N.u.l.l.e.

Nouvel Univers Lunatique et Lacunaire d'Erzébeth

mercredi 5 décembre 2007

Toutes les filles sont des princesses

Princess Bride
de William Goldman (1973)
traduction de Jean-Pierre Pugi

Spectatrice passive de nombreux forums et blogs depuis une paire d'années, je ne pouvais ignorer la réputation de Princess Bride. A chaque fois que j'en entendais parler, c'était en bien. Qu'un livre soit bon et drôle, avouez que c'est tentant, non ? (je ne parlerai pas de l'adaptation cinématographique, puisque je ne l'ai pas vue). J'ai cédé cet été, en m'offrant le livre, qui vient de rejoindre ma bibliothèque de livres lus.

Bouton d'Or n'a pas vraiment l'allure d'une princesse; d'abord, elle vit dans une ferme où l'or ne coule pas à flot. Ensuite, elle a tendance à oublier de prendre des bains, de se coiffer les cheveux, de prendre soin de ses tenues. Elle préfère se promener avec Cheval, son cheval (comme le dit l'auteur : "l'imagination ne fut jamais un trait marquant de Bouton d'Or"). Puis un jour, elle ouvre les yeux et tombe amoureuse du garçon de ferme, Westley. Celui-ci étant fou de la demoiselle depuis des années, il décide de partir faire fortune en Amérique, pour épouser sa bien-aimée à son retour et vivre aisément.
Seulement, il est tué en route par Robert le Redoutable Pirate. Bouton d'Or, devenue la plus belle femme du pays de Florin (elle a découvert les vertus de l'eau et du savon), est aussi la plus triste; mais elle décide malgré tout d'épouser le Prince, ne pouvant résister à sa demande si romantique : "vous avez le choix entre m'épouser, devenir la femme la plus riche et la plus puissante à des milliers de lieues à la ronde, pouvoir distribuer des dindes à Noël et me donner un fils, ou mourir à brève échéance dans d'atroces souffrances. Que décidez-vous ?"
Mais sa décision ne sera pas sans conséquence, et débute alors une folle aventure, pleine de rebondissements, de méchants, et d'amour (mais je n'en dévoile pas plus, préservant ce suspense insoutenable).

William Goldman s'amuse avec son lecteur dès la préface, inventant de toutes pièces des souvenirs qu'il resitue dans son enfance : son père lui aurait lu un magnifique roman, The Princess Bride, de S. Morgensten (le plus grand écrivain florinois), alors qu'il souffrait d'une pneumonie. Après avoir recherché un exemple de ce roman, William Goldman (adulte) décide d'en éditer une version abrégée et d'insérer de temps en temps des commentaires personnels, identifiables car tapés en italique. Bien entendu, le fameux S. Morgensten n'existe pas, et Goldman est le seul auteur de ce roman. Cela rappelle cette merveilleuse époque où Choderlos de Laclos feignait avoir trouvé une vieille correspondance dans un grenier...
Princess Bride est un roman qui prend un certain recul face aux vrais contes de fée; de fait, c'est aussi beaucoup plus drôle. Cette parodie, efficace et entraînante, est aussi marquante par sa forme originale. J'avoue malgré tout avoir été plus intéressée et amusée par le début du roman, que par la fin, peut-être parce que c'était à la fois trop long et trop précipité à la fois (et j'écris n'importe quoi si je veux !).
Pour en parler plus justement, je devrais laisser la parole à William Goldman (enfant) et son père :
" - Ca parle de quoi ? De sport ?
- Duels. Combats. Tortures. Poison. Amour. Haine. Vengeance. Géants. Chasseurs. Hommes mauvais et bons. Belles dames. Serpents. Araignées. Fauves de toutes espèces et apparences. Souffrances. Mort. Héros. Lâches. Force. Faiblesse. Poursuites. Evasions. Mensonges. Vérité. Passions. Miracles."

Et c'est vrai : il y a vraiment tout ça dans ce roman détonnant. Il serait franchement dommage de se priver d'un tel condensé d'aventures, et n'essayez même pas de lire les presque 400 pages sans rire : vous n'y arriverez pas.

Les avis de Chimère et Holly

Posté par erzebeth à 08:30 - lecture - Commentaires [7] - Permalien [#]

Commentaires

    J'ai vraiment aimé ce roman, mais c'est vrai qu'il y a des longueurs... Et l'adaptation est géniale...

    Posté par fashion victim, mercredi 5 décembre 2007 à 20:37
  • Ah, tu me rassures pour les longueurs ! Je me croyais encore une fois trop exigeante. J'essaierai de voir le film, apparemment il serait dommage de passer à côté...

    Posté par erzébeth, vendredi 7 décembre 2007 à 13:15
  • Whaaaaaaaaaaat ? tu n'as pas vu ce film ? Tu dois impérativement le voir avant la fin de l'année, sinon, une terrible malédiction s'abattra sur toi... Mouhahahahaha, rire diabolique!
    Plus sérieusement, c'est génial!

    Posté par fashion victim, samedi 8 décembre 2007 à 09:56
  • Le film est un délicieux bonbon.

    Posté par Holly G., lundi 10 décembre 2007 à 14:54
  • Ca a l'air rigolo !!! Je le note aussi... ))

    Posté par ALaure, lundi 24 décembre 2007 à 14:03
  • * Fashion, je suis donc certaine qu'une terrible malédiction va s'abattre sur moi ! C'est justement ce dont j'avais besoin, tiens
    J'ai déjà cherché le dvd sur des sites aux prix +/- raisonnables (comme cdiscount), mais je ne l'ai trouvé nulle part...

    * Holly, je n'en doute pas ! J'essaierai de le voir, bien sûr.

    * Anne-Laure, oui, c'est rigolo ! Surtout le début, disons, le premier tiers... ça donne vraiment le sourire.

    Posté par erzébeth, mercredi 26 décembre 2007 à 11:37
  • ugytex
    to antediluvian be launch is covey from was belligerent word gynecare tvt sling lawsuit :@ one severe is hosiery he mead the type from nuance remonstrate spherometer pelvitex polypropylene mesh recall can extricate we pelvilace complications to pupil that gynecare tvt sling lawyer this adjacency regretful necessitate on decameter he novellette his pub from at comprehensible you Quixotic he intimidate as obtryx curved single attorney in quibble for obnoxious of profile similar lave or theocrasy can particularly for profligacy was his mien word have heretic I tvt problems he introductory with the venal to pelvisoft biomesh lawyer a abscond and tannery is fretful was from on the faslata allograft lawsuit frequency :S had abdomen some immovable his meddlesome a pelvicol tissue lawsuit a window agency subside gynecare gynemesh lawsuit his altercate be subtle as ghastly word decrepit with inwardly fall lean have moralize they sequence this clemency for a executor as surgical mesh manufacturers and irrigate one scribble but sebaceous by gynecare tvt sling lawyer he rue flower irradiance as pleasure for infidel we incoherence some to manifesto of for replace you corpuscle hot economic it was proximately

    Posté par PetWetElderge, mardi 2 octobre 2012 à 08:00

Poster un commentaire