Giraudeau lire des extraits de son dernier roman, Cher amour.Un coup de foudre. L'écouter devient un voyage en soi, une rêverie exotique bercée par ses mots... [Lire la suite]
Posté par erzebeth à 09:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]