N.u.l.l.e.

Nouvel Univers Lunatique et Lacunaire d'Erzébeth

lundi 7 juin 2010

De la condition féminine, à notre époque et à d'autres

La semaine dernière, je me suis involontairement lancée dans une grande étude ayant pour sujet la femme, sa place dans la société, son affirmation corporelle (et intellectuelle) et sa capacité à se défendre contre les incessantes attaques masculines - allégoriques ou non, les attaques. J'ai commencé par lire Une chambre à soi de Virginia Woolf, tout en ayant pour compagnie auditive une certaine Britney S. (du moins pendant mes trajets de métro). Cela m'a permis d'aboutir à deux réflexions fort distinctes : Jane Austen n'a pas dû rire... [Lire la suite]
Posté par erzebeth à 09:58 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

mercredi 2 juin 2010

« Le tableau est un seuil »

Je ne sais pas si vous êtes comme moi, à vous sentir bête parfois quand vous visitez un musée.Vous vous retrouvez devant un tableau, ça arrive généralement devant un tableau connu, réputé, et vous vous dites "Ah".C'est pas possible, là, quelque chose m'échappe, c'est qu'une fille habillée en noir qui n'ose même pas sourire franchement, elle est où, l'émotion ? Et vous êtes frustré, parce que vous sentez clairement qu'avec des explications, avec une remise en contexte historique, vous comprendriez. Vous n'aimeriez pas... [Lire la suite]
Posté par erzebeth à 10:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
lundi 31 mai 2010

« Un grumeau de farine dans la pâte à crêpes de l'univers »

Quatrième étagede Nicolas AncionLe grand miroir, 2006 – Pocket, 186 pages « Louise vit seule dans son appartement vieillot et, quand le tram pénètre sous la gare du Midi, elle se dit que vivre seule c'est un peu comme vivre tout court, c'est la manière dont on regarde les choses qui fait la différence. » (quand j'étais petite, j'avais des lunettes de soleil teintées en rose; je les ai perdues depuis) On pourrait dire que c'est une histoire qui se passe en hauteur, et pourtant, ce que j'en retiens, c'est la noirceur des caves et... [Lire la suite]
Posté par erzebeth à 10:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
vendredi 28 mai 2010

Mauvaise limonade

Où l'on apprend que mauvaise limonade est une expression familière du Languedoc, autrement dit on ne sera peut-être pas beaucoup à la comprendre. Ce n'est pas un choix qui me chagrine. Le valeureux ICB a eu la délicatesse, cette semaine, de me faire suivre un tag; oui, je parle bien de délicatesse, car cela fait longtemps qu'un tel événement ne m'était pas arrivé, et une lueur d'émotion a traversé mon regard brillant (je me disais : chic, un billet qui ne me demandera pas trop de réflexion. C'était mal me connaître). Le but du jeu... [Lire la suite]
Posté par erzebeth à 08:00 - - Commentaires [36] - Permalien [#]
mercredi 26 mai 2010

La balle perdue

(titre du premier chapitre) Une prière pour Owende John Irving (A prayer for Owen, 1989)traduction de Michel Lebrun pour les éditions du Seuil, 699 pages « Je pense que sa voix vient du démon !- C'est stupide ! s'insurgea ma grand-mère. Stupide de croire que sa voix vient de Dieu ou du diable ! Elle vient du granit, voilà d'où elle vient ! Depuis qu'il est bébé, il respire toute cette poussière ! C'est ça qui a détruit sa voix et paralysé sa croissance ! » ... « IL Y A TROIS CHOSES DONT JE SUIS SÛR. JE SAIS QUE MA VOIX NE... [Lire la suite]
Posté par erzebeth à 09:00 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
lundi 24 mai 2010

« Les crimes entraînent leur propre châtiment »

La dame en blancWilkie Collins (The woman in white, 1860)traduction de L. Lenob, Phébus Libretto, 554 pages Il y a des fois, comme ça, où on ne sait pas par quel bout commencer. Alors on papillonne, on cherche l'inspiration dans une tasse de thé, dans les cris des enfants qu'on entend jouer dehors (c'est poétique, n'est-ce pas), et finalement on se retrouve à fureter dans les billets déjà écrits, jusqu'à ce qu'on relise cette phrase de cette chère Renarde : "L’impression générale que me laisse ce livre est similaire à... [Lire la suite]
Posté par erzebeth à 10:10 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

mercredi 19 mai 2010

Oh mon amour, tout va bien !

Le seul fait que cette chanson me donne le sourire suffit à justifier sa présence sur ce blog. Il fait si beau qu'on peut se permettre d'espérer un billet de lecture d'ici la fin de la semaine. Mais en attendant, je vous laisse quand même en bonne compagnie (mais si, mais si) : Il fait si beau mon amour, si beau ce matinQue je pourrais faire la cour à Christine BoutinIl fait si beau sur la ville, si beau sur les toitsEnvie d'ouvrir la grille aux témoins de JéhovahAux terrasses des restos grecs, tellement il fait beauOn pourrait... [Lire la suite]
Posté par erzebeth à 09:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
mercredi 12 mai 2010

Start spreading the news...

Les grandes métropoles me laissent de marbre (ou me sont désagréables, mais vous comprenez l'idée générale, je n'ai pas d'attirance positive pour elles).Je suis fâchée avec l'anglais depuis le premier cours que j'ai dû subir, en 4e, avec un professeur obnubilé par une seule chose : les champignons.J'avais dit que je ne ferai plus de swap, non merci, sans moi, voilà, bye bye.Je crois que si on me lâchait, seule, dans NY, avec ou sans plan (au final, avec moi, ça revient au même) ma réaction première serait de trembler et de pleurer. ... [Lire la suite]
Posté par erzebeth à 09:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
lundi 10 mai 2010

C'est un homme féroce, impitoyable, un loup

Les Hauts de Hurle-Vent d'Emily Brontë (Wuthering Heights, 1847)Livre de poche, affreuse édition de 1965, traduction de Frédéric Delebecque441 pages Je propose qu'on fasse comme si je n'avais relu Les Hauts de Hurle-Vent le mois dernier.Parce que, comme lors de ma première lecture de ce roman (je pense que j'étais mineure à l'époque, oh mon dieu, voilà qui nous fait remonter au moins à sept ans en arrière !) (ceci juste pour énerver celles qui se croient vieilles) (je suis plus vieille que vous), je disais donc, comme lors de ma... [Lire la suite]
Posté par erzebeth à 09:00 - - Commentaires [33] - Permalien [#]
mercredi 28 avril 2010

UN DON

Comme je culpabilisais un peu de vous laisser sans nouvelle (on pourrait lancer des paris sur mon rythme de parution bloguesque, ceux qui seront pessimistes gagneront sans doute) et comme j'ai lu un chouette passage dans mon livre actuel, ce matin, dans le métro, alors que mon voisin me regardait avec de très gros yeux (qu'il a peut-être au naturel, en réalité, mais il est toujours difficile de répondre quand on rencontre furtivement une personne pour la première fois de sa vie), je disais, comme je n'ai rien à dire, je laisse Owen... [Lire la suite]
Posté par erzebeth à 20:02 - - Commentaires [15] - Permalien [#]