N.u.l.l.e.

Nouvel Univers Lunatique et Lacunaire d'Erzébeth

jeudi 13 décembre 2007

"Bonjour, je m'appelle Forrest, Forrest Gump"

Des fleurs pour Algernon
de Daniel Keyes (1959)
traduction de Georges H. Gallet

Le titre de ce billet vous rappelle discrètement que je ne me suis toujours pas améliorée dans ce domaine, mais si vous connaissiez l'histoire de ce beau roman (ce qui sera bientôt le cas, je ne vais pas écrire une introduction à rallonge), vous comprendriez que l'allusion à Forrest Gump n'est pas si stupide que ça.

Il s'appelle Charlie Gordon, et son grand rêve est de devenir "un telijen". Malheureusement pour lui, il est un attardé mental, rejeté par sa famille, humilié par ses collègues de travail qui ne se privent jamais de se moquer de lui. Lui, il ne s'en rend pas compte; il nettoie les locaux de la boulangerie en souriant. Jusqu'au jour où deux éminentes personnes du milieu médical, le Pr Nemur et le Dr Strauss, lui offrent la possibilité de réaliser son rêve - en subissant une opération, il pourrait devenir intelligent. Cela a été une grande réussite sur la souris Algernon, il ne manque plus qu'un cobaye humain...
Et voici donc le docile Charlie embarqué dans une course vers le savoir - mais qu'il se dépêche, car le temps lui est compté...

Ce qui est bien, avec moi, c'est que mes résumés de livres sont toujours très succints. Hum.
Le roman est entièrement vu par Charlie Gordon, qui raconte toute l'expérience dans une sorte de journal. Les premières pages sont très dures à lire, parce que constamment jalonnées de fautes d'orthographe, mais les effets de l'opération sont très rapidement visibles. Charlie apprend à une vitesse folle, et cet accès au monde des "humains normaux" va lui permettre d'ouvrir les yeux sur beaucoup d'événements de son entourage. Hormis l'équipe de chercheurs, personne ne sait qu'il a été opéré; il continue d'être traité comme un débile, et il se remémore petit à petit ce qui a été sa vie d'enfant, avec la honte et le rejet de sa mère. C'est un roman poignant qui soulève beaucoup d'interrogations, notamment sur l'exclusion, le pouvoir de la science (peut-on tout tenter, sous prétexte d'améliorer une situation ?), la connaissance et son lien avec les émotions (Charlie reste longtemps un enfant dans ce dernier domaine), etc... Si j'étais professeur de philo, j'aurais tiré des sujets de réflexion de ce roman, car il s'y prête vraiment bien.
Des fleurs pour Algernon est captivant, au point de se sentir proche de ce pauvre Charlie, et de cette horrible expérience à laquelle il coopère... C'est un roman humain, grâce donc à cet attardé qui deviendra plus que surdoué et grâce aussi à la figure féminine d'Alicia Kinnian, une psychologue - professeur (pour adultes attardés), qui incarne réellement l'altruisme et la bonté désintéressée. Mon avis ne serait pas complet si je n'ajoutais pas que la dernière partie du roman est particulièrement émouvante, sans que cela ne tombe dans le pathos larmoyant.
Encore une chose : Des fleurs pour Algernon est classé en science-fiction, que cela ne rebute personne ! la seule touche de SF est l'opération elle-même, alors ceux qui rechignent devant ce genre littéraire n'ont plus aucune excuse pour ne pas lire ce très bon roman !

J'ai d'ailleurs pu le lire grâce à Suny, qui me l'a offert lors du swap Thé & Littérature... elle a suivi son propre coup de coeur, comme elle a eu raison ! Merci pour cette belle découverte.
(ps : tu avais bien fait, finalement, de ne pas glisser de mouchoirs dans le colis - je n'en ai pas eu besoin ;-) )

(je sais que Suny l'a critiqué sur son blog, elle n'est peut-être pas la seule... mais je n'ai malheureusement pas le temps d'ajouter un lien maintenant, je le ferai... plus tard)

Posté par erzebeth à 08:30 - lecture - Commentaires [6] - Permalien [#]

Commentaires

    Je trouve, au contraire, ma chère amie, que tu parles fort bien des livres. Je n'ai rien lu de cet auteur. Je vais noter le titre dans mon Moleskine pour 2008.

    Posté par Holly G., jeudi 13 décembre 2007 à 08:50
  • Ce livre a tendance à envoûter tous ses lecteurs et je sens que je ne vais pas tarder à le découvrir !!

    Posté par Florinette, jeudi 13 décembre 2007 à 12:39
  • Un roman très fort, poignant, il m'a marquée!

    Posté par kalistina, lundi 17 décembre 2007 à 00:30
  • Ce livre est sublime... et terrible : moi, il me fait pleurer comme une madeleine...

    Posté par Patricia, lundi 17 décembre 2007 à 14:48
  • Tu m'as donné envie, je le note

    Posté par ALaure, lundi 24 décembre 2007 à 13:56
  • Holly, tu es adorable. Et note cet auteur, oui ! Il peut te plaire - du moins, ce titre-ci (je ne connais pas le reste de son oeuvre). Un très beau roman.

    Florinette, succombe, succombe...

    Kali, comme je te comprends ! Il laisse une petite trace au fond de nous.

    Patricia, avec un peu de retard, bienvenue...! Les larmes me semblent normal... il y a une portée tragique dans ce roman.

    A-Laure, quelle bonne idée !

    Posté par erzébeth, mercredi 26 décembre 2007 à 12:02

Poster un commentaire