N.u.l.l.e.

Nouvel Univers Lunatique et Lacunaire d'Erzébeth

jeudi 17 avril 2008

Le plus simple quand on n'a pas envie, c'est de ne pas se forcer

(du moins quand ça reste du domaine du possible) « Penser est toujours difficile, c'est un entraînement, une conquête. » (p. 103) « Pour Kant, le contenu est rare et il est grave, politique ou religieux, toujours étayé scientifiquement. Aujourd'hui, les bavardages les plus anodins, les informations non vérifiées, les affirmations à l'emporte-pièce et les réactions épidermiques peuplent nos sites, messageries et forums. Nous pourrions retirer de cette analyse peut-être un peu de circonspection : quand faut-il parler ? se taire ?... [Lire la suite]
Posté par erzebeth à 12:12 - - Commentaires [22] - Permalien [#]

jeudi 3 avril 2008

Le plus simple quand on est fatigué, c'est d'aller se coucher

Avouez que cette logique est effrayante de logique. C'est pourquoi je vais déserter cet endroit un petit moment, combien de temps je ne saurais le dire, on ne sait jamais, ça peut durer trois jours comme trois semaines, tout dépend de ce qu'on a à dire et de ce qu'on a envie de dire (si, si, il y a une nuance), ce que je sais pour l'instant, c'est que j'ai d'autres choses à faire, à organiser, à vivre, et que je reviendrai plus tard. Je sais qu'il ne sert à rien d'expliquer, de justifier, que ce billet en lui-même ne sert à rien,... [Lire la suite]
Posté par erzebeth à 19:19 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
jeudi 3 avril 2008

La manie de la dernière page

Le librairede Régis de Sa Moreira (2004)Livre de poche, 2006 * * * « - C’est un scandale !... J’ai acheté ce livre il y a deux jours et il est déjà fini !- Ce n’est pas de ma faute si vous ne savez pas lire…- Quoi ?... Espèce de sale libraire !- Espèce de sale client ! » (deux enfants qui jouent au libraire et au client, dans la librairie) Il y a des livres dont on entend tellement parler qu'on ne sait plus si on a vraiment envie de les lire, s'ils ont vraiment quelque chose à nous apporter. Il y a des livres qu'on voit... [Lire la suite]
Posté par erzebeth à 13:48 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
mardi 1 avril 2008

Kafkaïen

Epépéde Ferenc Karinthy (1970)traduction du hongrois par Judith et Pierre Karinthy(Denoël, 2005) * * * "C'était supposé illustrer l'angoisse de l'homme moderne, la déshumanisation des cités, et lors du débat qui suivait il y avait toujours quelqu'un pour prononcer gravement l'adjectif kafkaïen." C'est dire si mon titre de billet est original; cette phrase est issue de la préface (d'Emmanuel Carrère).Alors, même si c'est enfoncer une porte ouverte que de définir ce roman comme kafkaïen, ça a aussi le mérite de poser... [Lire la suite]
Posté par erzebeth à 14:10 - - Commentaires [7] - Permalien [#]