N.u.l.l.e.

Nouvel Univers Lunatique et Lacunaire d'Erzébeth

mercredi 3 septembre 2008

Sans parler du chat

Petites histoires avec un chat dedans (sauf une)
un livre de Véronique Papineau
Boréal, 2008
prêté par l'adorable Caro[line] un jour de grand vent (merci Caroline !)

La Recrue du mois de juillet:

Le titre du recueil en annonce la couleur; les nouvelles ont toutes ce point commun d'évoquer un chat (sauf une - c'est là qu'on voit que le titre est fichtrement bien trouvé, n'est-ce pas), sans pour autant que l'animal soit un personnage central, bien que sa présence influence souvent la vie de ses propriétaires... Le principe est amusant; écrire des nouvelles est sans doute déjà un exercice difficile, mais y ajouter une contrainte féline doit autant inspirer que paralyser.
Quoiqu'il en soit, le défi est à moitié relevé (mais je pense que les bestioles à poils ne sont pas les seules fautives de ce demi-succès).
L'ensemble du recueil est agréable et sympathique, mais si l'on prend chaque nouvelle une par une, on remarque qu'elles souffrent d'un léger manque de style, le phrasé est trop oral, trop simple, trop banal. Dommage, parce qu'il y avait parfois matière à améliorer ce défaut. Ce qui m'a chagrinée aussi, c'est le caractère redondant des histoires; à la fin, on devient presque félinophobe, surtout que les chats ont curieusement peu de consistance. Il y a aussi trop de lieux communs; le jeune couple en galère parce que l'homme a commencé à se droguer, les histoires de cœur qui finissent mal, les petits plans-drague, etc... les thématiques ne m'ont pas touchée, parce qu'elles étaient traitées trop maladroitement.
Maintenant que j'ai été bien méchante, je peux aussi évoquer ce qui m'a plu, parce que mes réserves sont finalement largement diminuées par quelques aspects positifs. Quatre nouvelles m'ont marquée :
- Garçons en mauvais état, où un jeune homme s'adresse à son frère, hospitalisé pour raisons psychiatriques. Cette voix masculine (rare dans le recueil, où la narration est essentiellement féminine), à la fois pudique et sensible, exprime un amour fraternel réellement émouvant.
- Extra vierge, dont le titre m'a d'abord gentiment rebutée, est l'histoire d'une jeune fille qui a pour ordre de ne surtout pas grossir (afin d'entrer dans sa tenue de mariage) mais à cause d'une bouteille d'huile d'olive (extra vierge, donc), rien ne se passera comme prévu... La chute était peut-être convenue mais ça m'a plu quand même, c'est triste et cruel à la fois, mais raconté avec une certaine dose d'humour.
- Sauf une. Comme vous avez compris le concept, il n'y a pas de chat dans cette nouvelle, mais son absence est compensée par une demoiselle décomposée par un grand chagrin d'amour. Les quelques lignes en bas de ce billet sont extraites de cette nouvelle.
- Pas d'espoir pour les bizarres - où l'on retrouve, avec bonheur et surprise, les deux Garçons en mauvais état ! sans doute la nouvelle la plus émouvante, avec un retournement inattendu qui serre le ventre. Ces deux garçons-là, on a envie de les connaître et de les aider.
Dans sa globalité, ce recueil est attachant, et prometteur. Ses qualités me font un peu oublier le reste, surtout que ça a été une véritable bouffée d'air frais que de lire une nouvelle chaque soir, cet été (j'ai eu beaucoup de mal à m'intéresser aux classiques que j'avais emmenés...). Un agréable moment de détente, en somme.

« Je lui ai souri, du mieux que je pouvais. C'était forcé et je savais qu'il s'en rendait compte. Il a dit quelque chose pour me faire rire. Mais en y repensant, c'était pour me consoler.
Sur le coup, j'ai décidé, pour me réconforter, de lui donner quelques années, d'être très, très, très patiente. Peut-être que l'espoir, ça ne sert pas à faire changer les situations, mais ça aide à moins souffrir. Sans lui, il me semblait que n'importe quel amoureux était un prix de consolation. Tout en attendant serait pour passer le temps. »

Le billet de Caro[line] ainsi que celui (récapitulatif) de La Recrue et, enfin, celui de Joëlle !

Posté par erzebeth à 15:24 - lecture - Commentaires [15] - Permalien [#]

Commentaires

    Dommage que le résultat soit imparfait, je trouve l'idée excellente.

    Posté par rose, mercredi 3 septembre 2008 à 16:56
  • Maudits blogt-it qui en disent toujours trop ou pas assez ! Ce blog est diabolique pour les curieuses...

    Posté par Levraoueg, mercredi 3 septembre 2008 à 20:48
  • (Ah ah, Levraoueg, + 1 !!! ;o))

    Posté par Cuné, jeudi 4 septembre 2008 à 07:31
  • Moi j'en suis encore à me demander quelle était la bonne nouvelle...
    Sinon, je n'aime pas les chats...

    Posté par Lilly, jeudi 4 septembre 2008 à 09:47
  • * Rose, je suis entièrement d'accord avec toi - mais je suis aussi trop exigeante. Je venais de lire Dickens (billet à venir), alors c'est vrai qu'il y avait un certain décalage stylistique...

    * Levraoueg et Cuné, vous me faites rire ! Bien sûr que je suis diabolique, j'adore l'être. Je vous raconterai bientôt ma formidable mésaventure, dès que j'aurai fini de rougir en y pensant.

    * Lilly, quant à la bonne nouvelle, elle est très personnelle (même si elle ne me concerne pas directement), c'est quelque chose de très banal (ça arrive tous les jours) mais pour nous, c'est juste merveilleux. Je t'aide beaucoup, n'est-ce pas
    Pour les chats, tu les abhorres même en littérature ? Quelle cruelle personne !

    Posté par erzébeth, jeudi 4 septembre 2008 à 10:04
  • Moi j'ai un chat, mais je ne suis pas gaga de toute la gent féline...

    Quand même, "extra vierge" me donne envie de lie tout cela...

    Posté par Soeur Anne, jeudi 4 septembre 2008 à 11:19
  • Je plussoie pour le blog-it!!!

    Posté par fashion, jeudi 4 septembre 2008 à 13:42
  • Je ne suis cruelle qu'avec les choses qui le méritent. Or, il se trouve que les chats appartiennent à cette catégorie.

    Posté par Lilly, jeudi 4 septembre 2008 à 14:57
  • Bonjour Erzébeth !

    Je trouve l'idée vraiment originale, et me fait l'idée d'un auteur modeste et sincère dans sa démarche d'après ce que tes amies et toi en retranscrivent dans leurs chroniques, mais l'extrait que tu as mis me confère toutefois l'impression d'un style passe-partout, comme beaucoup le pratiquent actuellement (le style du non-style ?), un style peu travaillé et peu pensé, un style de masse, où l'évocation des sentiments (manquant cruellement d'une fine exploration psychologique - en effet, rien de plus niais que la phrase : "Peut-être que l'espoir [...] ça aide à moins souffrir.") s'enchaîne froidement, où les actions tangibles sont décrites banalement ; bref, un style sans tumulte littéraire.
    Mais ce n'est qu'en terme de "première impression", quoique je ne lirai pas ce recueil.

    (Je ne sais si tu as lu mon billet sur Les Grandes Espérances sitôt après sa publication au 31 août mais, si oui, j'ai ajouté hier la partie sur Miss Havisham...)

    Porte-toi bien !!

    Posté par Esis, jeudi 4 septembre 2008 à 15:56
  • * Sœur Anne, ah oui, "Extra vierge" vaut le détour à mes yeux !

    * Fashion, je remarque donc que ce blog n'est fréquenté que par de grandes curieuses...
    D'accord. Je raconte demain !
    (et merci de me donner un prétexte pour ne pas rédiger mes autres billets en retard, j'adore ça !)

    * Lilly, tu remportes le prix du meilleur commentaire de ce blog. Aurai-je le droit de citer ta phrase, dans ma vie quotidienne ? Sois tranquille, je remplacerai le mot "chats" par "gens". Ça fonctionne tout aussi bien

    * Esis, ta première impression est excellente. Il y a une certaine branche de la littérature contemporaine qui me semble écrire sans se soucier du style (du moment que ça se vend, n'est-ce pas...). On le sait (et ce n'est pas passé pour rabat-joie intellectuel de le dire, parce que je trouve ça incontestable), la qualité littéraire s'amoindrit (mais là encore, je ne parle pas de toute la littérature. Il y a encore et toujours de (très) bons auteurs, heureusement).
    Bref.
    Dans ce cas précis, les défauts stylistiques peuvent être arrangés, même si ça demande probablement énormément de travail. C'est aussi un premier roman, un peu d'indulgence est de rigueur...
    Honteusement, je n'ai pas encore pris le temps de lire ton billet sur Dickens, je l'ai pourtant repéré, je vais le lire très vite, promis, ça va me plaire de retrouver Pip et les autres...

    Posté par erzébeth, jeudi 4 septembre 2008 à 19:19
  • Oui c'est indéniable, il y a encore d'excellents auteurs de nos jours, encore faut-il les dénicher dans tout cet amas informe et médiatique ! En général je déteste me tromper et piocher un mauvais livre en dépit d'une majorité d'avis argumentés positifs et convaincants, alors je ne tente rien de ce côté-là...

    Enfin, je prône moi aussi l'indulgence du "premier roman" en ce qui concerne le style. Cependant, cela, pour moi, ne doit pas servir d'excuse ou de circonstance atténuante à l'extrême, sinon c'est en quelque sorte laisser la porte ouverte à toutes les médiocrités...

    (Je vais aller répondre à ton commentaire sur mon dernier billet en date ;p .)

    Posté par Esis, samedi 6 septembre 2008 à 11:29
  • De rien !, dit la fille qui débarque 2 plombes après.

    J'avoue rester bouche bée devant ton analyse... et celle d'Esis aussi... me sens toute petite tout d'un coup !

    (Et oui, tu es exigeante ! :-p)

    Posté par Caro[line], jeudi 11 septembre 2008 à 20:18
  • Ah mais heureusement que tu es là pour débarquer quand la guerre est finie ( ), je n'avais même pas vu le dernier commentaire d'Esis ! Quelle bloggueuse ingrate, j'te jure...

    Donc :

    * Esis, je crois qu'on apprend à connaître ce qui peut nous plaire (ou non), il y a évidemment toujours des ratés (et des surprises) mais plus on lit, plus on affine nos goûts... Si tu es inscrite en bibliothèque, ça limite la casse (= si le livre ne te plaît pas, pas grave, tu ne l'as pas acheté et as moins de remord à l'abandonner) et tu peux fureter dans les rayons à la recherche du Bon Livre...

    * Caro, allons, je n'ai rien dit d'extraordinaire ! C'est Esis qui a le talent d'élever le débat, je ne fais que répondre à ses idées...
    Puis toi aussi tu es exigeante, non mais !

    Posté par erzébeth, samedi 13 septembre 2008 à 14:10
  • Merci pour cette note !

    Posté par chatou, dimanche 14 septembre 2008 à 20:03
  • Mais... avec plaisir !

    Posté par erzébeth, dimanche 14 septembre 2008 à 21:12

Poster un commentaire