N.u.l.l.e.

Nouvel Univers Lunatique et Lacunaire d'Erzébeth

lundi 12 octobre 2009

Chaque couple possède son Genève

Parfois, si vous offrez deux fois de suite le cinéma à une personne, il se peut qu'elle vous remercie en vous offrant un livre. Ce qui est plutôt cool. En cas de bonheurde David Foenkinos (2005, Flammarion)J'ai lu, 2007, 191 pages(et une dédicace mystérieuse, "à Claire C.", soit c'est le nom de jeune fille de sa propre femme, soit c'est Claire Castillon, Caroline, please, enquête) « Il avait voulu tout bien faire; il avait préparé son costume depuis plusieurs jours, le froissant ainsi dans sa bonne intention. Il... [Lire la suite]
Posté par erzebeth à 09:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]

lundi 5 octobre 2009

« Opsimath »

définition : « qui apprend sur le tard, à la fin de sa vie » Mise en garde : ce qui suit risque d'être légèrement désagréable. La reine des lectricesd'Alan Bennett (2007)roman traduit par Pierre MénardDenoël, 2009 Il n'est pas facile de calomnier un ouvrage qui a fait l'unanimité sur les blogs, mais pour les jeunes timides qui n'oseraient pas se lancer, je me permets d'ouvrir le bal.Tout le monde (ou presque, comme nous le verrons finalement lors du recensement des différents billets de lecture) a trouvé du charme à ce... [Lire la suite]
Posté par erzebeth à 09:00 - - Commentaires [34] - Permalien [#]
lundi 28 septembre 2009

Les femmes qui ont une ombre finissent mal

Je me souviens être tombée amoureuse de la Russie pendant ma jeune adolescence; quelque chose, dans ces terres lointaines, froides, mystérieuses, m'attirait (et pourtant, je ne connaissais pas encore le goût de la vodka). Je rêve de me balader sur les berges du fleuve Amour.Je rêve de voyager en Transsibérien, en choisissant (tout comme pour la promenade au bord du fleuve) la personne idéale pour m'accompagner dans ce périple d'une semaine. Je me souviens aussi d'avoir vu (et revu...) Le Barbier de Sibérie, film où une Américaine,... [Lire la suite]
Posté par erzebeth à 09:00 - - Commentaires [30] - Permalien [#]
mercredi 9 septembre 2009

Baguette de sureau, toujours un fléau

Les Contes de Beedle le Bardepar J.K. Rowling (2007/2008)traduit des runes originales par Hermione Granger, puis traduit de l'anglais par Jean-François MénardGallimard, 2008 - à peu près 124 pages "Les héros et les héroïnes qui triomphent dans ses histoires ne sont pas ceux qui disposent des pouvoirs magiques les plus puissants, mais plutôt ceux qui manifestent le plus de bienveillance, de bon sens et d'ingéniosité." Je ne sais pas si j'ai déjà eu l'occasion de vous le dire (...), mais j'aime bien Harry Potter.... [Lire la suite]
Posté par erzebeth à 09:00 - - Commentaires [27] - Permalien [#]
lundi 7 septembre 2009

Alors, pluie d'été

L'élégance du hérissonMuriel BarberyGallimard, 2006 – Folio, 2009409 pages « - Alors, vous pouvez me dire ce que c'est ?Oui, mon ange, je le peux. Dans les années de l'enfer, sous le déluge, souffle coupé et cœur au bord des lèvres, une mince lueur : ce sont des camélias. » Il semble presque inutile, aujourd'hui, d'exposer l'histoire de ce roman mais vous commencez à me connaître, j'adore l'inutile. Donc, je vous invite à me suivre dans un immeuble de la rue Grenelle, où les familles bourgeoises ne risquent pas d'être à... [Lire la suite]
Posté par erzebeth à 08:20 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
mercredi 2 septembre 2009

Je voudrais être n'importe qui, sauf moi

Frankie Addamsde Carson McCullers(1946; titre original : The member of the wedding)traduction de Marie-Madeleine Fayet, Livre de Poche, 1975environ 282 pages Ma couverture était encore plus moche que celle-ci. C'est dire. "... et elle ne serait pas jetée en prison. Elle en éprouva un certain regret. Il valait mieux une prison où l'on pût frapper les murs qu'une prison invisible." Lorsqu'on a 12 ans et 10 mois, que l'on se questionne sur son physique (vais-je devenir aussi haute qu'une girafe ?), que l'on vit seule... [Lire la suite]
Posté par erzebeth à 09:00 - - Commentaires [30] - Permalien [#]

lundi 31 août 2009

Moi, querida, je te suivrais au bout du monde

Rêves de plaisirun roman effronté de Mara Fox (2006; titre original : Letting go !)traduit par Sylvie Patrick, ahah, la pauvreHarlequin, collection AudaceSexy. Impertinent. Osé La terre entière m'envie ce coussin Emma est secrétaire dans un cabinet d'avocat; elle aime son métier et pourrait même prétendre au bonheur, si seulement Brad ne venait pas de la tromper honteusement à la vue de tous (règle numéro 1 : ne jamais flirter avec un collègue de bureau, ça finit toujours mal). Par contre, si votre meilleure amie travaille au même... [Lire la suite]
Posté par erzebeth à 09:00 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
vendredi 28 août 2009

Sur le chemin de la pauvre orpheline...

Jane Eyrede la fabuleuse Charlotte Brontëpublié pour la première fois en 1847, sous le pseudonyme de Currer Bellprésente édition de Pocket classique, traduction de Sylvère Monod, 695 pages « Si c'était une enfant jolie et gentille on pourrait avoir de la compassion pour sa solitude; mais il est vraiment impossible de s'intéresser à un laideron comme elle. » Le laideron, pourtant, va porter à elle seule un récit de 700 pages. Jane Eyre, il est vrai, n'a pas un physique avantageux. Tout au long du roman, les personnages se chargent... [Lire la suite]
Posté par erzebeth à 09:00 - - Commentaires [36] - Permalien [#]
mercredi 26 août 2009

Rien que de la magie

Le Palais des miragesd'Hervé JubertAlbin Michel, 2009, 357 pages "Certaines machines fonctionnent à la vapeur, d'autres à l'électricité. Mais celle-ci (il étendit les bras, montrant la loge, le Vieux Paris, l'Exposition universelle) fonctionne à l'illusion. Tu le sais mieux que personne, toi qui fus fée dans le palais de ton père !" En effet, tout démarre au Palais des mirages, le seul endroit, dans cette Exposition universelle de 1900, où l'on voit une fée descendre du plafond. Certes, la fée, c'est en réalité... [Lire la suite]
Posté par erzebeth à 09:00 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
lundi 24 août 2009

Tout est possible là où il y a assez d'amour

Permettez que je m'éclaircisse la gorge un instant, que j'attrape une perruque et des lunettes noires (oui, comme dans ces affreuses émissions où les gens viennent témoigner anonymement, ah ah, laissez-moi rire), et maintenant que je suis désormais sûre que vous ne pouvez plus me reconnaître, je déroule le tapis rouge et vous présente, partagée par l'émotion et la honte, ma première contribution aux Harlequinades. (car oui, ce sera une saga, pendant trois semaines, tous les lundis. Ne me remerciez pas) Ouvrons le bal avec un... [Lire la suite]
Posté par erzebeth à 09:00 - - Commentaires [25] - Permalien [#]