N.u.l.l.e.

Nouvel Univers Lunatique et Lacunaire d'Erzébeth

samedi 15 novembre 2008

L'amitié, c'est bien

Parfois, dans la vie, on fait des choses folles, folles, folles. Comme s'inscrire à un cours de sport, regarder un film étranger en version française, ou rejoindre un club de lecture.
badges_88x31_liredelireEn ce jour se réunissent les demoiselles du club Lire et Délires, et comme à force je n'avais plus aucune excuse pour ne pas les rejoindre, je les rejoins. Fou, fou, fou, vous dis-je. J'aime l'aventure.
(parfois, vous devez me croire irrémédiablement étrange, non ?)
Leur thème (car oui, il y a des thèmes de lecture. Sinon, ça donnerait n'importe quoi, voyons !) était : "Retour aux sources". Il faut voir cela comme une invitation à (re)lire les grandes œuvres littéraires qui ont donné de nouveaux genres, de nouveaux mythes, de nouveaux horizons. Tel le Dracula de Bram Stoker qui a imposé le mythe du vampire dans la littérature. Mais quand on avait envie de tricher, on pouvait aussi opter pour un livre, qui aurait été adapté au cinéma, dont on aurait vu l'adaptation, mais dont on n'aurait pas lu le livre.
...
J'aurais pu lire Œdipe-Roi de Sophocle. A vrai dire, j'aurais le lire, ça ne m'aurait vraiment pas fait de mal au vu de mes études. Seulement voilà, j'ai tenté de me visualiser en train de leur vanter les merveilles de cette tragédie inégalée, et j'ai pensé que si je me ramenais avec un tel livre dès la première rencontre, j'allais être virée d'office.
Mais je veux qu'on m'aime, moi. Alors j'ai choisi autre chose, bien plus à ma portée. J'ai cherché un film que j'aurais aimé, et qui avait été adapté d'un livre. Après moultes réflexions, j'ai jeté mon dévolu sur Harold et Maude, un livre de Colin Higgins paru en 1971.
(je viens seulement de me rendre compte qu'en fait, l'auteur a écrit le scénario du film, et ce n'est qu'après qu'il l'a adapté en roman. Autrement dit, j'ai involontairement triché. Gardez le secret, merci)
En plus, comme je ne me souvenais pas des consignes exactes du devoir, j'ai revu le film, et lu le livre; comme les deux se ressemblent, je vais parler des deux. Drôlement ingénieux, n'est-ce pas.

L'image “http://i00.twenga.com/v/21/48/2148vb.png” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

"- Voyez-vous, dit-il, la plupart des gens ne sont pas comme vous. Renfermés en eux-mêmes, ils vivent, solitaires, dans leur forteresse. Tout comme moi, d'ailleurs.
- Chacun vit dans sa propre forteresse, répondit Maude. Mais rien ne nous empêche d'abaisser le pont-levis et de frayer avec nos semblables."


Harold va avoir vingt ans. On ne peut pas dire que ce soit un jeune homme épanoui et serein. Il tente d'apprivoiser la mort en jouant avec elle; en passant ses après-midi à des enterrements (où il ne connaît évidemment pas le défunt). Il roule dans un corbillard.
Maude va avoir quatre-vingt-ans. Elle se fait de jolies tresses qu'elle remonte en couronne. Elle est la joie de vivre incarnée. Elle mange de la réglisse quand elle se rend aux enterrements (où elle ne connaît pas le défunt, évidemment); c'est ainsi qu'elle rencontre Harold, et qu'elle décide d'en faire un ami.

Et pour continuer d'une manière totalement clichée, j'ajouterai qu'on assiste alors à l'éclosion d'une admirable amitié, aussi burlesque qu'émouvante. Le décalage entre les deux personnages est grand - pas seulement au niveau de l'âge, mais aussi du point de vue des caractères, et de la manière d'appréhender la vie et ces turpitudes. Sans doute que la sagesse vient en vieillissant ! Moui. Peut-être qu'on prend plus facilement du recul quand on a déjà vécu tant, et tant de choses... tristes ou gaies. Quoi qu'il en soit, l'arrivée de Maude dans la vie d'Harold est presque miraculeuse. Ce dernier est un jeune garçon blafard, sans doute malheureux, qui grandit dans une demeure immense (mais lugubre) auprès d'une mère totalement improbable; on dirait que le soleil ne franchit jamais leurs fenêtres. Je ne tiens pas à présenter entièrement Harold, bien que ce que je tente de vous cacher apparaît dès les premières images du film (/les premières pages du livre). Quand j'ai vu le film pour la première fois, j'ai été totalement choquée par ce démarrage tonitruant. Mais au moins, ça a le mérite de présenter les choses comme elles sont (mystérieux, tout ça, hein ?).
Maude, donc, va sortir Harold de son chagrin existentiel, en l'incitant à la suivre dans ses joyeux périples, dans ses expériences quotidiennes qui relèvent du fantasque et du rêve (déterrer un arbre du centre ville pour lui offrir une nouvelle vie en forêt, emprunter des voitures quand bon leur semble, rire de tout avant qu'il ne soit trop tard...). L'optimisme de l'une tranche avec le désarroi de l'autre. Sans que ça ne soit peut-être son objectif premier, Maude sauvera Harold d'une vie trop terne.
L'univers de ce livre est totalement décalé; l'humour est particulier, parce que les personnages sont hors-normes - et pas seulement les deux principaux, non, tous ! La mère semble à la fois concernée par la réalité et en même temps totalement déconnectée, il y a le psy prénommé Fée, l'oncle qui a servi dans l'armée et qui voit comme un privilège immense d'y avoir perdu un bras, il y a les demoiselles que la mère d'Harold lui présente pour qu'il se marie... Rien n'est réaliste et pourtant tout a un tel accent de sincérité...
Cette histoire d'amitié me plaît énormément, parce qu'elle est un genre de transmission (pas seulement de savoir, mais tout simplement de bonne humeur, d'espérance), parce que les deux sont terriblement attachants, et parce que, aussi, certaines données m'échappent. Ce que j'aime, justement, est de ne pas tout comprendre. Je ne comprends pas les choix de Maude, ni ce qui pousse Harold à agir comme il le fait. Il y a des vérités qui ne se donnent pas entièrement, dès la première lecture. J'aime que l'oeuvre me résiste un peu.
Puisqu'on en est aux aveux, je me permets d'ajouter que je préfère le film au roman; il me paraît plus drôle et plus profond. Il est certes daté (les années 70 semblent loin derrière nous quand on le regarde...), mais les acteurs sont excellents. Ruth Gordon (Maude) est malicieuse de bout en bout, comme une petite fille; sa franchise et son émerveillement ne peuvent que séduire. Bud Cort (Harold) est blême, et curieux. On a envie de le comprendre et de l'aider, en vain (on ne peut pas piquer le rôle de Maude, non plus !). Son interprétation, sur le fil, est très juste et émouvante. Les deux générations se complètent à merveille.
Harold et Maude est une oeuvre intéressante, qui peut amuser autant que questionner; et ce mélange est parfait.

Pour fêter dignement ce retour aux sources :
Anjelica s'est plongée dans Beignets de tomates vertes de Fannie Flagg
Anne-Laure a découvert Françoise Sagan avec Bonjour tristesse
Bluegrey a lu Fahrenheit 451 de Ray Bradbury
Choupynette nous a vanté les mérites de La passe dangereuse de Somerset Maugham
Gaël, armé d'un courage fou (c'est qu'il est le seul homme dans l'histoire, voyez-vous), a participé de loin en lisant Big Fish de Daniel Wallace

... tout comme Martine qui a lu à distance Un secret de Pierre Grimbert, et Chez les heureux du monde d'Edith Wharton
... tout comme Mo qui a pensé à nous en regardant Orphée aux Enfers
Yue Yin a décidé de lire deux romans : In my father's den de Maurice Gee, et Le Temps de l'innocence d'Edith Wharton
Flo, elle, s'est contentée de manger un crumble. Comme je la comprends...

Posté par erzebeth à 12:00 - lecture - Commentaires [21] - Permalien [#]

Commentaires

    Honte à moi, je n'ai ni lu ni vu l'histoire. J'ai le DVD chez moi pourtant.
    En tout cas, tu donnes envie de se jeter dessus (surtout pour savoir ce que les premières images/pages révèlent !!)

    Posté par Lilly, samedi 15 novembre 2008 à 12:50
  • En fait, ce n'est pas une histoire d'amitié, mais une histoire d'amour. Ils couchent même ensemble une fois si ma mémoire est bonne.
    J'adore et le film et le livre, bien sûr.
    J'espère que tu auras vite une nouvelle connexion digne de ce nom. Je te lis, toujours, ma belle amie. Prends soin de toi.

    Posté par Holly G., samedi 15 novembre 2008 à 16:29
  • Moi non plus, je n'ai ni vu ni lu ! Mais tu donnes sacrément envie de combler cette lacune dis donc, peut-être même plus de voir que de lire

    Posté par Manu, samedi 15 novembre 2008 à 19:34
  • Vu quand j'étais enfant... mais je ne m'en souviens plus du tout du tout... en fait, j'avais la drôle d'idée que le film contenait des scènes hot entre une octogénaire et un jeune dans la vingtaine... (posez-vous pas de question... mon esprit a des détours terrifiants parfois...) je pense que je suis due pour le revoir... ou le relire!

    Posté par Karine :), samedi 15 novembre 2008 à 23:28
  • Ce qui est fou c'est de s'inscrire à un cours de sport, pour le reste tu vois que c'était faisable Ravie d'avoir fait ta connaissance

    Par contre, je me demande encore comment se fait-il que je n'ai pas vu ce film dans les années 80, moi qui en ai vu tant et tant ?

    Posté par anjelica, dimanche 16 novembre 2008 à 06:22
  • Ravie que tu te sois enfin décidée à venir nous rejoindre!!!

    Posté par choupynette, dimanche 16 novembre 2008 à 10:18
  • Et alors, c'était comment le club, dis, c'était comment ???? (j'avais super envie de vous rejoindre mais bon, descendre pour le week-end, c'est short)
    J'ai lu le bouquin il y a des années (j'étais lycéenne, c'est dire) et vu le film dans la foulée, et j'avais bien aimé les deux. Mais comme Holly G., dans mon souvenir, ils couchaient ensemble : ai-je enjolivé ?

    Posté par fashion, dimanche 16 novembre 2008 à 10:42
  • Quelle chance de faire partie de ce club formidable! Bravo! Dommage que Toulouse soit si loin!!!
    Bon dimanche!
    Martine

    Posté par martine, dimanche 16 novembre 2008 à 11:15
  • Erzébeth, tout cela m'intrigue ! Est-ce une histoire d'amitié ou non ? Ces dames inventent-elles des scènes inexistantes, influencées par le swap sexy men ? Dis nous tout

    Posté par praline, dimanche 16 novembre 2008 à 14:47
  • Comme Choupy et Anjie, je suis ravie d'avoir enfin fait ta connaissance.
    J'espère que tu t'es bien amusée toi aussi parmi nous.
    Bisouxxx et à la prochaine.

    Posté par ALaure, dimanche 16 novembre 2008 à 22:19
  • Tu vois tu fais des efforts pas possible pour ne pas spoiler et en fait tout le monde se demande si tu n'as pas oublié un truc... ))
    c'était super de te voir samedi... vivement la prochaine rencontre

    Posté par yueyin, lundi 17 novembre 2008 à 10:58
  • Bivouac littéraire

    Bivouac littéraire sur
    http://poetaille.over-blog.fr


    Venez comme vous êtes !

    Posté par Gérard, lundi 17 novembre 2008 à 16:48
  • Oh mon dieu, la mise en page est toute décalée, et PERSONNE ne s'en préoccupe ?
    Quelle angoisse. J'ne peux pas m'en occuper maintenant. Bon. Je vous réponds quand même, dans un grand élan de générosité :

    * Lilly, le film est vieux (on sent vraiment que c'est une autre époque), mais le propos reste très fort, et très drôle. Et très émouvant.

    * Holly, ta mémoire est bonne, mais c'est intentionnellement que je n'en parlais pas dans mon billet... à tort, visiblement, vu les commentaires !
    J'ai déposé un cierge à la patronne des causes désespérées; si les cieux sont avec moi (...), j'aurai internet demain. Si ce n'est pas le cas, je ne fais aucun pronostic sur ma santé mentale.
    Merci d'être passée...

    * Manu, ça tombe bien, c'est que j'ai préféré le film au livre Les personnages loufoques, qui gravitent autour des deux protagonistes, sont plus réussis dans le film, je trouve !

    * Karine, on ne va peut-être pas aller jusqu'à scène explicitement hot, mais implicitement, oui ! Ce qui a bien choqué à l'époque. Je te conseille vivement de le revoir, of course

    * Anjelica, je suis moi aussi enchantée de t'avoir enfin rencontrée ! Pour le sport, c'est un grand mystère (à chaque fois que je m'y rends, je m'inquiète pour moi).
    Il y avait tant de films à voir, il fallait forcément choisir, sélectionner... écarter !

    * Choupynette, c'est très gentil ! Et ravie d'avoir franchi le pas, c'était totalement agréable !

    * Fashion, zut, je n'ai pas le temps de détailler... Bon, c'était parfait. Elles savent recevoir, ces Toulousaines. On mange (très) bien, on parle bonne littérature, on digresse, on a même décidé de faire un remake de GWTW (et faudrait que tu nous aides, tiens, pour les acteurs principaux...), etc - bref, tu aurais dû venir !
    Et ils couchent bien ensemble, madame, ta mémoire est infaillible pour le coup !

    * Martine, je ne sais absolument pas dans quel coin tu es... mais je comprends que tu regrettes le club, il est délicieux !

    * Praline, on peut dire que c'est une histoire d'amour, on va dire : un amour initiatique... Donc certaines (suivez mon regard...!) sont certes passionnées par les sexy men, mais elles ne déraillent pas encore complètement !

    * Anne-Laure, merci, moi aussi j'ai été ravie de te rencontrer ! Un très très bon moment, vraiment.

    * Yue, pfff, m'en parle pas, la curiosité les perdra !
    Et à bientôt, of course !

    * Gérard, euh... j'y penserai.

    *** Pas le temps de répondre aux commentaires des autres billets, j'espère pouvoir le faire demain soir, depuis chez moi !
    A bientôt, donc...

    Posté par erzébeth, lundi 17 novembre 2008 à 17:04
  • voui ben moi je constate que bientot tu aura vu toute la blogosphère sauf ta grande soeur cherie (
    (je le fais bien hein??? mouhahahhahahaha)

    Posté par lamousme, vendredi 21 novembre 2008 à 17:32
  • Mais tu habites loin, ma chère Lamousmé...
    Je rêvais de venir passer les vacances de Noël à Paris, mais ça ne se fera pas, alors il va falloir attendre... encore... :-/

    Posté par erzébeth, vendredi 21 novembre 2008 à 18:31
  • J'adore ta conclusion J'aime aller aux choses essentielles comme tu as pu le constater
    Ravie de t'avoir (enfin !!!) rencontrée.

    Posté par Flo, vendredi 21 novembre 2008 à 20:28
  • Tu as bien raison d'aller droit au but ! Ceci dit, j'espère que la prochaine, tu pourras assister au repas intégral...
    Moi aussi, j'ai été ravie de te rencontrer

    Posté par erzébeth, samedi 22 novembre 2008 à 16:07
  • Un petit mot...

    Bonjour Erzébeth!
    Juste un petit mot par ici car je viens de voir ce film il y a deux jours, et il m'a transporté. L'histoire d'amour qui se noue entre les deux protagonistes est aussi magique qu'improbable. Ce qui a attiré mon intention, c'est la modernité de la mise en scène de Hal Ashby. J'ai maintenant l'impression que tous les films indépendants américains sont pompés sur Harold et Maude!
    À bientôt!

    Posté par Gaël, lundi 24 novembre 2008 à 12:34
  • Bienvenue par ici, Gaël ! Laisser un premier commentaire aussi merveilleux, je trouve ça parfait. Tu as entièrement raison, c'est magique et improbable. Et cet Harold, mon dieu ! (ceci dit... cette Maude !). Je suis ravie que tu aies aimé

    Posté par erzébeth, lundi 24 novembre 2008 à 19:27
  • Bonjour Erzébeth !
    Toute déçue je suis de ne pas t'avoir enfin rencontrée lors de la dernière rencontre du Club, vivement donc la prochaine ! (sans microbes !)
    Sinon, jamais entendu parlé d'"Harold et Maude", ni du film, ni du livre, mais vraiment tu sais donner envie de... Bravo !

    Posté par BlueGrey, mercredi 26 novembre 2008 à 10:13
  • Ce n'est que partie remise, effectivement ! Il était plus sage que tu te soignes...
    Et merci pour le très gentil compliment !!

    Posté par erzébeth, mercredi 26 novembre 2008 à 11:40

Poster un commentaire