N.u.l.l.e.

Nouvel Univers Lunatique et Lacunaire d'Erzébeth

lundi 19 novembre 2007

Au diable l'adultère !

Il a beau faire gris depuis un certain jour de juin, les rayons de lumière qui viennent adoucir mon petit chemin sont nombreux; le film dont je voulais parler aujourd'hui est l'un d'eux, et me vient tout droit de ma précieuse amie Holly.

Le ciel peut attendre est le dernier film d'Ernst Lubitsch, qu'il a réalisé en 1943. Il y est question d'Henry Van Cleve (interprété, du moins à l'âge adulte, par le charmant Don Ameche), qui vient de mourir. N'osant même pas se présenter au Paradis, conscient de ses écarts pendant ses soixante années de vie terrestre, il pénètre au Purgatoire où il raconte son histoire : celle d'un homme heureux, espiègle, qui a toujours nourri une passion ardente pour les femmes... Même marié avec la plus merveilleuse d'entre elle, Martha (Gene Tierney, au regard irrésistible), il n'a pu s'empêcher d'en côtoyer d'autres... et il est temps de payer pour cette vie fastueuse.

Toute l'intrigue du film est donc basée sur un immense flash-back, où l'on découvre que le fougueux Henry a fait ses armes dès sa plus tendre enfance... D'ailleurs, philosophe, il conclura alors qu'il a une dizaine d'années : "Ce jour-là, j'appris une chose : pour conquérir les femmes, il fallait pas mal de scarabées."
De scène en scène, il est impossible de perdre son sourire, tant les situations sont originales, non dénuées d'humour, et tant les acteurs se complètent pour former un tableau saisissant, où les relations homme/femme jouent un rôle dominant. Je pense notamment à une scène (hilarante) où les parents de Martha, couple du Kansas qui ne s'adresse plus la parole, obligent leur domestique, lors d'un petit-déjeuner, à faire d'incessants aller-retour entre eux dès qu'ils ont quelque chose à dire à l'autre...
Dans mon inculture totale, je ne connaissais pas les acteurs qui jouent dans ce film (hormis Charles Coburn, fort sensible au charme de Marilyn Monroe dans Les Hommes préfèrent les blondes, qui campe ici un grand-père anticonformiste pour l'époque). Don Ameche est parfait dans son rôle de Don Juan, jonglant du mieux qu'il peut avec son envie de succomber devant chaque femme qu'il croise... à propos, sa rencontre avec Martha est un délice de comédie romantique, une scène comme on n'en voit qu'au cinéma... L'actrice qui joue cette jeune femme, Gene Tierney, est d'une beauté remarquable, à la fois candide et très fine (elle n'est pas dupe face aux mensonges de celui qui deviendra son époux).
Pour autant, Le ciel peut attendre n'est pas seulement une œuvre légère; j'ai même trouvé que son propos détenait une autre facette, un peu plus sérieuse, où les défauts de l'homme ne sont pas épargnés, et où Lubitsch croque à merveille les relations amoureuses - et leurs complications. Cela fait de son œuvre ultime une réussite complète, un film irrésistiblement charmant, où les acteurs s'en donnent à cœur joie - ce qui ne peut que se répercuter sur le spectateur...

Posté par erzebeth à 08:30 - pellicule - Commentaires [9] - Permalien [#]

Commentaires

    J'adore ce film que j'ai vu de nombreuses fois. De toute façon, il n'y a rien à jeter chez Lubitsch, c'était vraiment un cinéaste incroyable avec un grand sens de la comédie et du politiquement incorrect. Dommage qu'on ne trouve pas tous ses films en DVD zone 2...

    Posté par fashion victim, lundi 19 novembre 2007 à 11:19
  • Je ne crois pas avoir déjà vu ce film, la réplique avec les scarabées m'aurait marquée ! merci pour ce bon conseil...

    Posté par rose, mardi 20 novembre 2007 à 11:17
  • Fashion, ton bon goût ne m'étonne pas Je connais peu Lubitsch, mais ce "peu" a toujours été un régal !

    Rose, je suis sûre que ça peut te plaire ! et la réplique des scarabées n'est pas la seule à être délicieuse...

    Posté par erzébeth, vendredi 23 novembre 2007 à 15:49
  • Lubitsch, pour moi, est avec Truffaut et Hitchcock, l'un des cinéastes que j'aimerais jusqu'à ma mort. J'aime tout de lui et, parmi ses muets, il y a des trésors. Mais ce film-ci est parmi mes 3 préférés de lui.
    Heureuse que tu aies aimé ce film.

    Posté par Holly G., lundi 10 décembre 2007 à 15:04
  • Mais je veux savoir quels sont tes deux autres préférés !!
    Je me suis offert un film de Lubitsch, récemment... "Illusions perdues". Je ne l'ai pas encore visionné.
    Merci encore pour ce beau cadeau, tu enrichis tellement mon petit univers...

    Posté par erzébeth, mercredi 26 décembre 2007 à 11:52
  • J'ai vu ce film... et j'ai juste passé un bon moment. Mais Lubitsch est de toute façon un réalisateur incontournable je crois, donc j'y reviendrai (en plus, j'ai le DVD).
    Ca me fait penser : tu as vu "The Ghost and Mrs Muir" avec Gene Tierney ? Elle y est divine.

    Posté par Lilly, vendredi 2 avril 2010 à 22:42
  • * Lilly, j'avoue que je me souviens assez mal de ce film, mais j'y suis attachée, disons, "sentimentalement".
    Lubitsch fait partie des incontournables quand on creuse le passé cinématographique, oui, il faudra que j'y revienne aussi...

    J'ai vu "The Ghost and Mrs Muir", mais alors, c'est affreux, ça ne m'avait pas plus charmée que ça. Je crois même me souvenir que je m'étais ennuyée, c'est dire. Mais bon, rien n'est définitif, si je le revoyais, peut-être que je succomberais ! Gene Tierney est effectivement délicieuse.

    Posté par erzébeth, dimanche 11 avril 2010 à 11:12
  • C'est tellement dommage pour "Mrs Muir" ! Pour être tout à fait honnête, j'aurais préféré que le film s'arrête avec la scène d'adieux, il aurait été juste parfait. Mais ça n'en demeure pas moins l'un de mes plus grands moments de cinéma.
    J'adore ce réalisateur en fait, il ne m'a encore jamais déçue.
    Pour Lubitsch, je cherche "The Shop around the corner", mais j'ai l'impression qu'il est introuvable...

    Posté par Lilly, dimanche 11 avril 2010 à 13:22
  • * Lilly, ah bon, introuvable ? Il faudrait faire un sondage pour qu'on te le prête (j'imagine qu'une demoiselle comme Fashion, à tout hasard, a sa dans sa DVDthèque, je crois qu'elle adore ce film).
    Moi ça me plairait que tu parles de cinéma sur ton blog

    Posté par erzébeth, dimanche 11 avril 2010 à 20:05

Poster un commentaire