N.u.l.l.e.

Nouvel Univers Lunatique et Lacunaire d'Erzébeth

mercredi 21 avril 2010

« L'espérance sourit à l'effort courageux »

Devant vos yeux ébahis, je vais vous parler d'un livre pour lequel mes souvenirs sont déjà nébuleux alors que ma lecture est toute récente. Je ne sais pas si ça nous renseigne sur la qualité du livre, ou sur celle de ma mémoire. Je vous laisse juges. Le professeurde Charlotte Brontë (1857; The Professor)L'imaginaire Gallimard, 1949 pour la traduction d'Henriette Loreau319 pages « et je maintiens mon dire : un homme qui endure patiemment ce qui devrait être insupportable, n'est qu'un fossile et rien de plus. » Si vous avez... [Lire la suite]
Posté par erzebeth à 08:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]

lundi 12 avril 2010

Ce Freud, qui est-ce ? Un passager ?

Le titre n'a aucun rapport avec ce qui suit, mais si je n'ai plus le droit de me faire plaisir sur mon propre blog, où allons-nous ? Il y a longtemps, je me souviens que c'était un mercredi (et je me souviens par-fai-te-ment de cette journée, je peux la raconter à qui veut), je suis allée à une rencontre organisée par la médiathèque de mon ancienne ville. Il y avait trois auteurs, dont une qui ne m'intéressait pas du tout, Anne Perry (la plus grande fierté de ma vie, avoir passé plus d'une heure dans la même pièce qu'Anne Perry,... [Lire la suite]
Posté par erzebeth à 08:00 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
mercredi 31 mars 2010

« N’envoie jamais demander pour qui sonne le glas : il sonne pour toi. » (John Donne)

Il n'y aura pas de billet à proprement parler sur Pour qui sonne le glas (Hemingway, 1940), mais je n'avais pas non plus envie de passer ma lecture sous silence.Il y est question d'amour et de guerre. D'un pont à faire sauter, en Espagne, pendant la guerre civile. Un acte presque suicidaire, un sacrifice humain pour tenter de sauver un pays. Si l'Américain qui dirige cette attaque n'avait que ce sujet de préoccupation, cela irait; sauf qu'il tombe amoureux de cette Espagnole, qu'il est partagé entre cette bataille cruciale et un amour... [Lire la suite]
Posté par erzebeth à 14:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
mardi 19 janvier 2010

ES MUSS ALLES ANDERS WERDEN

(traduction approximative : Tout doit changer. Mo, corrige-moi au besoin) Les mains rougesde Jens Christian Grondahl (Rode Haender, 2006)traduit du danois par Alain GnaedigGallimard, 2009 Il se trouve que j'accepte rarement qu'un livre voyage jusque chez moi, selon les traditionnels prêts organisés dans la blogosphère littéraire, et ce pour diverses raisons. Éprise de folie et d'aventure, j'ai accepté de recevoir Les mains rouges - livre qui devait d'abord passer chez d'autres bloggueuses avant de me parvenir. Les billets étaient... [Lire la suite]
Posté par erzebeth à 09:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
vendredi 15 janvier 2010

Pendant ce temps, à Yoknapatawpha

Une rose pour Emily et autres nouvellesun faux recueil initialement écrit par William Faulknermais pour faire de l'argent, on a séparé quatre nouvelles et on les a vendues à 2 €129 pages traduites par l'habituel Maurice-Edgar Coindreaumais aussi par R.-N. Raimbault et Ch.-P. Vorce Ainsi en va toujours de cette affreuse collection Folio à 2€ : on a la sensation d'avoir été dupé. En général, il faut bien le dire, les nouvelles qu'ils publient sont assez mineures, ou peu représentatives d'un auteur (c'est donc un mauvais choix pour... [Lire la suite]
Posté par erzebeth à 09:00 - - Commentaires [29] - Permalien [#]
lundi 11 janvier 2010

« Rien de saint ne tombe du ciel »

Un mardi pluvieux, alors que je portais innocemment une jupe (ce détail n'a aucun intérêt pour la suite de l'histoire, mais c'est tellement rare que j'en mette que je voulais le souligner) et que je rentrais sans aucune arrière-pensée dans une librairie (aucun mensonge dissimulé dans ce bout de phrase, promis), la personne que j'accompagnais, appelons-la Rochefort pour des raisons de commodité, s'est tournée vers moi en me disant "Je t'offre un livre.""Non."J'ai été Miss Négation de 1996 à 1999, croyez-moi, quand... [Lire la suite]
Posté par erzebeth à 09:00 - - Commentaires [26] - Permalien [#]

lundi 4 janvier 2010

Têtu, brutal et imprévisible

Le faucon de MalteDashiell Hammett (The maltese falcon, 1929)Gallimard, 1950, traduction d'Henri RobillotFolio policier, 232 pages Si vous rechignez pour un rien, si vous ne savez pas ce que vous voulez, si vous vous plaignez du froid, de la foule, de petits détails insignifiants, je vous conseille une petite escapade au pays des détectives au visage en forme de V, où rien ne vous fera froncer les sourcils, pas même la mort suspecte de votre associé lors d'une nuit épaisse.Le faucon de Malte est d'une efficacité redoutable contre... [Lire la suite]
Posté par erzebeth à 09:00 - - Commentaires [29] - Permalien [#]
lundi 28 décembre 2009

« Tous les génies sont des ivrognes »

(mais l'inverse ne fonctionne pas) Le PostierCharles Bukowski (Post office, 1971)traduction de Philippe Garnier, Grasset, 1986208 pages « Mais je pouvais pas m'empêcher de penser, bon dieu, tout ce que ces facteurs font c'est amener leurs lettres et tirer leur coup. C'est le boulot qu'il me faut, oh oui oui oui. » Ce qu'on se crée comme illusions, quand même.Henry Chinaski est un pauvre raté parmi tant d'autres, avec ceci de différent qu'il n'a pas encore renoncé. Renoncé à quoi, me direz-vous ? Mais, à ressentir. A être... [Lire la suite]
Posté par erzebeth à 09:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
lundi 21 décembre 2009

« Il ne faut jamais faire confiance aux miroirs »

Coralinede Neil Gaiman (2002)Albin Michel, 2003, pour la traduction française d'Hélène Collonj'ai une édition France Loisirs, mais chut, je l'ai acheté dans un vide-grenier, je suis pardonnéeet elle fait exactement 145 pages « Il est étonnant de constater à quel point notre personnalité dépend du lit dans lequel nous nous réveillons le matin. Étonnant, aussi, comme cette personnalité peut être fragile. » Le pire souci de Coraline n'est pas d'avoir un prénom que personne ne prononce correctement, mais plutôt de s'ennuyer. Ses... [Lire la suite]
Posté par erzebeth à 09:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
lundi 14 décembre 2009

Toute l'obstination du malheur ruisselant d'une source unique

Monterianod'E.M. Forster (Where Angels Fear to Tread, 1905)Plon, 1954, pour la traduction de Charles Mauron10/18, 253 pages, plus édité actuellement Premier roman d'Edward Morgan Forster, Monteriano oscille en permanence entre l'Angleterre intransigeante et l'Italie plus sentimentale que cérébrale. Lilia, une jeune veuve qui vit avec sa belle-famille et sa fille, part en voyage en Italie avec Miss Abbott, espérant ainsi découvrir un pays dont son beau-frère ne fait que vanter les mérites depuis l'un de ses propres voyages : « Et... [Lire la suite]
Posté par erzebeth à 09:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]