N.u.l.l.e.

Nouvel Univers Lunatique et Lacunaire d'Erzébeth

jeudi 10 mai 2007

En l'air !

Un certain travail et quelques sujets de préoccupations me tiennent loin, du moins par l'esprit, de ce petit espace aux parois étouffantes. Envie de tout envoyer (en l'air), de donner un coup de balai, mais aussi envie d'essayer, encore, de persister. Les raisons développées dans le premier syntagme nominal sujet de ce billet (je suis parfois victime de réminiscences linguistiques, pardonnez-moi, je ne recommencerai plus !) sont suffisantes pour justifier à mes yeux mon absence future, surtout qu'elle ne sera peut-être pas aussi... [Lire la suite]
Posté par erzebeth à 19:39 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

mercredi 9 mai 2007

Norwegian wood

Le roman dont je vous parlais hier s'ouvre sur cette chanson des Beatles, Norwegian wood, comme une réminiscence, pour le Watanabe adulte, de celui qu'il fut à la fin de son adolescence. J'aime les liens entre différentes oeuvres, et j'aime savoir ce dont il est question alors j'ai écouté, puis aimé. Il est donc logique que ce morceau se retrouve ici...    I once had a girl, or should I say, she once had me...   She showed me her room, isn't it good, norwegian wood?   She asked me to stay and she... [Lire la suite]
Posté par erzebeth à 10:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
mardi 8 mai 2007

« I once had a girl... »

La Ballade de l'impossible (1987)d'Haruki Murakamitraduit du japonais par Rose-Marie Makino-Fayolle « C’est ainsi que passa ma dix-huitième année. Le soleil se levait puis se couchait, le drapeau s’élevait, puis redescendait. Et, le dimanche, j’avais rendez-vous avec la petite amie de mon copain disparu. Je n’avais aucune idée de ce que j’étais en train de faire, ni de ce que j’allais devenir. » A l'origine, il y avait ma non-envie de lire ce roman, ou plutôt de le lire maintenant. Mais puisque j'avais de bonnes raisons pour... [Lire la suite]
Posté par erzebeth à 21:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 3 mai 2007

Bulletin météo

Waiting for the sun, Goro Fujita Donnant suite à l'orage qui a éclaté hier soir, nous annonçons une période d'intempéries à conséquences aléatoires. Quoi qu'il en soit, vous serez mouillés. Quelques éclaircies pourront toutefois soulager le ciel nuageux mais ce dernier, tenace, risque d'être votre quotidien pour les jours à venir. Attention à la foudre, au temps nocturne qui semble suspendre les déchaînements climatiques (ce n'est qu'un leurre), et aux répercussions que cela peut avoir sur vos faits et gestes. En façade, imitez le... [Lire la suite]
Posté par erzebeth à 15:08 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
mardi 1 mai 2007

Enchanteur *

Lolitade Vladimir Nabokov (1955) "Imaginez-moi; je n'existerai pas si vous ne m'imaginez pas." Je me suis promis de ne pas citer dans cette critique la fameuse première phrase de ce livre, celle que tout le monde connaît et que tout le monde cite dès qu'il est question de Lolita. Alors non, je vaincrai ce réflexe, bien que cette première phrase, ou plutôt les premières phrases sont d'une beauté saisissante. Par contre, je veux bien raconter ce soir où j'ai entendu parler pour la première fois et de ce livre et... [Lire la suite]
Posté par erzebeth à 21:21 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
lundi 30 avril 2007

Il était temps !

Ne sous-estimons pas l'ennui du dimanche après-midi, c'est lui qui m'a permi de peaufiner cette petite bannière (si elle n'apparaît pas, il faut actualiser la page). Toutes les images viennent de Princes et Princesses, de Michel Ocelot. Ce n'est pas forcément un chef-d'oeuvre (la bannière, pas le dessin animé), mais ça personnalise un peu ce petit endroit, ça le rend moins froid. D'autres petits aménagements arriveront peut-être, je verrai selon mon inspiration. Toutes ces précisions sont inutiles, et c'est pour cela que je les aime !
Posté par erzebeth à 10:42 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

dimanche 29 avril 2007

Train...

... et par la fenêtre, je vois ces endroits où je ne vivrai jamais, mes oreilles bercées par un disque aux contours sentimentaux, je serre mon baladeur contre moi, et j'aimerais que tu sois là. So, so you think you can tell Heaven from Hell, blue skies from pain. Can you tell a green field from a cold steel rail ? A smile from a veil ? Do you think you can tell ? And did they get you trade your heroes for ghosts ? Hot ashes for trees ? Hot air for a cool breeze ? Cold comfort for change ? And did you... [Lire la suite]
Posté par erzebeth à 11:42 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
samedi 28 avril 2007

Eux

Quand on n'a pas le moral le samedi matin, ça vaut peut-être le coup de sortir de chez soi pour aller voir un vieux film d'amour au cinéma. En effet, depuis ce matin même, "mon" petit cinéma d'art et essai dans lequel je ne me sens jamais à ma place, projette ceci : (Holly, ne lis pas ces lignes, je sais que tu aimes ce film et je ne suis pas sûre de bien en parler) Il s'agit donc d'Elle et lui (An Affair to remember en anglais) de Leo McCarey. Nicolas Ferrante (Cary Grant) part d'Europe et rejoint New-York où il... [Lire la suite]
Posté par erzebeth à 16:48 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
mardi 24 avril 2007

Keep writing -

Pas le temps ni l'envie de me perdre ici ces jours-ci. Je vous laisse en bonne compagnie. " - Plus on sait qui on est et ce qu'on veut, moins on se laisse... atteindre par les choses.- Je sais pas ce que je suis censée être. J'ai essayé d'être un écrivain mais... je déteste ce que j'écris. J'ai essayé de faire des photos. Elles sont si médiocres. Toutes les nanas ont une période photo. Vous savez, les chevaux. Vous voyez ? Faire... des clichés idiots de ses pieds ? - Vous vous en sortirez. Je m'inquiète pas pour vous.... [Lire la suite]
Posté par erzebeth à 23:31 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
dimanche 22 avril 2007

«Ceux qui ensoleillent la vie des autres éclairent également leur propre existence.» (Barrie)

Il est bon d'adapter sa manière de lire à l'ouvrage qu'on tient dans ses mains. Proust, par exemple, nécessite un endroit calme, une assise confortable et un esprit concentré. Les plus aventureux porteront une tasse de thé brûlant à leurs lèvres au moment même où le petit Marcel rencontre pour la première fois l'énigmatique Albertine. Attention, toutefois, à ne pas tacher les pages imprimées - elles survivent mal au contact de l'eau, quand bien même l'intrigue se passe à Cabourg... Pour lire Le Petit Oiseau blanc, il faut un ciel... [Lire la suite]
Posté par erzebeth à 21:54 - - Commentaires [2] - Permalien [#]